ideal investisseur

Le magazine qui donne du sens à votre argent

twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves
ideal-investisseur.fr
Menu ideal-investisseur.fr


🏠 Accueil  ➤ Comparateur Fonds d'investissement

Meilleurs fonds d'investissement 2022 : comparez les placements

Trouvez les meilleurs fonds immobiliers, FCPR, FCPI, OPCI, ETF du marché,
comparez les caractéristiques, les frais
grâce à notre comparateur indépendant.



*Performance brute 2021. LES PERFORMANCES PASSÉES NE PRÉJUGENT PAS DES PERFORMANCES FUTURES. LES FONDS D'INVESTISSEMENT PRESENTENT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL !

Type :
 ETF  

Catégorie :
 actions-francaises  

Perf. 2021* :
  31.59%*  

Risque
 6/7 

Frais d'entrée
 % 

Frais de gestion / an
 0.25%  


Accès :
  ASSURANCE-VIE / PER / PEA /  




Type :
 SC  

Catégorie :
 immobilier  

Perf. 2021* :
  5.08%*  

Risque
 3/7 

Frais d'entrée
 2.00% 

Frais de gestion / an
 1.92%  


Accès :
  ASSURANCE-VIE / PER / PROFESSIONNELS  




Type :
 SCI  

Catégorie :
 immobilier  

Perf. 2021* :
  -  

Risque
 3/7 

Frais d'entrée
 2.00% 

Frais de gestion / an
 1.40%  


Accès :
  ASSURANCE-VIE / PER /  




Type :
 SCI  

Catégorie :
 immobilier  

Perf. 2021* :
  4.12%*  

Risque
 2/7 

Frais d'entrée
 2.00% 

Frais de gestion / an
 1.60%  


Accès :
  ASSURANCE-VIE / PER /  




Type :
 SC  

Catégorie :
 immobilier  

Perf. 2021* :
  3.63%*  

Risque
 3/7 

Frais d'entrée
 0.00% 

Frais de gestion / an
 1.60%  


Accès :
  ASSURANCE-VIE / PER /  




Type :
 SCI  

Catégorie :
 immobilier  

Perf. 2021* :
  8.80%*  

Risque
 3/7 

Frais d'entrée
 2.00% 

Frais de gestion / an
 1.60%  


Accès :
  ASSURANCE-VIE /  




Type :
 SC  

Catégorie :
 immobilier  

Perf. 2021* :
  3.26%*  

Risque
 3/7 

Frais d'entrée
 2.00% 

Frais de gestion / an
 0.80%  


Accès :
  ASSURANCE-VIE / PER /  



Les meilleurs fonds d’investissement de 2022

Ideal-investisseur.fr passe au crible un certain nombre de fonds d'investissement. Notre démarche est destinée à aider les particuliers à sélectionner les supports dans lesquels investir. Pour autant, la liste que nous présentons ici n'est pas exhaustive.

De nombreux fonds se créent chaque mois, et des milliers d'autres existent sur le marché. N'hésitez pas à vous tourner vers un conseiller en gestion de patrimoine, notamment les indépendants qui ont plus de latitudes dans leurs choix de supports.

Il existe des milliers de fonds d'investissement

Les fonds d’investissement sont des structures financières recueillant de l’épargne dans le but de l’investir selon une stratégie prédéfinie. Sur le marché des placements, il existe des milliers de fonds d’investissement différents, dont une grande partie est accessible aux particuliers qui souhaitent investir.

L’un des prérequis avant de commencer à sélectionner des fonds d'investissement pour y placer de l'argent est de bien comprendre que l'épargne ainsi investie est placée à risque. Quel que soit le support choisi ou ses classes d actifs sous-jacentes (autrement dit, les supports dans lesquels le fonds va à son tour investir), le montant déposé subi un risque de perte en capital.

Tout ou partie de l’argent placé peut être perdu, en fonction des variations des marchés financiers et de la gestion effective du fonds d’investissement. De même, lorsque le fonds n'est pas coté en bourse, il peut exister une difficulté à revendre ses parts, surtout lorsque celles-ci sont détenues en direct.

Quels sont les critères pris en compte dans la notation des meilleures assurances-vie ?

Quels sont les meilleurs fonds d'investissement ? Cette question n'a pas de réponse préétablie. Pour choisir dans quel fonds investir, les épargnants doivent avoir au préalable établi leur stratégie d’investissement. Ils doivent connaître le montant qu’ils souhaitent investir et le rythme de leur placement (en une fois, tous les mois...), leur horizon, leurs objectifs et leur degré de capacité à prendre des risques avec leur épargne (profil de risque). Ils doivent aussi envisager dans quel cadre ils investissent : assurance-vie, PER, compte-titres, PEA, direct...

Bien souvent, comme pour un investissement en bourse, les particuliers devront se faire conseiller, car le marché est vaste. Pour choisir au mieux, nécessite de comprendre non seulement le fonctionnement de chaque fond visé, mais aussi la solidité de la société de gestion qui est derrière, ainsi que les performances passées du fond mais aussi des autres supports créés précédemment par la société de gestion concernés.

Attention toutefois, même si les rentabilités passées sont bonnes, elles ne sont pas une garantie des performances futures : en matière de placement, il n'est pas possible d'anticiper les fluctuations à long terme.

S'il n'existe pas de définition du meilleur fonds d'investissement, les mauvais peuvent rapidement être détectés. Il s'agit des supports dont les performances passées sont mauvaises par rapport au marché, de ceux qui prélèvent trop de frais de gestion. Plus généralement, les épargnants doivent se méfier des fonds distribués par des sociétés de gestion dont les performances sont moyennes ou négatives sur les dernières années. Ils peuvent facilement vérifier ce point sur des sites spécialisés comme Morningstar avant d'investir, et prendre des renseignements auprès de leur conseil en gestion de patrimoine.

Comment fonctionnent les fonds d'investissement ?

En France, chaque fonds d’investissement est créé est géré par une société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Selon la nature des actifs qui vont être choisis et la stratégie d’investissement qu'elle a définie en amont, le fonds peut prendre plusieurs types de formes juridiques. Celles-ci vont avoir un impact sur l'épargnant.

Les OPCVM, fonds pour investir en bourse : SICAV et FCP

On trouve ainsi des OPCVM, Organismes de Placement Collectif en Valeur Mobilière, qui vont investir majoritairement dans les titres financiers comme des actions ou des obligations. Ces OPCVM peuvent être de 2 natures : SICAV ou FCPb>.

Les SICAV sont des Sociétés d’Investissement à CApital Variable dont les épargnants sont actionnaires. À ce titre, ils sont cotés en Bourse et donnent un droit de vote lors des assemblées générales. On trouve ainsi des fonds thématiques, comme des fonds actions destinés à investir sur des entreprises européennes, américaines, ou d'un secteur particulier.

Les Fonds Communs de Placement (FCP) représentent des copropriétés de valeurs mobilières. Autrement dit, chaque épargnant est copropriétaire de tous les actifs détenus par le FCP. Néanmoins ceux-ci n'ont aucun mot à dire quant à la gestion du fond, contrairement aux Sicav. Les OPCVM sont largement distribués par les banques, mais également par les contrats d’assurance-vie multisupports et les PER.

Il existe des milliers de OPCVM, qui adoptent chacun une stratégie propre. Investissement dans des actions internationales ou françaises, dans des obligations d'entreprises ou d'États, investissement sur un ou plusieurs zones géographiques particulières, sur un secteur économique précis… Le choix est très vaste. Leur avantage est d'être particulièrement liquides, mais les performances sont très variables puisque celles-ci dépendent des sous-jacents.

Les ETF ou Trackers : pour suivre les performances de certains titres financiers

Les fonds d’investissement peuvent aussi adopter la catégorie d’ETF. Ces fonds sont aussi appelés « trackers », car leur objectif est d’investir dans des actifs de façon à reproduire les performances d’un indice ou d’un secteur d'activité.

Par exemple, un ETF dont la stratégie est de reproduire les performances du CAC 40 va investir dans les actions des entreprises présentes au sein du CAC 40, dans les proportions exactes de la contribution de chacun des titres à la valeur de l’indice. Le portefeuille va être réajusté régulièrement pour se conformer à l’indice. Il s'agit donc d'une gestion passive.

En 2021, les ETF ont, en moyenne, fait mieux que 84 % des fonds en gestion active (fonds qui ont pour objectif de faire une meilleure performance que la moyenne du marché et qui choisissent leurs sous-jacents en conséquence selon les opportunités).

Les ETF ont l’avantage d’être assez simples à comprendre. Lorsqu’ils sont bien gérés, leurs performances sont équivalentes à celles de l’indice ou du secteur suivi. Ils génèrent également peu de frais, en comparaison de nombreux autres types de fonds du marché.

À l’inverse, le gérant ne peut procéder à aucun réajustement en cas de baisse. Si la valeur de l’indice suivi baisse ou s'écroule, le cours de l’ETF va aussi baisser. Les investisseurs peuvent évidemment perdre de l’argent.

Les fonds d'investissement immobiliers : SCPI, OPCI, SIIC, SCI...

Les fonds d’investissement ne se bornent pas aux actions et obligations traditionnelles des marchés financiers. On trouve également une multitude de formes de fonds avec des stratégies et des sous-jacents très différents.

Parmi eux, les fonds immobiliers sont de plus en plus présents, notamment parce qu’ils bénéficient souvent de la solidité et des fondamentaux des marchés immobiliers. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue qu'ils comprennent également un risque de perte en capital pour de multiples raisons.

Les fonds immobiliers sont également de plusieurs natures. On trouve ainsi les SCPI, qui sont des sociétés civiles de placement immobilier non cotées. Leur objectif est d’acheter des immeubles pour le compte des épargnants et de les exploiter afin de leur verser un loyer. Ces placements font l'objet d'un comparateur dédié sur notre site.

On trouve également des OPCI, c'est-à-dire des Organismes de Placement Collectif Immobiliers. Ces fonds ne sont pas cotés en bourse. De la même manière que les SCPI, ils investissent dans des biens immobiliers, mais peuvent également investir jusqu’à 35% dans des actifs financiers comme des actions ou des obligations. Ils sont toutefois obligés de conserver une poche de liquidités d’au moins 5 %.

Les OPCI peuvent prendre la forme de Fonds Communs de Placement Immobiliers (FPI), qui fonctionnent de la même manière que les FCP et sont donc des copropriétés de part, ou de SPPICAV, qui fonctionnent de la même manière que les SICAV.

Les SIIC sont des fonds d’investissement immobiliers cotés en bourse. Leur objectif est toujours d’acheter et d’exploiter un patrimoine immobilier locatif. C’est une alternative intéressante, car elle permet de revendre souvent plus facilement ses parts que les SCPI ou les OPC. Néanmoins leur valeur est soumise aux aléas des marchés boursiers : elle peut donc varier fortement à la hausse ou à la baisse.

Depuis quelques années, les épargnants peuvent également investir dans des Sociétés Civiles Immobilières (SC et SCI) gérées par des professionnels, au travers de certains contrats d’assurance-vie ou plans d’épargne retraite (PER).

Ces fonds prennent la forme de « SC » ou de « SCI », et ont pour objectif d’acquérir un patrimoine lié aux marchés immobiliers. Ils se distinguent des SCPI et OPCI, notamment car ils ont le droit d'investir à la fois dans de l’immobilier en direct et dans d’autres fonds immobiliers non-cotés dans les proportions qu'ils veulent.

Les fonds pour investir dans les PME

Un autre type d’investissement est destiné à investir dans des petites et moyennes entreprises qui ne sont pas cotées en bourse. Il s’agit notamment des FCPI, FCPR et FIP. Ces fonds sont construits pour une durée de vie limitée, généralement comprise entre 6 et 10 ans.

La période de collecte est elle aussi limitée dans le temps. Les FCPI vont se concentrer sur l’investissement dans des sociétés innovantes, les FCPR sur des PME et TPE en phase de développement, et les FIP sur des entreprises d’une région géographique déterminée.

Les FCPI et FIP permettent souvent aux épargnants d’obtenir une réduction d’impôt sur le revenu en contrepartie d’une conservation des parts pendant au moins 5 ans. Attention néanmoins, car par définition l'investissement concerne directement des petites et moyennes entreprises, ce qui signifie que même si les sociétés de gestion diversifient les placements en investissant dans de multiples structures, le risque de perte en capital est bien présent pour les épargnants.

De même, certains fonds d'investissement génèrent peu voire pas de rendement, en contrepartie d’un blocage des fonds assez long. Mais au moins, ce système permet de financer l’économie réelle, et certains fonds dégagent des rentabilités intéressantes.

Comment investir dans un fonds d'investissement ? Les enveloppes de placement

Tous ces fonds d’investissement, aussi variés soit-il, peuvent être accessibles de différentes manières pour les épargnants. Si certains sont réservés aux investisseurs professionnels, notamment du fait de leurs risques ou de l’importance de leur ticket d’entrée, d’autres sont disponibles en direct comme les FCPI, FCPR ou FIP.

Certains nécessitent au contraire d’ouvrir un placement enveloppe comme un compte-titres, un PEA ou un PEA-PME (plans d’épargne en actions) pour les loger. À noter que les PEA et PEA-PME permettent de bénéficier d’un avantage fiscal sur les plus-values après huit ans.

D’autres fonds d’investissement, quel que soit leur type, peuvent être accessibles au sein de contrats d’assurance-vie ou de plans d’épargne retraite. Ils sont alors sous forme "d’unité de compte". C’est notamment le cas des SC immobilières, dans lesquels les particuliers ne peuvent pas investir autrement. Certains fonds sont également accessibles au sein de plans d’épargne salariale, sous forme de FCPE.

Toutefois, tous les fonds d’investissement ne sont pas disponibles sous ces formes. C’est l’entité qui crée le contrat qui décide de quels supports il rend disponibles. Sur notre site, vous pourrez ainsi constater qu'il existe des contrats dans lesquels plusieurs centaines d'unités de compte sont accessibles, tandis que d'autres n'en proposent qu'une dizaine. Dans ce cas, c’est souvent les possibilités du contrat qui guident le choix des fonds d’investissement.



Rendez-vous sur la version ordinateur pour plus d'options de recherche