Ouvrir
Ouvrir
Disponible sur Google Play
Download on the App Store 
ideal investisseur
ideal investisseur
Annonce
Assurance Vie



Annonce Assurance Vie
🏠 Accueil   ➤    Bourse & Cryptomonnaies

Obligations souveraines émergentes : les émissions massives pèsent temporairement sur les spreads



Les marchés émergents démarrent l'année avec des performances de taux d'écart inférieures à celles des autres crédits, notamment en raison de l'importante quantité d'émissions selon Guillaume TRESCA, stratégiste senior chez Generali Asset Management.


Temps de lecture : 1 minute(s) - | Publié le 22-01-2024 15:00 

Un début d'année sous pression pour les marchés émergents

En ce début d'année, les écarts de taux (spreads) des obligations souveraines des marchés émergents semblent piétiner, avec des performances inférieures aux autres marchés du crédit. Selon Guillaume Tresca, stratégiste senior chez Generali Asset Management, les spreads des pays émergents sont revenus à leurs niveaux de début décembre. Cette situation est notamment due à l'intégration d'une hausse substantielle à la fin de l'année dernière.

Mais le nombre important des émissions contribue également à ce phénomène. Le stratégiste souligne en effet que le début de cette année représente le deuxième volume d'émissions le plus important de la décennie. "Il faut s'attendre à ce que les émissions brutes augmentent en 2024 pour atteindre environ 150 milliards de dollars US, contre environ 130 milliards de dollars US (70 milliards de dollars d'émissions nettes). Il s'agirait d'une augmentation de 20 milliards de dollars de l'émission nette, avec un record pour les pays IG."
Annonce
Assurance Vie

Prévisions des émissions et des conditions de marché

Selon le stratégiste, les obligations souveraines IG et BB resteront accessibles pour les marchés primaires, tandis que les rendements des emprunts moins bien notés pourraient être pénalisants. "Heureusement, les conditions du marché s'améliorent, mais si l'on se réfère à l'histoire, émettre à 10 % sera difficile. Il faudra trouver des sources de financement alternatives provenant d'institutions multilatérales. Dans l'ensemble, pour la classe d'actifs, la situation technique reste bonne. Si les coupons sont réinvestis par les investisseurs dans la classe d'actifs, il suffirait d'un apport de 1% des actifs sous gestion pour couvrir l'émission nette attendue."



La rédaction vous suggère :

-> Finance : les obligations, comment ça marche ?

-> Obligations high yield (HY) : rendement élevé, haut risque


Annonce Trading

Et vous, qu'en pensez-vous ?

*Informations obligatoires. L'email n'est pas requis. Si l'entrez, vous acceptez que cette donnée soit collectée et traitée dans le strict cadre de la section commentaire de ce site.
10000

Vos avis, vos débats, vos commentaires...

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !







x


Newsletter ideal investisseur
Pas encore abonné(e) à la Newsletter ?

Rejoignez la communauté Idéal investisseur !

Merci d'entrer votre mail
Merci d'accepter les conditions pour vous inscrire J'accepte de recevoir la newsletter, je pourrai me désabonner quand je veux. Mon adresse ne sera pas communiquée à des tiers.