Appelez nos conseillers en immobilier - 01 85 09 81 30

L'évolution des revenus du patrimoine
sur 40 ans a profité aux retraités

Publié le 15-02-2017 16:24 -
Rubrique : MARCHE - Crédit photo : (c) Fotolia

Article noté  4/5 (1 avis)    
Evaluez cet article  

 

Les retraités sont "les grands gagnants" et les jeunes, "les grands perdants", depuis les années 1970, de l'évolution des revenus et du patrimoine, selon une étude diffusée par le Conseil général de l'environnement et du développement durable.

La conjoncture des 40 dernières années a été plus favorable aux 60-79 ans

De 1970 à 2013, le revenu moyen par unité de consommation des jeunes âgés de 20 à 29 ans ne s'est apprécié que de 3% (en monnaie constante), contre +55% pour les 30/39 ans, selon les travaux de Jacques Friggit, économiste au CGEDD - organisme qui dépend du ministère de l'Environnement - publiés mardi 14 février 2017.

Dans le même temps, le revenu moyen des 60/69 ans bondissait, lui de 152% et celui des 70/79 ans, de 148%. Les jeunes se sont ainsi paupérisés comparé aux retraités, du fait notamment de l'augmentation des retraites et de la montée du chômage, "qui ne touche pas les retraités", épargnés aussi par "la concurrence des pays à bas salaires", souligne l'économiste.

Ils se sont également appauvris par rapport à la moyenne de la population française, en raison de différents facteurs : départ plus fréquent du foyer parental avant un emploi stable, allongement des études et mise en couple -permettant de cumuler deux revenus- plus tardive.

Ainsi "les personnes âgées sont les grandes gagnantes des 45 dernières années par le revenu, et des 15 dernières années, par les prix de cession des logements", estime M. Friggit.
Bien plus souvent propriétaires de leur résidence principale, et donc "immunisées contre les hausses des prix d'achat et des loyers", elles sont "les gagnantes de l'envolée du prix des logements depuis 2000": elles ont vu leur patrimoine augmenter et vivent plus longtemps.

Les jeunes pénalisés sur le marchés du logement

A contrario, ces phénomènes ont joué au détriment des jeunes, qui en sont les "grands perdants". Ils "bénéficient de moins en moins de HLM depuis 20 ans": seuls 16% des 20-25 ans habitent en HLM en 2011 contre 25% en 1995, dit l'économiste du CGEDD. Car "la garantie de maintien dans les lieux joue contre eux et les occupants actuels des HLM en sortent moins souvent pour accéder à la propriété". En outre, "primo-accédants, ils ont été les perdants de l'envolée du prix des logements".

Alors qu'ils héritent de plus en plus tard de leurs parents -vers 55 ans actuellement-, ils vont supporter l'augmentation de la dette qui a financé l'envolée du prix des logements (via la dette des ménages) et une partie des retraites (sous forme de dette publique).

Intéressé par l'investissement immobilier ?
Contactez-nous !

Autre constat: "les ménages qui ont le plus de difficultés de logement sont, sauf exception, ceux qui ne sont pas propriétaires, d'autant plus si leur revenu est faible".

Les locataires, très nombreux parmi les jeunes, sont donc au coeur de la politique du logement. Or, rapportée à l'ensemble des ménages, cette cible ne diminue pas - la proportion de locataires représente environ 40% des ménages depuis 40 ans -, et se paupérise.

Ainsi, "à objectif constant, le coût d'une politique sociale ciblée sur une population dont l'effectif ne diminue pas et qui se paupérise ne peut qu'augmenter", observe l'économiste, "a fortiori si l'on veut réduire les disparités de qualité de logement".

Où souhaitez-vous investir ?

Autres articles

- Prêt immobilier : les banques misent sur la sécurité
- Miami : un marché locatif attractif pour les investisseurs français
- Vendre à un promoteur : comment ne pas commettre d'erreur ?
- Donations de logements neufs : jusqu'à 100.000 euros d'abattement fiscal
- Loi Pinel : une opportunité pour investir dans l'immobilier
- 4 mesures fiscales favorables aux logements neufs en 2015