ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Financement participatif : la plateforme Lendy placée sous tutelle judiciaire

| Publié le 29-05-2019 16:34 | Mise à jour le 03-06-2019 10:25
Financement participatif : la plateforme Lendy placée sous tutelle judiciaire
Crédit photo : © Lendy  

Plus de 20 000 investisseurs attendent de savoir s'ils vont pouvoir récupérer leur argent. Lendy, plateforme britannique de crowdfunding immobilier, a été placée sous tutelle judiciaire ce 24 mai, laissant 187 millions d'euros d'investissement non remboursés selon le Financial Times. Une faillite que le journal qualifie de « plus gros échec dans le marché naissant du crowdfunding européen ».

Des difficultés croissantes et beaucoup d'impayés

Créée en 2012, la plateforme était initialement spécialisée dans l'investissement lié aux bateaux. Elle avait plus tard évolué vers le financement de projets de promotion immobilière. Elle proposait ainsi aux particuliers de prêter de l'argent à des entreprises, l'argent étant utilisé pour construire des immeubles. Les programmes financés proposaient un rendement d'environ 12% par an.

Selon le Telegraph, la plateforme traversait des difficultés depuis quelque temps, tardant à verser leurs intérêts aux investisseurs. En novembre dernier, le journal alertait sur l'augmentation alarmante du taux de défaut de la plateforme.

Un mois plus tôt, le Financial Times rapportait qu'un investisseur avait écrit à la Financial Conduct Autority (autorité de régulation britannique équivalente à l'AMF en France), pour dénoncer l'absence de versement des intérêts et le manque de transparence quant aux informations reçues sur les investissements.

Le journal rapportait alors que 5000 investisseurs avaient prêté en tout près de 9 millions d'euros pour financer un projet immobilier londonien, et que l'argent avait transité par un trust basé aux Iles Vierges Britanniques.

Dans un courrier à la FCA, la société Lendy avait alors répondu qu'au contraire tout le monde avait été bien informé et que les accusations étaient vexatoires, mais que les défauts de paiement devenaient quotidiens, ce qui la poussait à demander l'aide du régulateur.

La plateforme avait ainsi été placée sous surveillance de la FCA début 2019.

Sur le même thème : selon l'OCDE, un nombre croissant de PME ont recours au crowdfunding

Près de 2/3 des emprunteurs n'auraient pas remboursé leur crédit

C'est donc finalement vendredi que Lendy a été placée sous tutelle judiciaire. Trois administrateurs ont été désignés, leur rôle étant vraisemblablement de récupérer le maximum d'argent auprès des emprunteurs, puis probablement de liquider ensuite la société. De son côté, la FCA indique « enquêter sur les circonstances qui ont conduit » à cette situation, indique le Financial Times.

La page d'accueil de la plateforme explique que des informations seront données prochainement aux investisseurs, mais qu'à ce stade peu d'éléments pourront être portés à leur connaissance.

Faut-il continuer à investir en crowdfunding ?

En France, le crowdunding (notamment immobilier) est dans une dynamique forte. Selon les chiffres de l'association professionnelle Financement Participatif France et du cabinet KPMG, en 2018 « le financement alternatif des entreprises [a progressé] de 31 %, s'approchant des 700 millions d'euros ». Le taux de défaut reste très bas, évalué à 1%. Le groupe Terlat avait cependant marqué le premier échec du crowdfunding immobilier français, en étant placé en redressement judiciaire début 2017.

Néanmoins le secteur du financement participatif subit des restructurations. Les plateformes spécialisées dans les prêts aux entreprises sont notamment pénalisées par les taux très bas proposés aux entreprises par les banques. En octobre dernier, Unilend s'était soudainement déclaré en cessation de paiement, avant d'être absorbé par PretUp. En mars, s'était au tour de Lendopolis, filiale de la Banque Postale, d'arrêter ses activités de prêt aux PME pour se concentrer sur les énergies renouvelables.

Investir dans une entreprise présente un risque, que ce soit par l'intermédiaire d'une plateforme de financement participatif ou sur les marchés financiers. Les plateformes françaises de crowdfunding sont d'ailleurs tenues d'exposer formellement à l'investisseur qu'il existe une possibilité qu'il perde tout ou partie de son capital.

Pour minimiser les pertes potentielles, la règle d'or est de toujours diversifier ses placements. Entre plusieurs sociétés, et, en matière de crowdfunding, entre plusieurs plateformes. Enfin, plus la promesse de rendement est élevée, plus le risque est élevé. Il faut donc faire attention aux projets présentant une rentabilité trop alléchante.




Article noté  4.7/5 (6 avis) -
 
Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site