ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Investissement immobilier : destination New York

| Publié le 17-11-2014 | Mise à jour le 02-08-2019 17:01
Investissement immobilier : destination New York
Crédit photo : © Pixabay  

L'immobilier dans la célèbre ville de New York se positionne comme un marché rempli d'opportunités pour les investisseurs étrangers. Même si la valeur de l'Euro est instable, de part la faible croissance des marchés européens, il reste plus fort que le dollar. Un placement immobilier à New York se pose donc comme une bonne valeur refuge.

Quels sont les avantages d'investir à New York ?

Si l'investisseur souhaite obtenir une plus-value attrayante, il est nécessaire de bien connaitre les divers attraits du secteur immobilier de cette agglomération.

L'un des avantages d'investir dans l'immobilier à New York réside dans le faible taux de vacance des appartements de quartiers de la ville qui tourne autour de 2%. Que ce soit à Manhattan, Long Island, Brooklyn ou Staten Island, l'investisseur pourra trouver un locataire très rapidement si le prix du loyer est en accord avec celui du marché.

C'est donc l'investisseur qui fixe le prix du loyer. Il aura également l'opportunité de bénéficier d'une hausse sur le loyer (chaque 2 an), si le bâtiment en question est rénové ou amélioré. De ce fait, une demande au Rent Guidelines Board doit être faite pour profiter de cette augmentation.

Qui dit investissement, dit impôt. Cependant, il est possible de réduire le taux d'imposition, par exemple sur la taxe concernant les bénéfices (21%) des reventes sur les actifs immobiliers des propriétaires.

Une option pour obtenir une réduction de taxe pour les investisseurs étrangers (sans Carte Verte, ni résident) par rapport au 19% d'imposition sur les revenus d'une revente immobilière : s'entourer d'experts du domaine fiscal et de la comptabilité.

A lire également : Les choses à savoir avant d'investir à Miami

Respecter les lois américaines

L'investisseur non-citoyen américain devra, bien sûr, respecter les lois concernant les frais immobilier à payer lors de l'acquisition d'un bien. Ces derniers comprennent les coûts de l'agent immobilier (un acompte de 20-25% s'il est question d'une co-op), les frais d'honoraires, d'assurance, la taxe foncière, les frais de gestion si les services d'une agence sont sollicités ainsi que l'Estate Tax.

Sur le même thème : Placements à l'étranger : tout comprendre


Article noté  4.7/5 (7 avis) -
 
Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site