ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Retraits bancaires massifs : les Gilets Jaunes peuvent-ils inquiéter les banques ?

| Publié le 11-01-2019 14:52 | Mise à jour le 05-03-2019 10:28
🏠 Accueil   ➤    Économie
Retraits bancaires massifs : les Gilets Jaunes peuvent-ils inquiéter les banques ?
Crédit(s) photo(s) : © Bordeaux, le 8 décembre 2018 : mouvement des gilets jaunes - Sportpoint / Shutterstock.com  

Les Gilets Jaunes veulent organiser un retrait massif d'argent samedi pour créer une panique bancaire. Certaines figures du mouvement ont repris et partagé cette idée sur les réseaux sociaux pour qu'un grand nombre de personnes participe à l'évènement. Mais le phénomène semble être loin d'inquiéter les banques.

Objectif « Bank Run »

Les annonces d'Emmanuel Macron le 10 décembre dernier n'ont pas apaisé le mouvement des Gilets Jaunes, dont l'une des revendications est la mise en place du Référendum d'Initiative Citoyenne (RIC). Un moyen, selon ses membres, que les Français puissent agir directement sur les décisions du gouvernement.

Selon leurs doléances, il consisterait en « la création d'un site lisible et efficace, encadré par un organisme indépendant de contrôle où les gens pourront faire une proposition de loi. Si cette proposition de loi obtient 700 000 signatures alors cette proposition de loi devra être discutée, complétée, amendée par l'Assemblée nationale qui aura l'obligation (un an jour pour jour après l'obtention des 700 000 signatures), de la soumettre au vote de l'intégralité des Français ».
Si Bruno Le Maire s'est déclaré favorable à son encadrement sur France Culture, les Gilets Jaunes ne semblent pas prêts à relâcher la pression.

Pour se faire entendre, le mouvement souhaite passer par les banques. Plusieurs figures appellent les mécontents à retirer leur argent samedi 12 janvier durant « l'acte 9 ». L'objectif : créer une « panique bancaire » (aussi appelé bank run) et « faire peur à l'État ».

Tahz San, initiateur de l'idée avec une vidéo diffusée sur Facebook et YouTube, déclare : « Nous allons faire peur à cet État en toute légalité et sans la moindre violence. (...) Nous savons tous que les pouvoirs du pays ne sont pas entre les mains du gouvernement, mais dans celles des banques. Si les banques faiblissent, l'État faiblit aussitôt. (...) Samedi, nous allons tous voter en retirant notre argent pour lui imposer le RIC en urgence ».

NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


Un réel danger pour les banques ?

Le potentiel danger d'un retrait de fonds massif est important pour les banques : aucune ne détient autant de liquidités que ce que détiennent réellement leurs clients sur leurs comptes. Ainsi, si trop de personnes demandent à retirer de l'argent en même temps, elles se retrouvent face à l'impossibilité de payer et font faillite. La chaîne de dominos commence alors : si une entité s'écroule, c'est le secteur entier qui est menacé.

Malgré ce risque, les banques ne semblent pas inquiètes pour samedi. Certaines affirment ne prendre aucune mesure de précaution, le nombre de Gilets Jaunes étant jugé nettement en deçà de qui serait nécessaire pour déstabiliser le système.

Le montant moyen des retraits de cash au distributeur est de 404 millions d'euros par jour en moyenne. Il faudrait donc qu'un million de Gilets Jaunes retire environ 400€ pour doubler ce montant sur une journée. En imaginant que 100.000 Gilets Jaunes viennent retirer 1.000 euros, les retraits n'augmenteraient que de 25% par rapport à une journée normale. Par ailleurs, la plupart seront bloqués par les plafonds appliqués aux cartes bancaires, qui limitent les retraits entre 300 et 500€ par jour par compte bancaire (1500€ pour des cartes Premium).

Les risques concrets des retraits massifs

Le vrai danger de cette opération est une hypothétique création de panique dans la population, qui mènerait un grand nombre de détenteurs de comptes épargne à retirer leur argent par peur. C'est une demande soudaine et très forte qui engendre les ruptures (comme on peut le constater, par exemple, lorsqu'une rumeur de pénurie de carburant est annoncée).

Le mouvement pourrait avoir un impact plus important si les Gilets Jaunes venaient à s'accorder sur un établissement bancaire pour tous les retraits effectués, comme évoqué par certains membres du mouvement. Malgré cela, le système bancaire détient des outils qui permettraient, même en cas de réelle menace, de limiter le montant des retraits.

Un peu d'Histoire...
Un mouvement de panique populaire a notamment aggravé la crise boursière de 1929. La population, paniquée à l'idée de voir fondre ses économies, était venue en masse retirer de l'argent. Les banques ne pouvant faire face à une demande gigantesque, elles se sont retrouvées en difficulté, ce qui a accentué le mouvement de panique.
Les gens faisant littéralement la queue devant les agences, cet épisode a été appelé "la ruée vers les banques", ou "bank run" en anglais.

💬1 commentaire(s)
Réagir et laisser un commentaire




*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site


Edled
Oh il ne s est rien pass? Quelle grosse surprise...
17:09

  Répondre