Disponible sur Google Play
Download on the App Store 
ideal investisseur
ideal investisseur
Annonce




🏠 Accueil   ➤    Immobilier


Prix immobilier : la baisse atteindra -8% en avril en Ile de France, selon les notaires



Avec la chute des prix et du nombre des transactions, une période de transition s'amorce pour le marché francilien.


Temps de lecture : 2 minute(s) - | Mis à jour le 29-02-2024 14:50 | Publié le 29-02-2024 14:40  Photo : Shutterstock  
Prix immobilier : la baisse atteindra -8% en avril en Ile de France, selon les notaires

25% de ventes en moins sur la région

Selon les Notaires du Grand Paris, l'année 2023 a révélé une forte tendance à la baisse des prix de l’immobilier en Ile de France, tant au niveau des volumes que des prix. Les chiffres clés montrent une chute de 25% du nombre de transactions, avec un total de 139 880 ventes enregistrées, signalant une contraction notable par rapport à l'année précédente.

Cette diminution s'est particulièrement manifestée dans la vente des maisons anciennes, avec une réduction de 28% des volumes, tandis que les appartements anciens ont connu une baisse légèrement moins prononcée de 24%.

Le mouvement de baisse des prix, couplé à la consolidation des taux d'intérêt, a légèrement limité l'augmentation des mensualités de remboursement sans pour autant améliorer la solvabilité des ménages. L'attentisme des acheteurs, espérant des conditions plus favorables, a contribué à cette dynamique, exacerbant la prudence sur le marché.
Annonce
Assurance Vie

Des prix en recul de 8 à 10% sur un an

Le recul des prix s'est établi entre -6 et -8% sur l'année 2023, et la tendance s'est affirmée au quatrième trimestre.

À Paris, le prix moyen au mètre carré est ressorti à 9 770 € en fin d’année, marquant une accélération de la baisse des prix amorcée au deuxième trimestre de l'année (-4,4% sur un an), puis au troisième trimestre (-5,4%), pour finalement atteindre -6,8% au dernier trimestre. Cette tendance devrait se poursuivre, avec un prix au mètre carré prévu à 9 410 € en avril 2024, soit une chute de -8,1% sur un an en moyenne, ramenant les prix aux niveaux de l'été 2018.

Concernant les appartements en Île-de-France, la baisse s'accélère également avec un recul de -6,9% sur un an, atteignant -7,5% en Petite Couronne et -6,2% en Grande Couronne. Selon les promesses de ventes signées en fin d’année, des baisses devraient s'intensifier en avril 2024, avec une diminution globale des prix de -8,2% dans la région.
Les maisons ne sont pas épargnées, avec un recul de -6,8% sur un an au 4e trimestre 2023, et une baisse attendue de -7,8% en avril 2024, plus marquée en Petite Couronne (-8,3%) qu'en Grande Couronne (-7,5%).

Ainsi, la baisse moyenne pourrait atteindre -8% sur un an d'ici avril 2024 sur l’ensemble de la région, et même -10% en Seine-Saint-Denis. Des niveaux qui ramèneraient globalement aux prix de 2019.

Dans les mois à venir, le marché immobilier devra donc s'adapter à un nouvel équilibre, avec des taux potentiellement plus élevés qu'auparavant. À plus long terme, une potentielle baisse de l'inflation, l'amélioration des conditions de financement et la réduction des prix pourraient offrir des perspectives plus favorables au marché. Cette évolution est cruciale pour répondre aux besoins importants en logements en Île-de-France, où le taux de propriétaires reste inférieur à celui observé en province.






Annonce Trading

Votre avis, vos débats, vos questions

* Information obligatoire
10000

Commentaires (2)

8% de baisse, c'est pas rien ça. Faut pas s'étonner de la chute du nombre de ventes avec ces prix délirants. On va enfin voir une correction, ça été trop longtemps qu'on surf sur des valeurs trop hautes à mon goût. Et dire que ça va encore descendre. Peut-être le moment d'en profiter pour investir en Ile de France, vous croyez ?
8% de baisse en Immobilier en Île-de-France, c'est pas rien ça ! Le marché devient intéressant pour ceux qui ont économisé précieusement. Ça marque une bonne opportunité pour acheter, non ? Par contre pour ceux qui espéraient vendre leur bien à un prix élevé, ça doit être la déception... Quelle évolution prévoient-ils pour l'avenir ?