ideal investisseur
ideal-investisseur.fr  

Investir dans un terrain : tout ce qu'il faut savoir

Publié le 30-01-2018 17:41 - Mise à jour le 26-05-2018 13:51 -
Rubrique : immobilier - Crédit photo : (a)Fotolia

Article noté  3.5/5 (2 avis)    
Evaluez cet article  


Acquérir un terrain constitue un moyen idoine permettant de diversifier son portefeuille d'investissements. L'investissement dans un terrain nu vous offrira en effet maintes opportunités : qu'il s'agisse d'y construire votre maison, ou d'y construire des lotissements et résidences aux fins de vente ou de location, ou encore tout simplement de revendre votre terrain nu quelques années plus tard.
Si ce type d'investissement immobilier est donc clairement profitable à celui qui l'entreprend, il faut savoir toutefois qu'un bon investissement immobilier suppose de trouver le bon terrain à vendre et de bien maîtriser les différentes étapes afin d'opérer une telle acquisition.

Le choix du terrain à acheter : gage de la réussite de votre investissement immobilier

Un bon investissement immobilier dépendra avant tout de la valeur du terrain en termes de constructibilité, d'emplacement géographique, et donc en termes de caractéristiques techniques dudit terrain.
En effet, que vous projetiez d'y construire votre maison (et donc d'y résider) ou que vous envisagiez d'y bâtir des immeubles locatifs, l'emplacement du terrain est déterminant.

L'emplacement est essentiel tout d'abord parce que de ce critère dépendra notamment la présence ou non d'un cadre environnemental attractif (présence d'espaces verts, proximité d'autoroutes...).


A côté du cadre environnemental, il y a également un autre enjeu concernant l'emplacement du terrain : que ce soit vous qui y habiterez ou bien des locataires ou propriétaires de lots, il est toujours préférable que le terrain soit accessible et qu'il soit à proximité d'écoles, de commerces, de centres de soin, et de transports en commun.

Concernant toujours les spécificités techniques du terrain, il y a enfin le positionnement : pour optimiser les constructions à venir (maison, immeuble, bâtiment résidentiel...), il est bon de choisir un terrain qui ait une bonne orientation en termes d'exposition au soleil notamment. 

Mais outre les spécificités techniques du terrain, l'investissement immobilier réussi doit prendre en considération un facteur d'opportunité : faut-il acquérir un terrain isolé ou un terrain déjà morcelé en lots ?

Investir dans un terrain isolé offrira comme avantage de bénéficier d'un immeuble non bâti sur lequel vous aurez toute liberté d'y faire construire ce que bon vous semble et comme bon vous semble. L'inconvénient est que ce terrain isolé peut ne pas être parfaitement aux normes de constructibilité et peut ne pas être totalement viabilisé.

Quant au terrain en lotissement, son avantage est d'être déjà parfaitement viabilisé et donc, immédiatement constructible. En revanche, c'est un investissement qui comprend quelques restrictions : par exemple, le propriétaire d'un lot ne pourra construire que selon des termes définis à l'avance par un cahier des charges (normes architecturales, normes environnementales...).


Comment acquérir son terrain ?

Une fois que vous aurez trouvé le terrain dans lequel vous souhaitez investir, il faut en l'occurrence en faire l'acquisition. Pour cela, il faut préalablement prendre soin d'opérer quelques vérifications : parmi celles-ci, il y a tout d'abord la nécessité de vérifier ce qui figure sur le certificat d'urbanisme du terrain, document qui retrace les éléments essentiels à connaître concernant le terrain.

Il vous est loisible de demander ce document en mairie du lieu où est situé l'immeuble non bâti. Vérifiez ensuite le plan d'occupation des sols, document également accessible en mairie. S'il s'agit d'un lotissement, prenez connaissance au préalable, du cahier des charges.
Au niveau des formalités d'achat proprement dites, sachez que vous devrez obligatoirement signer un compromis de vente avec le vendeur. Il s'agit d'un avant-contrat qui va précéder la signature du contrat définitif.

Ensuite, vous pourrez demander un financement auprès d'un établissement de crédit. L'obtention dudit crédit immobilier conditionnera d'ailleurs la signature de la vente définitive, par devant notaire. Sachez qu'entre le compromis de vente et la signature chez le notaire, il s'écoulera un délai de l'ordre de 2 à 3 mois. Pas d'inquiétude toutefois, si le prêt immobilier vous est refusé, votre obligation d'acquérir le terrain n'aura plus lieu d'être.




Dans quoi investir
en 2018 ?





Rechercher un article

Mission Stéphane Bern : sauvons le patrimoine en péril


Travaux de rénovation : comment éviter pièges et arnaques ?


Dons aux associations : soutenir une cause permet toujours de réduire ses impôts


ISF-PME et hôtellerie : plaintes d'épargnants contre le groupe Les Hôtels de Paris


Rapport CAP 22 : la défiscalisation immobilière dans le viseur


Rachat de crédit : le décompte de remboursement anticipé est-il payant ?