ideal investisseur
ideal-investisseur.fr  

Mission Stéphane Bern : sauvons le patrimoine en péril

Publié le 14-08-2018 14:33 - Mise à jour le 14-08-2018 15:06 -
Rubrique : placements - Crédit photo : (c) Fondation du patrimoine - le théâtre des bleus à Bar le Duc

Article noté  5/5 (2 avis)    
Evaluez cet article  


Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 25% des monuments historiques protégés sont en mauvais état et 2.000 sont en péril. Pour sauvegarder le patrimoine français, les particuliers peuvent agir en soutenant la Mission Stéphane Bern grâce au loto du patrimoine du 14 septembre prochain, à l'achat d'un jeu de grattage ou en faisant un don pour un projet précis, ce qui leur ouvrira droit à une réduction d'impôts.

Le patrimoine déclaré cause nationale du quinquennat

Le patrimoine est un vecteur de l'Histoire, et les français y sont attachés. La France est également le premier pays touristique du monde, avec 89 millions de visiteurs étrangers en 2017 selon les estimations du ministère des affaires étrangères. Et si le pays a tant de succès, c'est aussi pour la richesse de son patrimoine et de son Histoire.

Ainsi, le patrimoine n'est pas quelque chose de figé. C'est également un levier économique extraordinaire pour les territoires : pour tous les emplois créés grâce au tourisme d'une part, mais également pour la préservation des métiers d'arts qui font eux aussi partie du patrimoine immatériel.

Le 16 septembre 2017, le Président de la République confiait à Stéphane Bern la mission d'identifier des biens patrimoniaux en péril et de proposer de nouvelles sources de financement pour les sauvegarder. Accompagné par le ministère de la Culture et la Fondation du patrimoine, la "mission Stéphane Bern" a permis de mettre en lumière 2000 sites en péril partout en France grâce à une démarche participative : châteaux, lavoirs, théâtres, fontaines, églises...

Le 31 mai 2018, face aux 270 porteurs de projets sélectionnés par la Mission Bern pour bénéficier du loto spécial, le chef de l'Etat déclarait même le patrimoine "cause nationale" : « C'est le cœur politique de la Nation, son identité, ce qui nous rend fiers », avait-t-il déclaré.


Un jeu de grattage et un tirage du loto dédié au patrimoine

Côté financement, la mission Stéphane Bern a permis de créer le "loto du patrimoine", organisé conjointement avec la Française des Jeux et composé d'un jeu de grattage et d'un tirage exceptionnel du loto.

Dès le 3 septembre, il sera possible d'acheter au prix de 15 euros l'un des 12 millions de "tickets patrimoine", afin d'espérer empocher l'un des gros lots mis en jeu : 6 tickets à 1,5 million d'euros et 8 tickets à 150.000 euros. Beaucoup d'autres lots inférieurs permettront également à chaque acheteur d'avoir 1 chance sur 3 de remporter un gain de minimum 15 euros. Pour chaque ticket, 1,52 euro sera reversé à la Fondation du patrimoine.

Le grand tirage du loto du patrimoine aura lieu le vendredi 14 septembre prochain (veille des journées du Patrimoine 2018). Pour le même prix qu'une grille de loto classique, il sera possible de jouer pour remporter la cagnotte de 13 millions d'euros. La part prélevée habituellement par l'Etat reviendra exceptionnellement au patrimoine.

Au total, la campagne devrait permettre de collecter de 15 à 20 millions d'euros, ce qui, d'après les confidences de Stéphane Bern au Parisien, devrait permettre de sauver totalement environ trente monuments dès cette année. Une belle somme, mais qui reste bien faible au regard des 810 millions d'euros évoqués sur la plateforme Internet de la Mission Patrimoine pour sauvegarder les 2000 sites identifiés. Celle-ci est donc prévue pour continuer pendant plusieurs années.

Un peu d'histoire
L'utilisation d'une loterie du patrimoine n'est pas nouvelle. Evoquée pendant la campagne d'Emmanuel Macron, ce principe est actuellement utilisé par le Royaume-Uni : la National Lottery permet chaque année de financer environ 400 millions d’euros pour la sauvegarde de monuments ou l'acquisition d'œuvres.

Financer des projets de sauvegarde du patrimoine en faisant des dons

Le second volet de la mission Stéphane Bern consiste à faire participer les particuliers directement au financement d'un ou plusieurs projets de restauration ou de conservation. Le site Internet https://www.missionbern.fr, édité en collaboration avec la Fondation du Patrimoine, présente actuellement 87 projets auxquels il est possible de faire un don en quelques clics. Début août, il avait déjà collecté 1,3 million d'euros.

La plateforme est plutôt bien faite et simple d'utilisation. Un outil de recherche permet de trier les sites en fonction de critères de lieu ou de typologie : patrimoine religieux, industriel et artisanal, châteaux, patrimoine agricole ou rural, patrimoine lié à l'eau... Les photos donnent un aperçu rapide des différents projets. Chacun dispose d'une fiche décrivant l'histoire du lieu, sa vocation et la nature des travaux à financer. On peut également découvrir le montant à collecter et celui déjà obtenu.

Pour faire un don, rien de plus simple. Après avoir sélectionné un projet, il suffit de cliquer sur "je soutiens cette collecte". Il est alors possible de donner directement en ligne en entrant le montant de votre don et vos coordonnées puis de procéder au paiement, ou d'envoyer un chèque. Ces projets étant soutenus par la Fondation du patrimoine, chaque don ouvre droit à une réduction d'impôt correspondant à 66% du montant donné.

Enfin, sachez que la Fondation du patrimoine recense également 2750 projets de sauvegarde de monuments patrimoniaux et œuvres d'art, qu'il est également possible de soutenir.

Oui, la réduction d'impôt est toujours applicable malgré le prélèvement à la source :
La mise en place du prélèvement à la source n'aura aucun impact sur la réduction d'impôt sur le revenu en cas de dons à des organismes ou associations éligibles.
Dès septembre 2019, la réduction pourra être déduite de l'impôt qu'il vous reste à payer. Si le montant de la réduction est supérieur au montant de l'impôt, le reliquat vous sera restitué par virement.
Notre article complet sur le prélèvement à la source ici.


Nos projets coup de cœur

- Le Théâtre des bleus de Bar dans la Meuse :
Construit en 1900 sur la volonté d’un négociant de Bar-le-Duc passionné de théâtre, c'est un des premiers bâtiments construits en béton armé, dont la scène est inspirée du Théâtre du Chatelet à Paris. Sauvé de la démolition il y a quelques années, sa rénovation nécessite un peu plus de 350.000 euros pour revivre et poursuivre sa vocation culturelle.

- Le Château de Commequiers en Vendée :
La forteresse médiévale dont la construction a été entreprise à la fin du XVème siècle est actuellement menacée de disparition. Le château, dont la forme hexagonale est unique, a dû être fermé au public en 2017 pour cause d'effondrements. La commune recherche actuellement 180.000 € afin de pouvoir procéder à la réalisation des travaux d'urgence sur les éléments les plus dégradés, voire plus pour s'engager dans une restauration plus globale.

- L'aqueduc romain du Gier à Chaponost dans le Rhône :
Edifié entre le Ier et le IIème siècle de notre ère, il alimentait en eau la ville de Lugdunum (Lyon). Cet aqueduc est l'un des plus longs édifices romains connus, parcourant à l'époque plus de 85 kilomètres en alternant des sections aériennes et des sections enterrées. La commune recherche actuellement 177.000 euros pour consolider 13 arches du monument et protéger en même temps les vestiges antiques de l'érosion.


A lire également :
Agir pour sauver le patrimoine : c'est possible !

A qui appartiennent les monuments ?
65% des monuments en péril appartiennent aux collectivités locales, qui, avec la fonte des dotations de l'Etat, ne peuvent plus entretenir le patrimoine. Beaucoup de petites communes disposent en effet d'un patrimoine historique important, dont le budget nécessaire aux travaux d'entretien ou de sauvegarde pèse trop lourd.



Dans quoi investir
en 2018 ?





Rechercher un article

Moral positif pour les professionnels de l'immobilier


Royalties : un investissement novateur


Réussir la mise en location de son logement : les conseils de Fabrice Houlé


Travaux de rénovation : comment éviter pièges et arnaques ?


Dons aux associations : soutenir une cause permet toujours de réduire ses impôts