ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Les gamers français collectent 3,5 millions d'euros pour l'Institut Pasteur

| Publié le 24-09-2019 12:20 |
Les gamers français collectent 3,5 millions d'euros pour l'Institut Pasteur
Crédit(s) photo(s) : Compte Twitter de ZeratoR  

Du 20 au 22 septembre, 48 gamers se sont réunis à Montpellier dans un marathon de jeux vidéo avec un objectif : collecter des fonds pour l'Institut Pasteur. Les 3,5 millions réunis constituent le record mondial pour un évènement de ce type.

Un « stream caritatif » de 3 jours

Durant plus de 50 heures, 55 joueurs se sont mobilisés pour réunir des fonds pour l'Institut Pasteur. Parmi eux, des stars de Youtube et de Twitch, plateforme de streaming bien connue des amateurs de e-sport (15 millions de visiteurs chaque jour). Retransmis en direct sur Internet (en streaming), l'évènement a été largement suivi, réunissant jusqu'à 600 000 personnes en simultané au plus fort du suspens dimanche soir.

Les streamers ont joué en direct à des jeux vidéo, discuté avec leur communauté et organisé des activités. Ils se sont également lancé des défis personnels pour inciter leur communauté à donner, l'un promettant d'arrêter de fumer si les dons dépassaient une certaine somme, d'autres s'engageant à participer au marathon de Paris. Les joueurs eux-mêmes ont mis la main au portefeuille, certains donnant plus de 20 000 euros à l'Institut.

L'Institut Pasteur est une fondation à but non lucratif dont la mission est de contribuer à la prévention et au traitement des maladies, en priorité infectieuse, par la recherche, l'enseignement, et des actions de santé publique.


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


Un record mondial de dons pour ce type d'évènement

Le troisième évènement ZEvent restera probablement dans l'histoire du gaming. En 2017, les 30 joueurs réunis avaient réussi à collecter 500 000 euros. En 2018, le million d'euros avait été dépassé en faveur de Médecins Sans Frontières. Cette année, les dons se sont envolés, dépassant les 3,5 millions d'euros. Une somme historique, grâce à laquelle les gamers français battent le record mondial établi au printemps dernier par leurs homologues américains (3,4 millions d'euros).

« Pour les chercheurs de l'Institut Pasteur, c'est un message de soutien et de solidarité extraordinaire », a indiqué le professeur Jean-François Chambon de l'Institut Pasteur. Emmanuel Macron a également félicité les organisateurs et joueurs dans un tweet « 55 gameurs français viennent de lever le temps d'un week-end plus de 3 millions d'euros au profit de l'institut Pasteur. Vous êtes inspirants et vous nous démontrez que tout est possible pour soutenir une cause pour laquelle on croit. Bravo #ZEvent2019 ! »

Le marché du e-sport enregistre une progression d'environ 30% par an. Il devrait dépasser le milliard de dollars pour la première fois en 2019 et atteindre 10 milliards d'ici 2030 selon Newzoo, société spécialiste dans les analyses de jeux et d'e-sports. La discipline pourrait prochainement intégrer les Jeux Olympiques. Les compétitions, qui peuvent réunir jusqu'à 75 millions de spectateurs à travers le monde, sont diffusées principalement sur les plateformes spécialisées sur Internet.

Les dons ouvrent droit à un crédit d'impôts

Cet évènement est l'occasion de rappeler que les dons aux organismes reconnus d'utilité publique ouvrent droit à un crédit d'impôt de 66% du montant donné. Concrètement, si vous donnez 100 €, vous pourrez récupérer 66 euros sur votre impôt sur le revenu, ou percevoir un chèque de remboursement si le montant du crédit dépasse l'impôt à payer.

Dans le cas de dons destinés à soutenir un organisme d'aide aux personnes en difficulté fournissant gratuitement des repas, des soins ou favorisant le logement, le crédit d'impôt atteint même 75% du montant jusqu'à 531 euros, puis 66% au-delà. Le tout, dans la limite de 20% du revenu imposable.

L'année dernière, les associations avaient vu le montant des dons nettement baisser suite l'attentisme lié à « l'année blanche » fiscale et à l'entrée en vigueur du prélèvement à la source.


Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site