Pourquoi l’immobilier est le placement favori pour la retraite

Publié le 04-05-2017 09:08 -
Rubrique : INVESTISSEMENT - Crédit photo : (c)Fotolia

Article noté  4.6/5 (8 avis)    
Evaluez cet article  

 

Valeur sûre par excellence, l`investissement immobilier locatif permet de se constituer un complément de ressources régulier permettant de compenser la perte de revenus que vous subirez lorsque vous cesserez de travailler. Ne tardez pas, c’est un effort de long terme.

Se créer son capital retraite avec l'immobilier

"Vivement la retraite" ! "C’est épouvantable, bientôt la retraite" !
Qu’on la guette avec impatience ou qu’on la redoute, la retraite venue, vous aurez du temps mais plus les moyens financiers de vos envies. Amorcée il y a plusieurs années, la baisse des pensions des régimes de retraite obligatoires des salariés comme ceux des professions indépendantes va se poursuivre inexorablement et elle sera d’autant plus importante que les revenus d’activité sont élevés. Il est donc judicieux d’anticiper et de commencer à investir pour étaler dans le temps, la constitution de votre capital retraite en immobilier locatif qui vous apportera le complément de revenus nécessaire au maintien de votre train de vie.

L’immobilier locatif pour des revenus réguliers

L’immobilier locatif d’habitation reste le chouchou plébiscité par près de 78 % des épargnants, car sur le long terme, il constitue le meilleur placement du marché français. Des performances qui tiennent la dragée haute à bon nombre de placements financiers proposés par les banques et les assureurs.
L’un des principaux atouts de l’investissement pierre est qu’il peut se financer à crédit, il est d’ailleurs le seul placement qui ne nécessite pas de disposer de fonds pour investir. Une opération d’acquisition immobilière bien ficelée apporte au moins deux sources d’enrichissement : les loyers encaissés qui serviront à payer en partie les mensualités de l’emprunt immobilier, réduisant ainsi l’effort financier du propriétaire bailleur pendant la période de remboursement. Des revenus locatifs dont vous profiterez à plein une fois le crédit immobilier remboursé. Il y a également la plus-value, le profit que vous réaliserez, on l’espère pour vous, en cédant le logement à un prix plus élevé que celui de son acquisition.

Même si la plus-value n’est pas aussi confortable qu’espéré, dans tous les cas de figure, cette épargne forcée fournie en remboursement du crédit, permet de se constituer sans douleur un capital que vous pourrez récupérer si vous décidez de vendre pour acheter mieux, plus grand, ou dans une autre région, ou sans raison.

L’idéal est de réaliser votre investissement immobilier locatif au moins dix/quinze ans avant la date probable où vous raccrocherez les gants de l’activité professionnelle. En réalité, plus vous investirez jeune, mieux vous construirez, et valoriserez votre patrimoine immobilier et vos revenus de demain.

A noter :
L’idéal est d’achever de rembourser votre prêt immobilier, juste au moment où vous endossez le manteau de retraité.e. Vous n’aurez plus de charges fixes de remboursement du crédit. Et vos revenus imposables – pensions de retraite à la place des rémunérations du travail – étant plus faibles, la pression fiscale sera moins lourde, vous profiterez bien mieux des revenus que constituent les loyers que vous continuerez d’encaisser.

Intéressé par l'investissement immobilier ?
Contactez-nous !

Quelques conseils pour bien choisir

Un investissement immobilier locatif réussi, qui se valorise, doit obéir à certaines règles de base, et encore plus ardemment lorsqu'il doit assurer ces futurs revenus sur lesquels vous comptez pour améliorer l’ordinaire de vos finances.
L’acquisition doit porter sur un logement situé dans un quartier où la demande locative est forte. Un centre hospitalier, une université, un bassin d’emploi, une zone d’activités etc, constituent un vivier inépuisable de locataires à la recherche d’un toit. Il convient de choisir un bien immobilier disposant des commodités pouvant attirer le plus grand nombre de candidats locataires, notamment des transports collectifs fiables et des commerces.
Votre choix devra se porter sur un logement de qualité, ni trop luxueux ni trop misérable. Luxueux, il sera très cher à l’achat, et vous ne pourrez pas répercuter ce surcoût sur le loyer. Un logement en mauvais état, sauf si vous l’achetez dans l’optique d’y réaliser des travaux de rénovation, risque de faire fuir les preneurs solvables.

Vous éviterez les trop petites surfaces, qui, certes, peuvent afficher une forte rentabilité dans certaines villes, mais peuvent entraîner une importante rotation des locataires, aspirant à d’avantage d’espace de vie quotidienne.
Les deux et les trois pièces ont la cote, et se louent rapidement, dans la mesure bien sûr, où le logement se situe dans une ville où existe une réelle demande locative. Les quatre pièces sont très apprécient des familles qui généralement sont des locataires très stables.
Ne « rêvez » pas le loyer que vous espérez encaisser. Gardez les pieds sur terre, et allez sur place, avant l’acquisition, mener une petite enquête pour vous faire une idée des loyers pratiqués dans le quartier.

A noter :
Investissez dans un bien immobilier locatif pas trop éloigné de votre domicile actuel ou de votre lieu de travail, afin de suivre de près votre investissement.
Choisissez des logements classiques avec une distribution harmonieuse de l’espace, et offrant de bonnes prestations.

Où souhaitez-vous investir ?

Autres articles

- La banque LCL condamnée sur le calcul des intérêts des prêts personnels
- La défiscalisation n'est pas le moteur de l'investissement immobilier
- Comment établir le business plan d’un hôtel ?
- Optimiser le rendement d'un investissement locatif
- Des innovations immobilières face à la pénurie de logements
- Fiscalité : les propriétaires d'immeubles incités à vendre