ideal investisseur
Le magazine qui donne du sens à votre argent
ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    vigilance

Placements alternatifs : une possible escroquerie à 100 millions de dollars

Une plateforme de trading en ligne d'options binaires vient d'être inculpée pour fraude par les autorités américaines. Les victimes pourraient être nombreuses.

Temps de lecture : 2 minute(s) - Par | Publié le 26-04-2021 12:29, Mis à jour le 26-04-2021 12:43
Photo : Adobe Stock  

Partager

Les options binaires : un support très risqué et un nid à arnaques

L'investissement dans les « options binaires » consiste à prendre un pari sur l'évolution à très court terme du cours d'un titre, à la hausse ou à la baisse. Par exemple, un individu parie que la valeur d'une action va augmenter d'ici le lendemain. Un autre individu, nommé « la contrepartie », parie au contraire sur sa baisse. Celui qui a raison empoche l'argent, l'autre perd sa mise.

Les options binaires sont des supports d'investissement réputés très risqués. En France, l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) alerte très régulièrement sur ces placements qui, comme les CFD ou le trading sur le FOREX, font aussi le lit de nombreuses arnaques. Leur commercialisation est d'ailleurs interdite aux non-professionnels depuis 2018.

>> A LIRE : Crise : le Prêt Garanti par l'État élargi et prolongé



Une potentielle arnaque à 100 millions de dollars

Le régulateur des marchés financiers américains, la « SEC », vient ainsi d'inculper pour fraude la société israélienne « Spot Option » et ses anciens dirigeants.

Créée en 2009, Spot Option s'était vite transformée en « machine à cash ». Renommée « Spot Tech House », la société vendait des options binaires à travers le monde via Internet, en fournissant ses outils numériques à de nombreux courtiers en marque blanche, contre un pourcentage de leurs gains. Avant que ses activités soient stoppées, elle et ses partenaires prétendaient réaliser environ 65% du marché mondial des options binaires.

Selon le communiqué publié par la SEC, Spot Option est accusée d'avoir escroqué ses clients pour un montant d'au moins 100 millions de dollars entre 2012 et 2017. La société aurait incité des Américains à investir dans des options binaires sans y être autorisée. Les particuliers étaient convaincus d'investir au moyen de méthodes de vente agressives : le placement était présenté comme un investissement très rentable, permettant de gagner jusqu'à 85% en seulement une journée.

Les plateformes de la galaxie Spot Option auraient également omis d'informer leurs clients que le courtier qui leur vendait les produits était la « contrepartie » contre laquelle ils misaient. Selon la SEC, c'est eux qui empochaient l'argent que les clients avaient investi lorsque ces derniers perdaient leur pari.

Enfin, Spot Option aurait donné des instructions à ses partenaires pour limiter le retrait des fonds déposés par les investisseurs, réduisant ainsi leurs possibilités de gain. Les particuliers n'auraient réussi à récupérer qu'entre 18% et 25% des sommes investies, le reste étant perdu dans les opérations de trading.

Dans un communiqué rapporté par le journal Haaretz, deux associés de Spot Option, Pini Peter et Ran Amiran, ont réfuté les accusations de la SEC. « Notre système a été approuvé par les autorités japonaises, européennes, australiennes, russes et américaines. Spot Option était une société qui fournissait des plateformes à des courtiers à travers le monde. La société est en train de fermer et ne travaille plus dans le développement de logiciels. »

>> A LIRE : Escroquerie : attention à l'usurpation du nom des conseillers et produits financiers


Une industrie en mutation

En 2016, le journal The times of Tel Aviv avait publié une enquête intitulée Les loups de Tel Aviv, en référence au Loup de Wall Street. L'article expliquait alors que cette industrie financière, qui employait des milliers de personnes, avait des pratiques douteuses.

À la suite à de nombreuses plaintes de clients étrangers, Israël avait mis fin à l'industrie des options binaires en 2018, interdisant cette activité sur son sol. Depuis, les sociétés ont pu se réinstaller à l'étranger. Elles opèrent désormais surtout depuis l'Ukraine ou Chypre. Elles se sont aussi diversifiées et sévissent maintenant dans le secteur des cryptomonnaies, où un système proche peut être facilement bâti.

Comme l'AMF en France, la SEC rappelle que les investisseurs doivent être attentifs et se méfier des produits financiers présentés comme procurant un fort rendement. Surtout lorsque les méthodes de vente consistent à les mettre sous pression, notamment en leur faisant croire qu'il faut investir tout de suite.

>> A LIRE : 10 cryptomonnaies alternatives au Bitcoin à suivre en 2021



Cet article vous a été utile ?

      
  Dîtes-nous en plus dans les commentaires !



Partager




Envie d'ajouter un commentaire ? De poser une question ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !





S'abonner à la newsletter


Mieux comprendre l’article
Les mots marqués d'un * ou soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

Autorité des Marchés Financiers (AMF) :
L'AMF (Autorité des Marchés Financiers) est chargée de réguler les acteurs de la finance. Parmi ses principales missions, l'institution créée les règles à respecter, surveille les acteurs, autorise la mise sur le marché de produits financiers, sanctionne ceux qui ne respectent pas les règles, et informe les épargnants.