ideal investisseur

Le magazine qui donne du sens à votre argent

twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves
ideal-investisseur.fr
Menu ideal-investisseur.fr

La vente en suspens dans l'attente de nouvelles négociations



Par Craig Erlam, analyste de marché senior, Royaume-Uni et EMEA, OANDA.

Temps de lecture : 3 minute(s) - | Mis à jour le 03-02-2022 14:14 | Publié le 02-03-2022 14:11
Photo : Shutterstock  

Vous lisez cet article sur
logo ideal investisseur

Le mouvement de vente est en suspens ce mercredi, les investisseurs se regroupant après une nouvelle baisse importante la veille.

Les actions européennes ont réduit leurs gains et les États-Unis ont commencé de la même manière, l'énergie étant naturellement en tête. Je ne suis pas sûr que le sentiment général du marché se soit amélioré depuis hier, compte tenu de l'intensification de l'invasion de l'Ukraine et de la flambée des prix du pétrole, mais les marchés d'actions bénéficient d'un certain répit.

Il y a un léger espoir que les négociations entre les délégués ukrainiens et russes puissent progresser, mais je n'irais pas jusqu'à dire qu'il y a de l'optimisme. Le fossé entre les exigences des deux pays est énorme et les mesures prises par la Russie au milieu des négociations sont tout à fait horribles. Ce ne sont pas exactement les bases d'un compromis.

Les sanctions imposées par l'Occident ont sans doute un effet et la Russie est de plus en plus isolée du reste du monde. La combinaison de sanctions sévères et de l'indignation de l'opinion publique entraîne un retour de bâton des entreprises contre la Russie, ce qui ne fera qu'aggraver la situation pour l'économie et le Kremlin.



Inflation record dans la zone euro avant la réunion de la BCE la semaine prochaine

Il est si facile d'oublier cette semaine à quel point le calendrier normal est chargé et quel impact cela aurait normalement sur les marchés. Ce matin, nous avons vu l'inflation de la zone euro atteindre un nouveau record en février, dépassant une fois de plus les attentes et poussant les rendements à la hausse dans toute la zone euro.

La situation en Ukraine met une nouvelle fois les banques centrales dans l'embarras, à un moment où il était déjà assez difficile de contenir l'inflation sans faire dérailler la reprise après la pandémie. La flambée des prix de l'énergie et d'autres conséquences involontaires des sanctions russes pourraient encore rendre la vie beaucoup plus difficile.


Rien de neuf de la part de Powell et le peu fiable ADP dépasse les attentes

Le témoignage de Powell devant la commission des services financiers de la Chambre des représentants n'a pas réservé de surprises, le président de la Fed soulignant les risques pour l'économie liés à l'inflation, la probabilité d'une augmentation lors de la prochaine réunion suivie peu après d'une réduction du bilan, et enfin, l'incertitude entourant l'invasion de l'Ukraine. Dans l'ensemble, nous n'avons rien appris.

Les données de l'ADP ne retiennent guère l'attention ces jours-ci et la révision des chiffres du mois dernier montre pourquoi. La croissance de l'emploi en février a été de 475 000, soit presque 100 000 de plus que prévu, alors que le mois dernier a été révisé à la hausse de -301 000 à +509 000. Il est donc difficile d'accorder trop d'importance à ces données, surtout avant le rapport sur l'emploi de vendredi et dans le contexte actuel.



L'OPEP+ montre peu d'appétit pour une baisse des prix

Les prix du pétrole sont de nouveau en hausse aujourd'hui et ont dépassé les 110 dollars alors que des rapports font état de perturbations des exportations russes suite aux sanctions. Cette situation était déjà prise en compte sur les marchés avant et après l'invasion et la sévérité des sanctions a justifié ces mouvements. Au fur et à mesure que les détails des sanctions deviennent clairs, certains de ces problèmes peuvent être résolus, étant donné qu'ils ont été conçus pour perturber les flux le moins possible, mais ils continueront à être affectés.

Et ce, à un moment où le marché est déjà extrêmement tendu, ce que l'OPEP+ ne semble toujours pas vouloir reconnaître après avoir laissé les augmentations prévues inchangées en avril. Cela n'a pas beaucoup d'importance puisque les objectifs ne sont pas atteints chaque mois, et qu'il n'y a donc aucune raison de penser qu'une augmentation aurait un impact considérable. À moins que certains membres n'utilisent une partie de cette capacité disponible.




L'or réduit ses gains mais garde en ligne de mire les 2 000 $

L'or se replie à nouveau mercredi après avoir atteint un sommet autour de 1 950 dollars mardi dans un contexte d'aversion au risque. Il a perdu moins de 1 % jusqu'à présent aujourd'hui, mais la tendance reste bien en place. L'inflation et l'aversion au risque sont des environnements parfaits pour le métal jaune et nous voyons beaucoup des deux en ce moment, ce qui ne devrait pas changer.

La question est de savoir jusqu'où cela peut aller. En fin de compte, cela dépendra de la durée de l'invasion de l'Ukraine et de la sévérité des sanctions contre la Russie. Pour l'instant, il semble qu'il faille plutôt se demander quand il atteindra 2 000 dollars que si, mais un cessez-le-feu soudain et inattendu changerait sûrement la donne. On ne peut que l'espérer.

Le bitcoin prolonge ses gains

Le bitcoin progresse pour la troisième journée consécutive, la crise en Ukraine et les sanctions russes offrant aux crypto-monnaies l'occasion de montrer leur valeur. Que ce soit par des moyens positifs tels que les dons aux efforts de défense ukrainiens ou la préservation du capital pour les Russes ordinaires - une rare exception où l'on pourrait soutenir que les crypto-monnaies peuvent être une réserve de valeur relative - ou quelque chose de plus sordide comme la subversion des sanctions. Ces derniers jours, les cryptomonnaies présentent un cas d'utilisation et cela se reflète dans le prix, à la fois par la demande connexe et, sans aucun doute, par la spéculation qui en découle.


Partagez sur les réseaux sociaux !


merci magazine ideal investisseur


Envie de donner votre avis, de partager un commentaire ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !