ideal investisseur

Le magazine qui donne du sens à votre argent

twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves
ideal-investisseur.fr
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    Voix

Investir dans le marché du CBD : les pour et les contre





Contenu proposé par Brisbane Services.

D'un côté, le marché du CBD peut compter sur une demande impressionnante, un coût matière très compétitif et un processus de « dédiabolisation » bien enclenché. De l'autre, il se trouve menacé par l'incertitude juridique et la réticence des banques à financer les projets portant sur la commercialisation des produits à base de CBD. Décryptage…

Temps de lecture : 2 minute(s) | Mis à jour le 11-05-2022 07:26 | Publié le 11-05-2022 07:20
Photo : Shutterstock  

#1 Opportunité : la demande ne faiblit pas

C'est un fait : le cannabidiol a trouvé son public dans l'Hexagone. Selon les chiffres de l'interchanvr, relayés ici par le média LSA Conso, la France ne compterait pas moins de 7 millions de consommateurs de produits à base de CBD. C'est plus de 10 % de la population française et environ 16 % de la demande européenne. En dépit des péripéties juridiques (voir plus bas) et de l'image relativement controversée de la molécule, le marché du CBD ne manque pas de débouchés.

>> A LIRE : Plafonds Sécurité Sociale (pmss, pass) : le gel continue pour 2022 !


Etoro pas de commissions


#2 Menace : la loi, une épée de Damoclès

Le dernier jour de l'année 2021 a bien failli sonner le glas de toute l'industrie du cannabidiol. En effet, un arrêté ministériel diffusé le 31 décembre 2021 a tout simplement interdit la commercialisation des fleurs et feuilles de CBD pur, suscitant l'ire des professionnels du secteur qui réalisent jusqu'à 70 % de leur chiffre d'affaires sur les produits à base de cannabidiol. Saisi par ces derniers, le Conseil d'Etat a suspendu cette interdiction à titre provisoire, la qualifiant d'« injustifiée » et de « disproportionnée » au regard des éléments en sa disposition.
Bien que les signaux semblent au vert (Monoprix et Carrefour ont récemment ouvert un espace CBD dans leurs magasins de proximité), la décision définitive du Conseil d'Etat est encore attendue, et les professionnels ne sont pas à l'abri d'une mauvaise surprise.

>> A LIRE : La liste noire des sites financiers considérés comme dangereux par l'AMF


#3 Opportunité : un coût de revient relativement bas

Avec une surface cultivée de plus de 18 000 hectares, la France concentre plus de la moitié de la production européenne de chanvre, (très) loin devant l'Italie et les Pays-Bas. La France est même le troisième producteur de chanvre industriel, matière première dont est extrait le cannabidiol, derrière le Canada et la Chine.

Cette disponibilité de la matière permet un approvisionnement continu aux professionnels mais aussi et surtout des coûts d'achat compétitifs, à la faveur d'un coût matière peu élevé et de frais de transport raisonnables. Résultat : les grossistes, semi-grossistes et détaillants pratiquent des tarifs relativement abordables et activent cet avantage compétitif pour exporter leurs produits dans les pays de l'UE.

>> A LIRE : Inflation : ces nouvelles hausses de prix qui nous guettent

etoro-stocks

#4 Menace : les banques sont réticentes à financer ce type de projet

Si vous comptez lancer une boutique CBD, vous allez sans doute devoir mettre vos fonds propres en jeu. En effet, et malgré la légalité des produits à base de CBD dont la concentration en THC (molécule psychotrope) est inférieure à 0,3 %, les banques et autres établissements financiers sont réticents à financer ce type de projet. L'alternative consiste à recourir aux services d'une banque étrangère, mais les taux pratiqués, la complexité de la fiscalité et les lourdeurs administratives découragent de nombreux porteurs de projet.



>> A LIRE : Proptech, Realestech... ces startups qui attirent les investisseurs


#5 Opportunité : le CBD semble s'affranchir de son statut de « molécule controversée »

Connu pour ses propriétés antalgiques, anti-inflammatoires et relaxantes, le cannabidiol fait l'objet d'un certain engouement de la part de la communauté scientifique, notamment pour soigner les troubles du sommeil, soulager les douleurs musculaires et articulaires et même contribuer aux protocoles thérapeutiques des troubles neurologiques réfractaires ou pharmacorésistants.

D'ailleurs, le ministère des Solidarités et de la Santé a lancé une grande expérimentation sur deux années pour évaluer le potentiel thérapeutique du CBD et du THC dans un large spectre d'indications définies par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Olivier Véran, ministre de la Santé, a même assisté à la toute première prescription du CBD médical à un patient clermontois souffrant d'épilepsie réfractaire.

Au premier trimestre 2022, Monoprix a fait circuler un « CBD Truck » en Île-de-France pour promouvoir l'ouverture imminente de ses espaces CBD et lever les idées reçues sur la molécule. Cet effort de pédagogie et de sensibilisation profite aux professionnels du secteur qui peuvent toucher de nouvelles cibles.

Enfin, le Comité Scientifique de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime, dans un communiqué, que le CBD « ne présente pas de risque d'abus et n'est pas nocif pour la santé publique ».



Ce contenu est proposé par l'un de nos partenaires via Brisbane Services.


Partagez sur les réseaux sociaux !




Envie de donner votre avis, de partager un commentaire ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !




E-toro