ideal investisseur
Le magazine qui donne du sens à votre argent
twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves
SOUTENIR LE MAGAZINE
(don défiscalisé)
ideal-investisseur.fr
Menu ideal-investisseur.fr

Cours ETHEREUM (ETH) / euro : évolution, potentiel, explications


Quel est le cours de l'Ethereum (ETH) ?

Aujourd'hui, le prix de l'Ethereum (ETH) à l'ouverture était de 3226.56 € pour 1 ETHER. Ce jour, la tendance du cours ETHEREUM (ETH) / EURO est orientée à la hausse (+ 0,79 %) . Attention, cela peut changer rapidement.
Ces données peuvent être légèrement différentes de celles indiquées sur le graphique, ce dernier étant mis à jour en temps réel.

Convertisseur euro / ETHEREUM (ETH)

Avis et prévisions sur l'évolution de l'Ethereum (ETH)

A ce stade, Ethereum nous semble être l’une des cryptomonnaies dont le potentiel à long terme est le meilleur. Plusieurs raisons à cela :
- La blockchain Ethereum est créée pour faire fonctionner des applications, dans lesquels la cryptomonnaie Ether est une valeur d’échange ; contrairement à Bitcoin, elle n’a pas à s’imposer dans nos habitudes : son utilisation va de soi pour les utilisateurs de ces applications
- Ces applications ont un bon potentiel de développement, y compris auprès d’acteurs de l’économie réelle
- Ethereum permet de créer des « Smart contracts », ou « contrats intelligents », dont le potentiel de développement est important dans la vie de tous les jours
- Elle permet le développement d’applications financières et dispose d’un bon potentiel de développement dans la DeFi, la « décentralized finance » ou « finance décentralisée »
- La blockchain passe de la technologie Proof of Work au Proof of stake, qui lui permettra à terme de gagner en rapidité et d’être moins polluante
- Elle offre une certaine ancienneté, puisqu’elle était l’une des premières cryptomonnaies du marché
- Elle est la deuxième capitalisation du marché.

L’un des freins majeurs est néanmoins que la blockchain doit convaincre un nombre croissant de développeurs et d’entreprises pour que l’Ether s’impose.

Par , publié le 22-06-2021 , mis à jour le 30-06-2021

Quelle est l'évolution du cours de l'Ethereum ?

Sur le long terme, le cours de l'Ethereum est à la hausse. Néanmoins comme pour toutes les cryptomonnaies, les variations du prix de l'ETH peuvent toutefois être très importantes sur une seule journée ou sur plusieurs semaines. Ces mouvements peuvent aller à la hausse comme à la baisse.
Par exemple,
- En 2016, 1 ETH valait moins de 10 euros
- En mai 2018, 1 ETH avait atteint 1120 euros
- En mai 2019, 1 ETH valait environ 130 euros
- En 2020, 1 ETH valait entre 100 et 200 euros, et jusqu'à 500 euros en fin d'année

Les performances constatées par le passé ne sont pas une garantie qu'elles se reproduiront dans le futur. L'investissement en cryptomonnaies, s'il peut permettre de gros gains en cas de forte évolution du prix, reste très risqué.

Pourquoi le cours du Ethereum varie autant ?

L'Ethereum, comme toutes les autres cryptomonnaies, est un actif très spéculatif et risqué. Bien que le projet soit prometteur, il ne permet pas encore aux investisseurs de projeter des données pour évaluer son potentiel de valorisation. En bourse, les analystes ne peuvent par exemple se reposer sur des bilans annuels, sur le développement du marché, sur un dividende prévisionnel pour déterminer une fourchette de valeur pour laquelle l'investissement leur semble pertinent.

Les cryptomonnaies sont aussi très sensibles aux mouvements du marché et aux annonces. La demande ou l'offre peuvent s'emballer très vite lorsqu'un évènement a lieu sur la blockchain ou le marché.

Enfin, le cours de l'Ether et celui de toutes les autres "altcoins" est très lié à l'évolution de la valeur du Bitcoin. Une hausse ou une baisse significative de la cryptomonnaie « star » entraîne généralement un mouvement similaire sur l'ensemble du marché.

Comment acheter du Ethereum ? Sur quelle plateforme investir ?

Pour commencer à acheter des Ethers, il faut détenir un compte sur une plateforme d'échange de cryptomonnaies. Parmi les plateformes fiables et les plus utilisées, on trouve :

- Kraken, simple d'utilisation et accessible aux débutants, elle permet des transactions rapides, offre un panel d'une cinquantaine de cryptomonnaies et des frais assez bas
- eToro, qui permet à ses 11 millions de clients d'acheter et de vendre une centaine de cryptomonnaies et d'investir dans des actions. La plateforme peut convenir au débutants comme aux plus expérimentés.
- Binance, idéale pour ceux qui souhaitent investir de façon plus pointue : la plateforme permet d'accéder à un grand nombre de cryptos ainsi que d'autres instruments financiers plus complexes (et risqués).
- Coinbase, une plateforme simple d'utilisation et propose des solutions pour les particuliers et les entreprises, courtiers et gestionnaires de patrimoine.

Combien investir en Ethereum ?

Même si 1 Ether vaut plusieurs milliers d'euros, il est possible d'investir de petites sommes. 1 ETH est en effet divisible. Pour un investissement d'une centaine d'euros, vous pourrez obtenir quelques dixièmes d'ETH.
Vous pouvez évaluer combien d'Ethers vous pourriez obtenir avec la somme que vous souhaitez investir grâce à notre convertisseur en haut de cette page.

A partir de quelle somme peut-on acheter des ETH ?

Il n'y a pas de montant minimum pour commencer à investir dans Ethereum. Les investisseurs doivent cependant être conscients des risques liés aux cryptomonnaies, et ne miser que des sommes dont ils n'ont pas besoin.

Quels sont les risques d'investir dans Ethereum ?

Bien qu'Ethereum repose sur un projet d'envergure dans le monde des cryptomonnaies et de la blockchain, investir dans des ethers reste risqué. Le secteur des cryptoactifs reste à ses débuts et n'est aujourd'hui que purement spéculatif.
Les cours de l'Ethereum et des autres cryptomonnaies est très volatile, et ces forts mouvements de marché peuvent engendrer des pertes de tout ou partie du capital investi. Il faut donc rester prudent et miser des sommes dont la perte n'affecterait pas les projets ou le train de vie.

Quelle est la différence entre Bitcoin et Ethereum ?

Bitcoin a été imaginé comme une monnaie virtuelle, tandis qu'Ethereum a été créée comme un réseau informatique permettant de développer des applications. Alors que Bitcoin est seulement une cryptomonnaie, Ethereum propose de nombreuses possibilités de développement. Sa monnaie virtuelle est ce qui permet d'échanger de la valeur dans son univers.

La différence est majeure. Bitcoin cherche à s'imposer dans le quotidien comme moyen de paiement en remplacement de ce qui existe déjà. Ce n'est pas le cas d'Ethereum, pour qui l'ETH est une monnaie d'échange dans son propre univers.

Comment trader des Ethers ?

Il existe deux manières d’investir dans les cryptomonnaies. La première est d’envisager une valorisation à long terme. Dans ce cas, les fonds doivent rester bloqués un certain temps pour profiter de l’éventuelle progression du cours de l’Ethereum sur plusieurs mois, voire plusieurs années.

L’autre manière d’investir est d’acheter et vendre très rapidement des Ethers, avec pour objectif de réaliser des plus-values à très court terme. Cette méthode reste très risquée, et génère des frais de transaction qu’il convient d’évaluer en amont. Elle nécessite aussi d’agir rapidement et de veiller à l’évolution du prix de l’Ethereum en temps réel ou sur de très courtes périodes.

Peut-on staker des Ethers ?

Oui, il est désormais possible de « staker » avec ETH. Le staking consiste à « placer » des cryptomonnaies dans le but de générer des intérêts. Toutes ne sont pas éligibles, cela dépend du type de blockchain utilisé.

Pour pouvoir staker leurs Ethers, les investisseurs doivent disposer d’au moins 32 ETH. Mais heureusement certaines plateformes d’échange de cryptomonnaies permettent de staker avec beaucoup moins. Elles mutualisent et placent simultanément les Ethereum de nombreux investisseurs, ce qui leur permet d’avoir accès à ce type de placement.

Où sont stockés les Ethereum une fois achetés ?

Les Ethereum sont logés dans le portefeuille virtuel que l’investisseur a ouvert sur la plateforme d'échange de cryptomonnaies. Kraken, Binance et Coinbase proposent une interface où le client peut suivre la valorisation de ses cryptoactifs.

Les cryptomonnaies peuvent aussi être déplacées dans un portefeuille physique, par exemple un Ledger. Il s’agit d’une sorte de clé USB qui renferme toutes les données relatives aux cryptomonnaies détenues par l’investisseur. Attention à ne pas perdre les identifiants de connexion, ou toutes les devises ne pourraient pas être récupérées.

Pourquoi la blockchain Ethereum a-t-elle été créée ?

La blockchain a été créée en 2013 par Vitalik Buterin, qui souhaitait apporter des améliorations à ce qu’était Bitcoin. L’objectif était d’étendre le principe des blockchains bien au-delà de la sphère des transactions monétaires.

Pourquoi Ethereum est-il lié à la DeFi, la « finance décentralisée » ?

Ethereum permet de créer de nombreuses applications, et la technologie blockchain permet de fiabiliser les échanges sans faire appel à des « tiers de confiance » tels que les banques. Ces deux points peuvent marquer l’essor d’un secteur financier accessible à tous et sans intermédiaire : la finance décentralisée (« Decentralized finance », ou DeFi).

La blockchain permet à n’importe qui d’ouvrir un compte pour y déposer de la monnaie. Rappelons qu’aujourd’hui, 2 milliards de personnes sont privées d’accès aux comptes bancaires car elles ne peuvent pas prouver leur identité au moyen d’un extrait d’état-civil. En parallèle, près de 5 milliards d’humains auront un smartphone en 2025, selon un rapport publié en 2018 par GSMA. Cette tendance devrait être confirmée par l’essor de technologies comme Starlink d’Elon Musk, qui permettra d’avoir accès à Internet y compris depuis les zones les plus reculées du globe.

La DeFi a donc théoriquement un potentiel énorme, permettant à ceux qui sont exclus des banques traditionnelles d’obtenir un accès à la finance et de trouver des prêts, de payer en ligne etc. Le secteur n’en est aujourd’hui qu’à ses balbutiements, néanmoins les technologies qui sont en train d’émerger pourraient rapidement le faire décoller. Ethereum, grâce à la fiabilité des échanges offerts par la blockchain et la possibilité de créer des applications, est le fer de lance de la DeFi.

Ethereum 2.0, ça change quoi par rapport à Ethereum 1.0 ? De la “poof of work” à la « proof of stake”

Ethereum a été conçue à l’origine comme une blockchain basée sur le « Proof of work », c’est-à-dire « preuve de travail ». Elle effectue actuellement une migration progressive vers le principe du « proof of stake » ou « preuve d’enjeu », et ce n’est pas sans conséquences.

Pour comprendre ce que sont ces principes, il faut s’attarder quelques secondes sur le fonctionnement des blockchains. Celles-ci sont des registres informatiques, que l’on peut imaginer comme des livres. Sur chaque page est inscrite une série de transactions qui sont effectuées : qui vend quoi à qui et à quel prix. Pour que ces transactions soient validées, elles doivent être contrôlées. Lors d’un achat classique par carte bancaire, c’est le rôle de la banque : elle vérifie que l’acheteur a suffisamment d’argent pour payer, valide le paiement et permet de finaliser la transaction.

Avec les blockchains, tout est décentralisé : il n’y a pas de banque. Le rôle de validateur est joué par les membres du réseau. Ce sont eux qui valident chaque page du livre, autrement dit chaque « bloc » de la « blockchain ». Le processus de contrôle est appelé « minage ». Les protocoles « proof of work » et « proof of stake » sont des algorithmes informatiques. Avec le proof of work, les « mineurs » sont en compétition pour résoudre un problème mathématique complexe qui nécessite une puissance de calcul importante. Le premier qui le finalise gagne des cryptomonnaies, ce qui a pour effet de mettre en circulation de nouveaux jetons.

Le « proof of stake » est une technique différente et plus récente. Les mineurs qui sont candidats pour valider des blocs doivent mettre en dépôt une certaine quantité de cryptomonnaie, qui leur est rendue lorsqu’ils ont effectué le travail de validation de manière appropriée. Les mineurs ne sont pas en compétition : celui qui va valider le bloc est choisi à l’avance.

Les avantages sont nombreux. Le premier est environnemental. Avec le proof of work, de nombreux ordinateurs puissants travaillent simultanément à résoudre le même problème mathématique et il n’y a qu’un seul élu. Autrement dit, beaucoup d’énergie est dépensée pour rien à chaque transaction. Avec le proof of stake, les mineurs ne sont plus en compétition pour valider les blocs : le coût énergétique descend considérablement. La vitesse de validation est aussi supérieure.

En passant du protocole proof of work à proof of stake, Ethereum 2.0 va être plus rapide et moins polluante. Mais cette technique n’est pas sans poser des questions : elle est plus récente, il n’existe pas encore de retours d’expériences suffisants et des problèmes restent à résoudre pour conserver un système décentralisé et égalitaire.

Quels sont les atouts d’Ethereum ?

Ethereum est la deuxième plus grande capitalisation dans l’univers des cryptomonnaies après le Bitcoin. La capitalisation représente la valeur totale des Ethereum en circulation, c’est-à-dire le nombre d’ETH en circulation multiplié par le cours de l’ETH.

Ce succès n’est pas dû au hasard. Ethereum est l’une des blockchains et des cryptomonnaies les plus anciennes. Mais contrairement à Bitcoin, dont la seule ambition est de devenir une monnaie alternative aux devises officielles, Ethereum est avant tout un protocole informatique destiné à développer des applications. Elle offre donc de nombreuses fonctionnalités. La cryptomonnaie serait presque secondaire, puisqu’elle a pour objectif de faciliter les échanges entre les utilisateurs de la Blockchain Ethereum.

Tout ceci peut paraître un peu nébuleux. Essayons d’illustrer ce principe en prenant un village implanté au milieu d’un immense terrain. Les applications y sont représentées comme les boutiques ou les services qu’on peut y trouver.

Pour pouvoir faire des transactions, un visiteur va changer des euros contre des Ethereum à l’entrée du village. Il va ensuite pouvoir payer des produits et des services dans tout le village avec cette monnaie. Le visiteur peut aussi construire sa propre boutique ou son service grâce à des outils mis gratuitement à sa disposition (tout le monde peut créer des Dapps dès qu’il maîtrise le code informatique, celui-ci étant en open source). D’autres visiteurs peuvent alors le payer avec des Ethereum.

Ethereum créé donc son propre univers dans lequel il est possible de payer et se faire payer grâce à des ETH. Et comme avec n’importe quelle monnaie officielle, plus le nombre de Dapps va être important, plus le nombre de visiteurs va augmenter, et plus la demande d’ETH va croître.

Le succès des ETH est donc intimement lié à l’utilisation et au succès des Dapps.

Qu’est-ce qu’une Dapp ?

Les Dapps sont les applications créées sur le réseau Ethereum.
Ces applications ont l’avantage d’être « décentralisées ». La majorité des applications que nous utilisons chaque jour sont logées sur un serveur. Si le serveur tombe en panne, l’application ne fonctionne plus. Ce n’est pas le cas avec les Dapps. Elles sont logées dans des milliers d’ordinateurs à travers le monde.

C’est quoi un smart contract ?

Les « smart contracts » ou « contrats intelligents » sont l’essence de la blockchain Ethereum et le moteur des Dapps. Il s’agit de codes informatiques qui s’exécutent automatiquement dès qu’un certain nombre de critères sont réunis. Ils permettent d’augmenter considérablement la rapidité et la fiabilité des transactions.

Prenons l’exemple d’un billet de train qui serait acheté sur une Dapp et payé avec des ethers. Le vendeur s’engagerait à rembourser le prix payé si le train arrivait en retard de plus d’une heure. Cette condition ferait l’objet d’un smart contract, automatiquement souscrit lors de l’achat du billet.

Le jour du voyage, le train arriverait en retard de 1h30. Alors qu’aujourd’hui, le voyageur doit entamer des démarches pour obtenir le remboursement du billet (après des semaines d’attente), l’exécution automatique du smart contracts lui permettrait de recevoir ses fonds immédiatement. L’heure d’arrivée du train en gare serait envoyée automatiquement à la Dapp, qui déclencherait le remboursement instantané du billet.

A propos de l'auteur
Caroline Courvoisier est titulaire d’un master de Gestion de patrimoine et a suivi des formations économiques et financières spécialisées dispensées par l’université de New York (Real Estate Finance) et l’INSEAD (spécialisation « blockchain revolution in financial services »). Elle a travaillé 10 ans dans l’univers du financement et de la gestion de projets immobiliers avant de se consacrer au journalisme économique et financier.
Linkedin Caroline Courvoisier