ideal investisseur
Le magazine en ligne qui décrypte les placements et l'économie


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

FCPR : un fonds d'investissement dans les PME

| Publié le 23-11-2018 15:19 | Mise à jour le 18-03-2019 14:59
FCPR : un fonds d'investissement dans les PME
Crédit photo : (c)Shutterstock  

Le Fonds Commun de Placement à Risque (FCPR) se définit comme un organisme collectif où sont regroupées diverses valeurs mobilières (titres de sociétés). Créé en 1980, ce produit financier vise à favoriser l'investissement dans les sociétés non cotées. En contrepartie d'un risque élevé et du blocage des fonds pendant 5 ans, les plus-values sont exonérées le cas échéant.

Carte d'identité du FCPR

Somme pour démarrer :
Durée de placement :
Disponibilité des fonds :
Risque :
Rentabilité potentielle :
Avantage fiscal :
Modérée à élevée
Long terme
Non jusqu’à échéance (5 à 10 ans)
Elevé
Selon performance
Oui, après 5 ans

Comment fonctionne un FCPR ?

Le Fonds Commun de Placement à Risque est un fonds d'investissement destiné à financer des PME pour leur développement en prenant une part de leur capital. On peut les assimiler à des fonds de capital-risque, ou des fonds de capital développement.

Les FCPR sont obligatoirement créés par une société de gestion agréée par l'Autorité des Marchés Financiers (AMF). Dès le départ, elles doivent présenter une stratégie claire d'investissement à leurs potentiels investisseurs : par exemple l'investissement au capital de sociétés issues d'un même bassin géographique, ou d'un secteur précis (agriculture, nouvelles technologies...). Elles doivent également leur fournir le règlement du fonds.

Plusieurs épargnants investissent dans ce qui sera une sorte de copropriété de valeurs mobilières. Les fonds collectés servent ensuite à investir dans des entreprises (SAS, SARL - société à responsabilité limitée...), qui sont sélectionnés par des professionnels. Après quelques années, en cas de gain la plus-value est soit reversée intégralement aux investisseurs soit partagée avec le gestionnaire du fonds.

Ces fonds sont gérés par une banque ou une société de gestion de portefeuilles agréée, qui choisit les supports d'investissement. Ceux-ci doivent porter sur des titres d'entreprises non-cotées à hauteur minimum de 50% (startups ou PME).

Attention, ces fonds sont des supports d'investissement très risqués, puisqu'il existe un risque de perdre tout ou partie du capital investi. De même, la revente des titres peut être difficile, voire impossible. Ils sont réservés à des investisseurs avisés. Il faut y placer uniquement des sommes dont l'éventuelle perte n'aurait aucun impact sur vos finances.

Les fonds communs de placement à risque sont des catégories d'OPCVM (FCPR, FCPI et FIP). Parmi ces véhicules d'investissement, les FCPI et FIP ont des stratégies différentes : investissement dans l'innovation ou dans des entreprises de proximité.

Mode d'investissement et avantage fiscal

Le FCPR est un produit accessible avec un ticket d'entrée de quelques milliers, voire dizaines de milliers d'euros et s'adresse bien souvent aux clients de banques privées (le plus souvent à partir de 5 000 euros). La période de souscription est généralement assez courte, allant de quelques mois à deux années tout au plus, pour une durée de vie du fonds allant en principe jusqu'à 10 ans.

Contrairement au FPCI et FIP, il n'y a pas d'avantage fiscal à l'entrée. Néanmoins les plus-values dégagées sont exonérées d'impôt sur le revenu (elles restent néanmoins soumises aux prélèvements sociaux).

A noter :
Un FCPR détient des valeurs mobilières diverses. Cependant, 50 % de ses actifs au minimum doivent être investis dans des titres de sociétés françaises ou étrangères n'étant pas introduites en bourse.

Ne pas perdre de vue le risque de ces fonds

L'avantage fiscal ne doit pas faire oublier qu'en investissant dans des FCPR (comme en FCPI ou FIP d'ailleurs), vous mettez votre argent à risque en échange d'une potentielle plus-value qui ne peut être garantie. Dans l'absolu, en cas d'échec de tous les projets financés, il est possible de perdre l'intégralité du capital investi.

L'objectif de ces fonds est donc de diversifier les investissements pour pouvoir lisser le risque : pour une entreprise financée qui cartonne, on aura à côté 3 moyennes et peut être quelques échecs. Nul ne pouvant lire dans une boule de cristal pour déterminer la future réussite des entreprises financées, il est important de garer cela en tête.
Si vous souhaitez investir dans ces fonds, nous recommandons qu'un plan de diversification soit mis en place, par exemple avec un conseiller en gestion de patrimoine.


Article noté  4.7/5 (3 avis) -
 
Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souaihtez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site






Newsletter ideal-investisseur.fr


Brèves

  • Placements • Swiss Life AM - Real Estate France achète 5 commerces en Espagne et en Allemagne. Ils seront alloués au fonds luxembourgeois Swiss Life REF (LUX) European Retail SCS, SICAV-SIF. 11/03
  • Art • Le Groupe Arcange crée Art'ange pour soutenir la création artistique émergente, signant la charte « 1 immeuble, 1 ?uvre » du Ministère de la Culture. L'objectif est d'intégrer l'oeuvre d'un artiste vivant dans chaque futur projet immobilier. 08/03
  • Immobilier • Bouygues Immobilier restructure un immeuble à la Défense Axe Défense se métamorphose et devient NE.ST, un immeuble de bureaux de 12 300 m2 entièrement restructuré par Rehagreen de Bouygues Immobilier. Il avait été acquis par le groupe en mai 2018 auprès de la Française REM. 08/03
Rechercher un article