Appelez nos conseillers en immobilier - 01 85 09 81 30

Comment souscrire un crédit immobilier après 50 ans ?

Publié le 05-10-2015 -
Rubrique : FINANCEMENT - ASSURANCE - Crédit photo : (c)

Article noté  5/5 (1 avis)    
Evaluez cet article  

 

Un prêt immobilier pour acheter une première maison ou un appartement lorsque l’on a moins de 30 ans, puis déménager et acheter plus grand à 40 ans, c’est simple. Mais en prenant de l’âge, l’accès au crédit semble plus compliqué. Si vous avez des projets immobiliers et que vous atteignez l’âge de 50 ans, pouvez-vous tout de même demander un crédit ? Oui. La loi a même récemment rendu les conditions d’emprunts plus souples pour les séniors. Explications.

La délégation d’assurance aide les seniors à emprunter

A 50 ans, pas de problèmes particuliers pour emprunter ? Avec des taux historiquement bas, en chute libre depuis 2012, les emprunts immobiliers sont devenus plus accessibles pour tous, et notamment les personnes de 50 ans et plus. Enfin, il restait encore un frein : l’assurance de prêt. En effet, à chaque prêt immobilier, une assurance doit être adossée. Celle-ci protège tant les emprunteurs que la banque en cas de difficulté dans le remboursement, mais aussi en cas d’invalidité, de décès ou d’incapacité de travail. Mais en devenant sénior, les banques avaient tendance à faire gonfler la prime.
Plus on prend de l’âge, et plus les risques de santé sont élevés. Cela justifie donc un coût de l’assurance plus important, qui pouvait décourager les candidats à l’achat. Mais heureusement, la loi a évolué. Désormais, grâce à la délégation d’assurance, il est simple de choisir une assurance en dehors de la banque. Par conséquent, un emprunteur peut trouver une couverture adaptée à sa situation et à son âge !
• Avec la Loi Lagarde, vous pouvez obtenir une assurance ailleurs au moment du prêt immobilier. Vous devez prévenir la banque de votre souhait ;
• Avec la Loi Hamon, vous pouvez résilier votre assurance de prêt et la signer ailleurs, dans un délai d’une année après la signature du prêt. Le contrat doit disposer d’un niveau de couverture équivalent.

Les formalités médicales de plus en plus réduites

Lorsque l’on réalise un emprunt immobilier, le questionnaire de santé est une étape inévitable. Il aide l’assurance à identifier votre profil de risque. Les questionnaires sont désormais très souvent allégés. Les critères évalués sont très différents d’un établissement à l’autre : maladies passées, risques familiaux. Les questions portent sur les 10 dernières années. Un examen médical pourra vous être demandé, mais il n’est plus la norme. Retenez qu’au global, l’âge, le montant emprunté, mais aussi votre profession ou encore votre épargne et vos antécédents médicaux seront des critères pris en compte.
Si vous disposez d’un bon dossier, aucune raison que l’on vous refuse un crédit. Si toutefois cela arrivait, pensez à la convention Aeras. Elle permet de trouver une solution pour les dossiers refusés ! Il s’agit de la meilleure solution (déclenchée automatiquement) si votre dossier bloque. Ne mentez surtout pas sur votre état de santé pour obtenir un prêt. L’assureur ferait alors sauter votre garantie…

Intéressé par l'investissement immobilier ?
Contactez-nous !

Où souhaitez-vous investir ?

Autres articles

- Les aides à l'achat d'un logement doivent être stabilisées
- Etudiants : faut-il louer le logement de votre enfant ou investir ?
- Acheter à plusieurs dans l'immobilier : comment s'y prendre ?
- Location meublée à Paris : attention à la commercialité
- Le crowdfunding immobilier : nouvel outil de diversification patrimoniale ?
- Mieux choisir ses placements en déterminant son profil investisseur