ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Réforme des retraites : les femmes et les familles largement perdantes

| Publié le 28-11-2019 14:14 | Mise à jour le 28-11-2019 14:31
🏠 Accueil   ➤    Politique
Réforme des retraites : les femmes et les familles largement perdantes
Crédit(s) photo(s) : Manifestation à Marseille le 8/10/2019 - G. Bottino - Shutterstock  

Sensée favoriser les femmes et notamment les femmes seules, la retraite universelle aurait des conséquences bien différentes. Une note de l'Institut de la Protection Sociale (IPS) alerte sur les importantes baisses de pensions qui toucheraient les femmes et les couples avec enfants par rapport au système actuel.

Une réforme pénalisante, selon les calculs de l'IPS

Dans un rapport intitulé « Le futur système des retraites sera-t-il réellement plus juste et plus simple pour tous ? » et publié le 26 novembre, l'Institut de la Protection Sociale (IPS) révèle que les femmes, et plus généralement les familles, seraient lourdement impactées par la mise en œuvre de la réforme Delevoye.

Si le gouvernement assure que la réforme des retraites est construite pour rendre le système plus équitable et notamment plus juste pour les femmes, les calculs des experts de l'IPS indiquent le contraire. Selon eux, la retraite universelle entraînerait en l'état d'importantes baisses de pension pour les foyers ayant élevé des enfants, et plus particulièrement pour les mères de famille.

Créée en 2011, l'Institut de la Protection Sociale se définit comme un « laboratoire d'idées » pour toutes les questions liées à la protection sociale de l'entreprise. Ses membres sont des expert financiers, juridiques et fiscaux. Ses objectifs sont « d'identifier les problèmes qui se posent » et « de faire des propositions concrètes pour y remédier » aux pouvoirs publics.


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


Les mères perdraient les avantages du système actuel

Les conclusions du rapport de l'IPS sont basées sur le changement de mode de calcul entre le système actuel et celui de la future retraite universelle par points.

Dans le système actuel, les femmes bénéficient d'une majoration de durée de cotisation de 8 trimestres par enfant élevé, ce qui leur permet d'atteindre plus rapidement le nombre de trimestres nécessaires pour bénéficier de la retraite à taux plein. Celles qui ont élevé 3 enfants ont également droit à une majoration de leur pension de 10%.

Le nouveau système remplacerait ces avantages par une majoration de 5% des points acquis par enfant élevé, au bénéfice de l'un des deux parents. L'âge pivot de départ à la retraite serait fixé à 64 ans pour obtenir une pension à taux plein, au lieu de 62 ans actuellement. Un départ anticipé engendrerait une décote de 10% de la pension, ce qui, d'après le rapport, « annihile largement la majoration des 5% pour enfant ».

« Pour les familles de 3 enfants, la perte de droits est d'une ampleur exceptionnelle »

Selon l'IPS, ce nouveau mode de calcul pénaliserait aussi bien les femmes seules que les familles nombreuses. Par exemple, une mère célibataire ayant cotisé pour un salaire de 25.000 euros par an durant 152 trimestres et partant en retraite à 62 ans verrait sa pension baisser de plus de 9% par an.


« <i>Pour les familles de 3 enfants, la perte de droits est d'une ampleur exceptionnelle </i>»

Les familles ayant élevé 3 enfants subiraient quant à elles une « double peine », en cumulant la perte des 8 trimestres supplémentaires par enfant et la majoration de 10% pour le 3ème enfant élevé. En partant à 62 ans, soit 2 ans avant l'âge pivot, hommes et femmes supporteraient également l'impact de la décote de 10%. Selon l'IPS, la perte annuelle du couple serait ainsi de 18,66% pour les parents de 3 enfants ayant cotisé 38 ans et de 24,65% pour ceux ayant cotisé 43 ans.


7 ans de décalage pour percevoir la pension de réversion

Autre point négatif, la réforme du calcul de la pension de réversion. Versée au conjoint survivant, 89% de ses bénéficiaires sont actuellement des femmes selon le rapport. A ce jour, elle peut être demandée à partir de 55 ans dans le cadre du régime général.

Avec la nouvelle règle, il faudra être retraité pour en bénéficier. Avec le décalage de l'âge pivot de départ à la retraite à 64 ans au lieu de 62 ans pour bénéficier d'une retraite à taux plein, l'IPS anticipe que la liquidation de la pension de réversion sera reportée de 7 à 9 ans par rapport à la situation actuelle. Avec pour conséquence une nouvelle perte de revenus.

Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site