ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

L'investissement participatif immobilier : qu'est-ce que c'est ?

| Publié le 11-01-2016 | Mise à jour le 15-05-2019 17:47
L'investissement participatif immobilier : qu'est-ce que c'est ?
Crédit photo : © Pixabay  

L'investissement participatif, ou crowdfunding, est un moyen de trouver des financements pour concrétiser des projets immobiliers en faisant appel au plus grand nombre. Les plateformes dédiées à l'investissement participatif ont pour rôle de mettre en relation les investisseurs intéressés et les porteurs de projets. L'entreprise utilise alors l'argent pour développer son activité, donc son chiffre d'affaires et sa rentabilité. Concrètement, elle investit, embauche des salariés, finance ses dépenses, etc. Le financeur mise ainsi sur sa réussite et un retour sur investissement intéressant.

Le fonctionnement de l'investissement participatif immobilier

Plébiscité dans le domaine de la culture et dans l'univers des start-up, l'investissement participatif concerne pleinement l'immobilier depuis plusieurs années. En France, il se concrétise sous deux formes : par souscription d'actions, ou par souscriptions d'obligations.

La première solution consiste à acquérir des parts du capital d'une société. Les investisseurs deviennent donc des actionnaires, leur permettant de partager les bénéfices : un dividende.

La seconde option implique que l'entreprise emprunte de l'argent auprès des investisseurs, qui obtiennent en retour un titre de créance : une obligation. Un taux d'intérêt et un délai sont préalablement établis, tandis que la somme investie est remboursée.

Quel cadre légal pour le crowdfunding immobilier ?

Face à l'émergence de nombreuses plateformes de crowdfunding oeuvrant dans le secteur de l'immobilier, l'Etat français a fixé quelques règles depuis le 1er octobre 2014. Cette réglementation oblige les acteurs à détenir le statut de Conseiller en Investissement Participatif (CIP) ou d'Intermédiaire en Financement Participatif (IFP).

Les plateformes doivent donc être enregistrées au Registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance, tout en devant aussi être immatriculées par l'Autorité des Marchés Financiers. Ces statuts soulignent la volonté de respecter les règles de bonne conduite et de transparence, et affichent les qualifications indispensables à avoir pour pouvoir exercer cette activité.

Quels risques présentent cet investissement ?

L'investissement participatif suppose une prise de risques à la hauteur des perspectives des retours sur investissement. La plateforme habilitée par l'Autorité des Marchés Financiers est obligée d'évoquer les risques encourus, d'où l'importance du processus de sélection des projets immobiliers. Toutefois, il faut savoir que les risques pèsent uniquement sur la perte du capital, et ne peuvent en aucun cas engendrer de conséquences financières autres.


Article noté  4.8/5 (18 avis) -
 
Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site