ideal investisseur
Le magazine qui donne du sens à votre argent
twitter @idealinves instagram Facebook @idealinves
SOUTENIR LE MAGAZINE
(don défiscalisé)
ideal-investisseur.fr
Le magazine qui donne du sens à votre argent
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    Immobilier

Investir dans un local commercial : un bon plan ?

Les logements ne sont pas les seuls biens immobiliers dans lesquels il est possible d'investir. Parmi ceux qui sont réputés les plus rentables, les commerces se hissent en bonne place. Mais ce type d'investissement reste risqué.

Temps de lecture : 3 minute(s) - | Mis à jour le 29-10-2021 17:47 | Publié le 21-10-2021 11:18
Photo : Shutterstock  

Vous lisez cet article sur
logo ideal investisseur

Une belle rentabilité, mais des contraintes et risques

Murs de boutique, locaux commerciaux, murs de supermarchés pour les plus gros budgets… L'acquisition d'un commerce à des fins locatives a la réputation de procurer un rendement allant en général 4 à 10 % par an. C'est environ 2 fois ce que peut rapporter un logement loué vide.

La liste des avantages ne s'arrête pas là. Louer à un professionnel, c'est être moins exposé au risque d'impayés. C'est aussi se réserver la possibilité de récupérer plus de charges sur le locataire qu'en louant un logement nu. Enfin, bien que la nature des locaux soit commerciale, lorsqu'un particulier ou imposer des normes qui empêchent indirectement leur implantation.





Commerces : attention à l'emplacement et à l'environnement !

Comme toujours en immobilier, c'est l'emplacement qui va déterminer tout le potentiel d'un investissement locatif. Les murs de boutique dans des quartiers dynamiques et fréquentés ont, la plupart du temps, plus de chances de trouver preneur. Mais ces emplacements sont rares et donc chers. Par conséquent, la rentabilité risque d'être moins élevée qu'ailleurs. Mais en échange, les propriétaires ont la quasi-assurance de trouver des locataires plus facilement que sur d'autres emplacements.

Pour qu'un commerce soit rentable, tout dépend de son environnement. Une rue passante peut être aussi intéressante qu'un emplacement situé dans une zone d'activité commerciale. Tout dépend du type de commerce qui va pouvoir s'y implanter.

Mais la rentabilité dépend aussi de la pérennité de l'activité commerciale. Avant d'acheter un local commercial pour le louer, il convient donc de vérifier que la zone de chalandise existe bel et bien. Et avant de signer le bail, il vaut mieux être convaincu du potentiel de l'activité du preneur. Enfin, il ne faut pas perdre de vue que la vitalité des commerces dépend du dynamisme de l'économie nationale et locale. Ces dernières années, l'essor du e-commerce et la pandémie de Covid ont fragilisé les boutiques.


Le calcul du prix d'un commerce n'est pas le même que celui d'un logement

Lors de l'investissement dans un logement, le calcul de la rentabilité s'effectue en ramenant les loyers annuels au coût d'achat du bien. Cette règle n'est pas la même pour l'achat d'un commerce.

La plupart du temps, l'acheteur d'un commerce achète plus une rentabilité qu'un local. Ainsi, son prix est fixé en fonction de sa rentabilité réelle ou potentielle et non l'inverse. Par exemple, si les murs d'un commerce sont vendus à 10 % pour un loyer de 15 000 €, le prix d'achat va être de 150.000 euros. Ainsi la fixation du prix dépend de la rentabilité qui sera proposée, et non directement des caractéristiques du logement comme on peut le voir dans l'achat de logements.

Enfin, il ne faut pas négliger que les bailleurs de commerces peuvent être sollicités beaucoup plus souvent que ceux de logements pour effectuer des travaux.




Le bail commercial a ses propres spécificités

Lorsqu'ils sont loués, les locaux commerciaux font l'objet d'un bail commercial aussi appelé « bail 3-6-9 ». Il s'agit d'un contrat de location de 9 ans, que le locataire peut rompre tous les 3 ans. Comme il est possible de voir la page Wikipedia dédiée à ce type de baux, il comporte tant de spécificités qu'il est déconseillé de le rédiger sans faire appel à un avocat.

Le loyer est fixé durant toute cette période et revalorisé chaque année en fonction de l'ICC. Contrairement au bail de location classique en logement (le bail de 1989), les parties sont libres de négocier de nombreuses clauses. Elles peuvent par exemple prévoir d'indexer le loyer sur une partie du chiffre d'affaires du commerçant ou d'attribuer certaines charges locatives au propriétaire ou au preneur.





Ce contenu sponsorisé est proposé par un de nos partenaires.
La rédaction n'a pas participé à sa réalisation.


Partagez sur les réseaux sociaux !


merci magazine ideal investisseur
merci magazine ideal investisseur

   


Envie de donner votre avis, de poser une question ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !




ideal investisseur magazine banniere