ideal investisseur
La synthèse de l'actualité économique et patrimoniale
ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    Immobilier

Logements à 5000 euros/m2 à Paris : la Mairie croule sous les candidatures

Près de 2700 dossiers ont été déposés pour les 23 logements neufs que la ville vend à moitié prix dans le cadre d'un bail réel solidaire.

Par | Publié le 10-05-2021 14:41, Mis à jour le 10-05-2021 14:58
Photo : Adobe Stock - Panorama de Paris © Ekaterina Belova  

Des logements acquis en bail réel solidaire

Du 6 au 30 avril, la ville de Paris a lancé la commercialisation de 23 logements à 5000 euros du mètre carré. Près de 2700 dossiers de candidature ont été déposés, marquant le vif intérêt des Parisiens pour cette opération qui offre de devenir propriétaire de sa résidence principale à moitié prix. La plupart des candidats sont des familles avec enfants. 78 % habitent Paris et 90 % sont actuellement locataires. 4 candidats sur 10 résident dans un logement social.

Pour mener à bien cette opération, la Ville a utilisé une disposition de la loi Alur : le Bail Réel Solidaire (BRS). Déjà utilisé dans nombreuses communes de France, le dispositif consiste à dissocier la propriété du bâti, acheté par les particuliers, de celle du terrain qui reste la propriété d'un organisme de foncier solidaire (OFS).

Ici, les acquéreurs achèteront les murs de leur logement et devront payer une redevance mensuelle à la Foncière de la Ville de Paris (FDVP). Par exemple, un deux-pièces de 47 m² sera vendu pour 238.000 euros et ses propriétaires devront payer chaque mois 118 euros pour l'occupation du terrain. Pour un 5 pièces, le prix d'achat sera de 437.000 euros auquel il faudra ajouter 223 euros de redevance mensuelle.

>> A LIRE : Le Bail Réel Solidaire permet d'acheter un logement 25 à 40% moins cher



Une sélection qui doit se faire sur la base du respect des critères d'éligibilité

Première opération du genre à Paris, les 23 logements vendus « sur plans » seront situés dans le 14e arrondissement sur le site de l'ancien hôpital Saint-Vincent de Paul. Ils prendront place dans un bâtiment de 33 logements, dont 10 sont déjà réservés au parc locatif social. L'ensemble devrait être livré en 2025. Selon la Mairie, une fois désignés, les futurs propriétaires pourront entrer dans une démarche « d'habitat participatif, afin de concevoir collectivement leur logement et un mode de vie écologique, durable et solidaire ».

Mais reste à savoir comment la Mairie va faire le tri entre ces milliers de candidatures pour sélectionner les 23 heureux élus, soit un peu moins d'un dossier sur 100. Selon les explications de la Foncière de la Ville de Paris, les dossiers vont d'abord être triés afin de vérifier si les ménages respectent bien les critères d'éligibilité au dispositif.

Les candidats, qui sont tenus de s'engager à ce que le logement soit leur résidence principale, doivent en effet respecter un plafond de ressources calculé en fonction de la composition du foyer. Celui-ci est par exemple de 32.562 euros pour une personne seule, 45.586 euros pour un couple et 59.263 euros pour une famille avec 2 enfants. En parallèle, l'acquisition du logement ne doit pas nécessiter un taux d'effort de plus de 40 % des ressources mensuelles du foyer. Les ménages doivent aussi vivre ou travailler à Paris et demander un logement qui comporte un nombre de pièces conforme à la composition de leur foyer. La FDVP a par ailleurs fait savoir que les candidats issus de logements sociaux seront favorisés.

Des points seront attribués aux dossiers pour chaque critère. Ceux qui totaliseront le plus grand nombre de points seront examinés plus en détails et vérifiés. Les 5 premiers seront ensuite rendus anonymes et transmis à la « Commission de sélection », qui les « classera par ordre de priorité », explique la Foncière de la Ville de Paris.

D'autres projets en bail réel solidaire doivent être lancés dans les mois qui viennent dans les 13e, 18e et 20e arrondissements. Environ 1000 logements de ce type doivent voir le jour à Paris d'ici 2027.

>> A LIRE : Immobilier à Paris : les prix sont-ils en hausse ou en baisse ?

Une revente possible, mais sans plus-value
Les futurs propriétaires de ces logements à prix cassé pourront transmettre ou revendre leur logement. Le prix sera néanmoins imposé et correspondra au coût d'achat initial réajusté annuellement sur la base « d'un indice proche de l'inflation. »

>> A LIRE : La taxe foncière va augmenter de 2 à 3% en moyenne, selon les maires




Envie d'ajouter un commentaire ? De poser une question ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !



S'abonner à la newsletter