ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

LREM dévoile ses propositions dans le cadre du Grand Débat

| Publié le 11-03-2019 17:01 | Mise à jour le 11-03-2019 17:45
🏠 Accueil   ➤    Politique
LREM dévoile ses propositions dans le cadre du Grand Débat
Crédit photo : © Compte Instagram de Stanislas Guerini  

La République en Marche tenant ce dimanche l'évènement « Nos idées pour la France », destiné à présenter les propositions du parti dans le cadre du Grand Débat National. Jour supplémentaire de travail pour financer la dépendance, ré-indexation de retraites sur l'inflation, augmentation de l'IFI... Les premières orientations de l'exécutif ne seront connues qu'en avril.

Le pouvoir d'achat au cœur des propositions

A tout juste 5 jours de la fin du Grand Débat National, Stanislas Guérini a annoncé la couleur : La République en Marche veut être un « aiguillon de la majorité ». Devant 600 sympathisants, trois secrétaires d'État (Brune Poirson, Adrien Taquet, Christelle Dubos) et des parlementaires réunis à Chartres, le délégué général du parti présidentiel a fait part de la contribution de son parti, notamment issus des 3500 propositions recueillies sur la plateforme du Grand Débat et sur l'Atelier des idées. Des idées qui restent néanmoins parfois loin d'être concrètes.

Parmi les pistes envisagées, Stanislas Guerini a évoqué la possibilité de « travailler un jour supplémentaire » afin de financer la dépendance. Un principe calqué sur celui de la journée de solidarité envers les personnes âgées instaurée en 2004. Affirmant qu'il fallait poursuivre les efforts pour baisser de 20 milliards d'euros par an les prélèvements obligatoires, il a également indiqué qu'une augmentation de l'IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière) pourrait en partie les compenser.

Revenant sur une questions récurrentes des citoyens sur la faiblesse des retraites, Stanislas Guerini a fait valoir la nécessité de « revenir sur la sous-indexation des pensions pour les retraités modestes. Pour ceux- là, les retraites doivent augmenter en même temps que l'inflation ».

La députée Bénédicte Peyrol a de son côté mis sur la table l'idée d'une transformation de l'abattement fiscal de 25% pour les personnes en EHPAD en un crédit d'impôt, afin de le généraliser. Une nuance qui pourrait être importante, puisqu'en matière de fiscalité un crédit d'impôt permet d'être remboursé par l'État d'une somme décaissée, contrairement à un abattement. La député a également plaidé pour le plafonnement de l'indemnisation du chômage, « peut-être à 5000 euros ».

Plus surprenant, L'Express rapporte qu'un adhérent LREM a parlé de l'instauration d'une « contribution volontaire au pouvoir d'achat ». Elle consisterait pour chaque salarié à choisir de reverser une partie de son salaire net aux employés moins bien payés.

La journée de solidarité envers les personnes âgées est une journée de travail supplémentaire, en principe non rémunérée. Cette journée est souvent fixée au lundi de Pentecôte dans les entreprises.

Des propositions pour permettre à chacun de rentrer dans la vie politique

Considérant qu'avec « le RIC, les politiques seraient en campagne perpétuelle au lieu de travailler pour les Français », le délégué général de LREM a suggéré la mise en place de propositions de lois d'initiatives citoyennes. « Dès qu'un sujet mobilise plus d'un million de citoyens, une conférence de consensus composée de citoyens tirés au sort pourrait se réunir pendant plusieurs semaines et auditionner des experts, afin d'élaborer un projet de loi qui serait ensuite examiné par le Parlement ». Une idée renforcée par la proposition d'une meilleure prise en compte du vote blanc.

Pour faire en sorte que chaque citoyen puisse également participer de façon active à la vie politique du pays, plusieurs propositions ont été envisagées : la création d'un "congé payé vie politique" pour ouvrir à chacun la possibilité de mener une campagne, ou encore la transformation du Sénat en y faisant entrer "des présidents de conseils départementaux, de conseils régionaux, un panel de maires pour que tout cela compose la chambre des élus", selon le député Sacha Houlié.

L'écologie n'a pas été oubliée puisque la taxation des produits « non démontables et non réparables », l'allongement de la durée des garanties ou encore la modulation des loyers en fonction de la note énergétique du bien loué ont été des sujets de débats.


Article noté  4.7/5 (6 avis) -
 
Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site