ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Le regroupement de crédit permet d'inclure son prêt immobilier

| Publié le 28-09-2020 13:10 | Mise à jour le 28-09-2020 14:47
🏠 Accueil   ➤    Quotidien
C Dulary
Crédit(s) photo(s) : Adobe Stock - 50475071  

Le regroupement des crédits facilite la gestion quotidienne du budget familial. Les taux bas incitent à examiner cette alternative, d'autant qu'il est possible de regrouper crédits à la consommation et crédit immobilier en un seul emprunt.

Une solution pour réduire ses mensualités

Les taux d'emprunt sont en baisse continue depuis quelques années. La période est donc propice à la renégociation, ou regroupement ou au rachat de crédit pour un certain nombre de particuliers. En 10 ans, les taux moyens des crédits immobiliers ont baissé de moitié pour atteindre 1,30% sur 20 ans en septembre 2020. En 3 ans, les taux concernant les crédits à la consommation sur 12 mois sont passés de 2,65% à 1,83%. Le taux appliqué après rachat peut donc être avantageux, comme l'explique ce guide.

Cette conjoncture est favorable au regroupement de crédits dès que le taux d'emprunt présente une différence notable avec le taux initial du crédit. Il n'est toutefois pas opportun dans toutes les situations. Lorsque le taux négocié est déjà bas ou lorsqu'il reste peu de mensualités, les indemnités de remboursement anticipé annulent les effets positifs de la démarche.

L'avantage principal du regroupement de crédit est de diminuer les mensualités, avec pour conséquence d'augmenter le pouvoir d'achat mensuel du foyer. La restructuration des emprunts peut aussi aboutir, dans un second temps, à une diminution du coût total des prêts. Enfin, cette action simplifie la gestion budgétaire puisqu'il n'existe plus qu'un seul crédit global et qu'une seule mensualité.


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


La possibilité d'intégrer un crédit immobilier

Certains établissements offrent de regrouper les crédits à la consommation et les crédits immobiliers existants. Dans ce cas, la banque ou l'établissement sollicité va dans un premier temps vérifier le taux d'endettement du foyer. La somme totale des mensualités remboursées ne devra pas dépasser 33% des revenus mensuels.

Dans le cas inverse, il sera difficile de trouver une banque qui accepte le dossier. Ce regroupement implique également que le prêt immobilier s'élève au moins à 60% du capital emprunté. Ce « rachat de crédit hypothécaire » permet d'obtenir une seule mensualité pour tous les emprunts et de gagner en lisibilité. Ce montage est également envisageable lorsque les particuliers détiennent uniquement des crédits à la consommation mais souhaitent contracter un prêt immobilier en plus.



L'obtention d'un regroupement de crédit n'est pas automatique

La demande de rachat ou de regroupement de crédit nécessite de présenter un dossier solide. Comme pour tout emprunt, satisfaire aux autres conditions traditionnelles est un préalable (capacité de remboursement, apport...). Certaines situations, considérées comme « à risque » par les banquiers, aboutissent à un refus de regroupement des crédits.

C'est souvent le cas pour les personnes fichées à la Banque de France. Cet évènement peut survenir lors d'incident de remboursement de crédit (fichage « FICP », Fichier national des Incidents de remboursements des Crédits aux Particuliers) ou lors de paiements par chèque sans provision (fichage « FFC », Fichier Central des Chèques).

Une situation financière jugées non-équilibrée peut également conduire à une fin de non-recevoir. Il peut s'agir d'un taux d'endettement trop élevé pour le ménage (plus de 33% de ses revenus mensuels) ou de revenus faibles, voire irréguliers. D'autres critères peuvent entrer en ligne de compte, comme le type du contrat de travail (les chances de financement sont améliorées pour les personnes en CDI et les titulaires de la fonction publique). Enfin, le nombre de crédits à regrouper peut aussi jouer en la défaveur du demandeur. Un nombre trop élevé peut être révélateur d'une mauvaise gestion du budget.