Disponible sur Google Play
Download on the App Store 
ideal investisseur
ideal investisseur
Annonce




🏠 Accueil   ➤    Économie & Politique


« Malgré le froid actuel, les prix de l'énergie poursuivent leur dégringolade »



Cette semaine, les prix de l'énergie reculent malgré les conditions météo et le contexte géopolitique, explique Nicolas Leclerc, cofondateur du cabinet de conseil OMNEGY.

Temps de lecture : 1 minute(s) - Par | Mis à jour le 16-01-2024 10:38 | Publié le 16-01-2024 10:37 
« Malgré le froid actuel, les prix de l'énergie poursuivent leur dégringolade »

Malgré les conditions hivernales, le marché de l'énergie en Europe continue de baisser. Ce recul s'étend sur plusieurs secteurs énergétiques et s'accompagne de facteurs divers qui influencent les marchés de façon notable.

Le gaz naturel a enregistré un recul significatif, avec une chute des prix de 7,4% pour les contrats de 2025 et de 12,3% pour ceux de février 2024. Cette diminution marque une poursuite de la baisse entamée dès octobre 2023, malgré un incident inattendu affectant une infrastructure gazière norvégienne et des tensions sécuritaires en Mer Rouge. Ces aléas n'ont pas perturbé la tendance baissière, laquelle est favorisée par des fondamentaux solides et la prévision d'une fin de la vague de froid. Avec un prix naviguant autour des 30 euros par mégawattheure (€/MWh), le marché du gaz offre un répit bienvenu aux consommateurs en période de froid.

En parallèle, les tarifs de l'électricité affichent également une baisse, avec un repli de 9,3% pour 2025 et une chute encore plus marquante de 18,2% pour le mois de février 2024, atteignant un niveau bas inédit depuis deux ans. La baisse des prix du gaz, du charbon et du CO2 contribue fortement à ce phénomène. Elle est soutenue par l'amélioration de la disponibilité nucléaire, évaluée actuellement à 51,9 GW. La hausse des températures prévue pour la semaine prochaine laisse présager un allègement de la pression sur les prix de l'électricité.

Le secteur du CO2 n'échappe pas à cette tendance baissière, les quotas de décembre 2024 ayant essuyé une perte de 13,8% de leur valeur. Ce recul, qualifié d'historique, s'explique par les attentes d'un redoux climatique et des stratégies de vente spéculative prédominantes.

Enfin, le marché du pétrole présente un léger recul de 0,7%, une situation assez remarquable au vu des récents incidents en Mer Rouge. Jusqu'à présent, ces évènements n'ont pas impacté le trafic des tankers, et le prix de l'or noir reste relativement stable. Rappelons que la sécurité de l'approvisionnement énergétique est une préoccupation majeure pour les pays européens, en particulier dans le contexte actuel d'instabilité géopolitique et de transition énergétique. La variation des prix de l'énergie a donc des répercussions directes sur la stratégie économique des États ainsi que sur le portefeuille des consommateurs.
Annonce
Assurance Vie






Annonce Coinhouse

Votre avis, vos débats, vos questions

* Information obligatoire
10000

Commentaires (2)

Je suis le seul à avoir du mal à comprendre pourquoi les prix de l'énergie baissent alors qu'on est en plein hiver et que le contexte géopolitique n'est pas brillant ? C'est bien sûr super pour mon porte-monnaie, mais ça me semble tellement pas logique au vu de l'actualité.

étrange comme on n'en voit pas la couleur. A qui profite le crime ?