ideal investisseur
Le magazine qui donne du sens à votre argent
twitter @idealinves instagram Facebook @idealinves
SOUTENIR LE MAGAZINE
(don défiscalisé)
ideal-investisseur.fr
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    Épargne & placements




Cet article est sponsorisé.

PER : avantages et points à examiner avant de choisir son contrat d'épargne-retraite

Versements déductibles des impôts, sortie souple... le PER attire ceux qui cherchent un futur complément de retraite. Mais certains points sont à comparer avant de souscrire.

Temps de lecture : 3 minute(s) - Par | Mis à jour le 10-10-2021 22:55 | Publié le 27-09-2021 10:42
Photo : Adobe Stock © Panumas  

Partager

Le PER apporte plus de souplesse que ces prédécesseurs

La préparation de la retraite est l'un des sujets majeurs des épargnants, souvent bien avant d'atteindre l'âge de quitter la vie professionnelle. Les incertitudes concernant les futurs régimes de retraite et le montant des pensions les poussent à envisager des solutions pour se constituer un revenu complémentaire. Si l'investissement locatif recueille toujours la préférence des Français, le plan d'épargne retraite (PER) tend à prendre une bonne place dans leur épargne.

Le dispositif a vu le jour à l'automne 2019, avec pour objectif de rationaliser l'ensemble des supports d'épargne retraite existants jusqu'alors (PERP, contrat Madelin...). Selon les données de la Fédération Française des Assureurs (FFA), 1,9 million de personnes avaient souscrit un PER à fin juin 2021, pour un montant global d'encours de 21 milliards d'euros. La moitié des versements ont été effectués en unités de compte (supports financiers plus risqués mais potentiellement plus rentables que les fonds en euros).

Le succès du PER réside surtout dans la souplesse acquise par rapport à ses prédécesseurs. C'est d'ailleurs là sa grande innovation. Si le capital est destiné à être bloqué jusqu'à la retraite, le PER permet de récupérer son épargne en cas d'accident de la vie (invalidité, liquidation judiciaire, décès du conjoint...), mais aussi pour acheter sa résidence principale.

Autre évolution : la sortie. Là où les anciens dispositifs imposaient une sortie en rente, le PER permet au choix de récupérer l'intégralité du capital au moment de la retraite, de percevoir une rente viagère, ou d'aménager sa sortie entre ces 2 options.

>> A LIRE : « Pourquoi le PER va devenir le placement préféré des Français »





Un fonctionnement proche de l'assurance-vie

Pendant la période d'épargne, le PER fonctionne sur le même système qu'une l'assurance-vie (comme expliquéici). Chacun peut investir sur les fonds en euros et les unités de compte disponibles dans son contrat en fonction de son profil d'investisseur.

La spécificité de ce placement est qu'il fonctionne sur le mode d'une « gestion par horizon ». Plus l'épargnant se rapproche de l'âge de la retraite, plus capital est sécurisé. Autrement dit, plus la part des unités de compte diminue au profit des fonds sécurisés.

La performance potentielle est également digne d'intérêt. Selon Perlib.fr, spécialiste du PER et de l'assurance-vie, le rendement annuel moyen de l'épargne retraite depuis 2016 (PERP et Madelin) atteint par exemple 2,4% nets de frais de gestion pour le profil prudent, 3% pour le profil équilibré et 3,57% pour le profil dynamique pour le contrat Swiss Life. Notons toutefois que le niveau des performances passées ne signifie pas que celles des années à venir seront équivalentes.

Un bémol doit être noté pour les frais liés aux PER. D'après un rapport du Comité Consultatif du Secteur Financier CCSF daté de juillet 2021, ceux-ci peuvent rapidement s'envoler jusqu'à 3% lors du choix de certaines unités de compte comme les actions. Ce facteur peut venir plomber la rentabilité du contrat. Opter pour une gestion libre peut dans ce cas être un choix judicieux.

>> A LIRE : Plan d'Épargne Retraite (PER) : le guide pour comprendre et investir


Attention à bien prendre en compte la fiscalité en 2 temps

Les nouvelles souplesses du PER ne doivent pas faire perdre de vue qu'il s'agit avant tout d'un outil d'épargne-retraite, qui impose que l'argent versé est bloqué jusqu'au retrait de la vie active. Pour compenser ce manque de liquidité, les montants versés sur un plan sont déductibles du revenu imposable jusqu'à un plafond plutôt élevé : jusqu'à 32 909 euros par an, et même 76 101 euros pour les travailleurs non-salariés (artisans, commerçants, gérants de SARL...).

La fiscalité du PER s'opère néanmoins en 2 temps. Si les versements sont déductibles, la sortie est fiscalisée. Pour les sommes récupérées sous forme de capital, la part qui correspond aux versements relève du barème progressif de l'impôt sur le revenu, et les intérêts générés sont taxés au prélèvement forfaitaire unique de 30 % (donc 17,2 % de prélèvements sociaux). En cas de sortie en rente viagère, les revenus sont imposables dans la catégorie des pensions de retraite et bénéficient à ce titre d'un abattement de 10 %.

Comme pour l'assurance-vie, le capital accumulé sur le plan d'épargne retraite peut être transmis en cas de décès. L'épargnant peut désigner un ou plusieurs bénéficiaires. Il existe alors une franchise de droits de succession allant jusqu'à 152.500 euros par personne pour les versements effectués avant l'âge de 70 ans. Pour ceux effectués après cet âge, le barème classique s'applique après abattement de 30.500 euros.

>> A LIRE : Épargne-retraite : le PER est devenu le produit préféré des Français





Ce contenu est proposé par notre partenaire Getfluence.
La rédaction n'a pas participé à sa réalisation.





   


Envie d'ajouter un commentaire ? De poser une question ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !