ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Investir sur Internet est-ce devenu un nouveau mode de placement ?

| Publié le 18-07-2015 | Mise à jour le 31-05-2019 12:18
Investir sur Internet est-ce devenu un nouveau mode de placement ?
Crédit(s) photo(s) : © Pixabay  

Internet a bouleversé les modes de consommation et le e-commerce est entré dans les moeurs : près de 60% des Français ont déjà réalisé un achat en ligne (étude FEVAD 2014). Les « Fintech », ces sociétés repensant les services financiers à l'appui des nouvelles technologies, permettent aujourd'hui d'investir directement sur Internet. Alors se pose la même question que pour le e-commerce au début des années 2000 : investir sur Internet, est-ce bien raisonnable ?

Investir sur Internet : le e-investissement est règlementé comme l'investissement traditionnel

Le but d'investir est de gagner de l'argent : une somme est immobilisée dans le but de percevoir un rendement ou de réaliser une plus-value à terme. Or, en France, tous les acteurs proposant aux particuliers des investissements financiers sont encadrés par la loi et doivent disposer d'un statut règlementé pour pouvoir exercer.

Les plateformes Internet, notamment de financement participatif, n'échappent pas à ce principe. Elles sont soumises à des règles précises, tout comme les banquiers et les conseillers en investissements financiers. Pour exercer, elles doivent bénéficier du statut de Conseiller en investissement Participatif (CIP), obtenu au terme d'une procédure engagée auprès de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF).

Investir sur Internet est donc aussi raisonnable qu'investir par l'intermédiaire d'un conseiller traditionnel, dès lors que la plateforme choisie dispose bien du statut légal nécessaire garantissant sa compétence et son sérieux.

A lire également :
L'achat immobilier bientôt accessible en ligne ?
Habiteo, une plateforme pour acheter son logement neuf en ligne


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !

Les mêmes étapes que lors d'un investissement traditionnel

Internet permet une interaction immédiate de l'investisseur potentiel avec les différents supports d'investissement. Une fois la décision prise, la souscription suit exactement les mêmes étapes que celles des produits financiers traditionnels.

Première étape, le très classique « questionnaire investisseur », identique à celui rempli pour un produit bancaire ou une assurance-vie. L'Internaute doit fournir un certain nombre d'informations : structure de son patrimoine, connaissance des différents types d'investissement, connaissance des risques Ce questionnaire a pour but de vérifier l'adéquation du profil de l'investisseur avec le support d'investissement.

Deuxième étape, la fourniture de la pièce d'identité et du justificatif de domicile, éléments là encore traditionnels.

La signature des documents de souscription suit également un chemin classique, avec un envoi en ligne ou par voie postale. Enfin, le virement des fonds est possible par chèque, virement ou par carte bancaire.

En cas de doute, les plateformes disposent également d'un service investisseur joignable par téléphone.

L'investissement sur Internet ressemble donc beaucoup à l'investissement classique : même réglementation, mêmes étapes. La seule différence est que l'on peut souscrire depuis chez soi. Il est cependant indispensable d'investir sur des plateformes de confiance. Malheureusement Internet permet aussi à des sites non qualifiés d'exposer des produits en marge de toute règlementation. La sagesse impose donc de vérifier la présence du logo « Plateforme régulée par les Autorités Françaises » et l'inscription du site à l'ORIAS en tant que Conseiller en Investissement Participatif.


Article noté  4.7/5 (18 avis) -
 
Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site




Mieux comprendre l’article

Les mots soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

Autorité des Marchés Financiers (AMF) :
L'AMF (Autorité des Marchés Financiers) est chargée de réguler les acteurs de la finance. Parmi ses principales missions, l'institution créée les règles à respecter, surveille les acteurs, autorise la mise sur le marché de produits financiers, sanctionne ceux qui ne respectent pas les règles, et informe les épargnants.

Rendement :
En finance, le rendement est le rapport entre le revenu obtenu sur une période et le capital total qui a été investi. Dans le langage courant, le rendement est synonyme de la rentabilité. Cependant ce n'est pas tout à fait exact, puisque financièrement parlant, le rendement fait référence à un flux de court terme (par exemple les loyers perçus chaque année ramenés au prix d'achat du bien), alors que la rentabilité englobe l'intégralité des flux générés sur toute la période d'investissement (donc le rendement, la plus-value suite à la revente du bien).
Par exemple, pour une action, le rendement correspond au ratio dividende / prix d'achat de l'action, alors que la rentabilité est la somme des rendements à laquelle on ajoute les plus-values et retranche les moins-values.

Le retour sur investissement (de sigle "ROI" pour "Return On Investment" en anglais), est une notion qui permet de mesurer la rentabilité d'un investissement à moyen ou long terme. Il est calculé en faisant la somme des flux financiers nets générés directement par l'investissement.