ideal investisseur
Le magazine qui donne du sens à votre argent
ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    Economie durable

6 questions que vous vous posez sur le label RSE

Une entreprise responsable a le devoir de rester respectueuse de l'environnement et de la société. C'est en partant de ce constat qu'est née la RSE ou Responsabilité Sociétale des Entreprises. Celle-ci regroupe les entreprises qui souhaitent mettre en place diverses actions pour créer des changements tangibles dans la société. Ces entreprises volontaires ont donc comme préoccupations éthiques de prioriser les enjeux sociaux et environnementaux, dans l'optique d'encourager le développement durable. Pour en savoir davantage sur le label RSE, retrouvez toutes les informations dans ce guide.

Temps de lecture : 5 minute(s) - Par | Publié le 06-08-2021 11:41, Mis à jour le 06-08-2021 11:49
Photo :  

Partager

Qu'est-ce qu'un label RSE ?

Le label Responsabilité Sociétale des Entreprises ou RSE est une forme de certification. Il est décerné aux entreprises qui mettent en place une stratégie visant la mise en avant du développement durable. Le concept a fait son apparition en 1960 dans le but d'inciter les entreprises à agir en priorisant les enjeux environnementaux et sociaux.

En France, le label apparu en 2009. L'un des premiers est le Lucie 26000, mais il en existe bien d'autres, à l'instar du label Bcorp. Le label Lucie est réglementé par la norme internationale ISO 26000, il s'adresse surtout aux petites et moyennes entreprises (PME). Très peu de groupes de grande envergure détiennent le label Lucie, les 130 organisations qui le possèdent sont presque toutes des PME.

Pour ceux qui souhaitent obtenir ce label, il est possible de faire évaluer sa société aux fins d'une certification. Il est vrai qu'obtenir le label RSE est très avantageux pour une entreprise, notamment pour remplir son objectif d'accroître son capital immatériel et son engagement éthique.

>> A LIRE : 3 premiers fonds immobiliers obtiennent le label ISR



Les réglementations de la norme internationale ISO 26000

L'ISO 26000 est une norme à l'échelle internationale qui a pour objectif de fournir une ligne de conduite responsable aux différentes organisations. Elle a pour but d'encadrer les entreprises sur la responsabilité sociétale. La norme ISO 2600 a été publiée en 2010 avec le consentement de plus de 500 experts. Elle a pour but d'accompagner les entreprises qui souhaitent être classées responsables et surtout de clarifier diverses informations.

Même si la majorité des entreprises certifiées ISO 26000 sont des PME, cette norme s'adresse à toutes structures, grandes comme petites entreprises. Elle concerne également toutes les organisations, quels que soient leur domaine d'action et leur taille.

Cette norme repose sur 7 aspects bien distincts : les Droits de l'Homme, la gouvernance de l'organisation, l'environnement, les relations et les conditions de travail, les bonnes pratiques des affaires, l'engagement sociétal et les différentes questions en relation avec les consommateurs.

>> A LIRE : Label ISR, Greenfin, Finansol, Relance... Comment s'y retrouver pour « investir responsable » ?


Quel est l'intérêt pour une entreprise de détenir un label RSE ?

De plus en plus de structures sont soucieuses de leur impact environnemental sur la société, d'où l'intérêt pour elles d'entamer une démarche RSE. Il s'agit en effet d'un enjeu majeur qui leur permet d'avoir une vision sur le long terme de leurs activités.

Il s'agit alors de mettre en place un système de management qualitatif, dans le but d'améliorer la performance globale de l'entreprise. Une entreprise labellisée RSE se démarque de la concurrence, car elle bénéficie d'une image optimisée par la certification, un reflet à effet positif et valorisant.

>> A LIRE : MaPrimRénov : l'aide va être ouverte aux propriétaires bailleurs


Comment procéder pour mettre en place un label RSE dans son entreprise ?

Pour pouvoir assumer ses diverses responsabilités, il est important d'entreprendre la procédure RSE. La mise en place de certaines démarches est indispensable pour obtenir ce label.

La première étape consiste à réaliser une auto-évaluation. Pour cela, il est nécessaire d'effectuer un état des lieux de la structure. L'entreprise est dans l'obligation de définir les différentes actions relatives au développement durable à mettre en place. Avec le label Lucie par exemple, la norme ISO 26000 exige 7 engagements. Parmi les plus importants figurent la préservation de l'environnement et la mise en valeur du capital humain.

Une fois cette étape réalisée, il est nécessaire d'établir un plan d'action et une stratégie RSE. Vient ensuite la création des indicateurs RSE propres à l'entreprise, notamment le côté social, économique et environnemental.

Il faut par la suite communiquer les diverses démarches RSE à toutes les parties prenantes. Parmi elles figurent les membres de l'AFNOR Certification qui évaluent les démarches par voie d'audit externe. Ils sont appelés à observer si les actions planifiées sont bien respectées. Pour ce faire, ils doivent visiter le site et programmer des entretiens, afin d'établir un rapport d'évaluation. Ces vérifications par les auditeurs ont pour but d'analyser la légitimité et le niveau de maturité de l'entreprise. L'objectif est de s'assurer que la structure adopte un comportement transparent et éthique.

Les experts en RSE vont par la suite effectuer une visite sur le lieu pour examiner le rapport d'évaluation établi par les parties prenantes. Cette action est surtout réalisée pour évaluer les progrès déjà effectués qui leur permettront d'apporter un jugement sur la précision, la pertinence, le niveau, ainsi que le délai fixé pour l'entreprise qui souhaite être labellisée.

Une fois le label RSE octroyé, un suivi périodique sera mis en place. Il se fera tous les 18 mois. Le suivi a pour objectif de contrôler le respect des engagements de l'entreprise, mais aussi de constater les impacts positifs du label. Le renouvellement du processus de labellisation doit être fait tous les 3 ans.


Quels types de labels RSE choisir ?

Un label RSE est considéré comme excellent s'il dispose d'un cahier des charges précis et bien défini. De ce fait, il est important de rendre explicites les critères à prendre en compte, ainsi que les étapes à suivre pour sa démarche afin de les mettre en avant.

Il existe 3 types de labellisations bien distincts : le sectoriel, le généraliste et le thématique.

Les labels généralistes sont basés sur la norme de l'ISO 26000. Le label Lucie 26000 est par exemple catégorisé comme tel. Cette norme est la plus crédible au niveau international. En effet, elle est reconnue pour ses 7 principes de référence.

Les labels thématiques se distinguent des autres par leur concentration sur un seul et unique thème. Il peut par exemple s'agir de la diversité.

Quant aux labels sectoriels, ils s'adressent surtout aux entreprises d'un secteur spécifique comme la médecine ou la finance.

Le choix du label est donc à effectuer en fonction du secteur d'activité de l'entreprise. Il est également possible de choisir un label selon les critères d'engagement. Une TPE ou une PME peut orienter son choix vers un label Emplitude, basé sur 3 principales actions. Il consiste à renforcer l'accès à l'emploi par voie de recrutement. L'un des engagements principaux est la façon d'accueillir et d'étudier l'évolution des collaborateurs, mais également de garantir la pérennité de l'entreprise. Ce label consiste donc à valoriser les diverses actions en ressources humaines, en engagement sociétal et en emploi.

Quels sont les différents impacts de la labellisation sur la société ?

Le label RSE offre de nombreux avantages à une entreprise, notamment la réduction de ses impacts sur l'environnement. Plusieurs entreprises s'engagent à éviter, ou du moins à limiter, l'utilisation de produits toxiques. Certaines entreprises s'engagent à limiter leur consommation d'énergie et d'eau. D'autres se positionnent enfin sur la non-déforestation, ce qui est très bénéfique pour la planète.

Le label RSE propose également à la société plusieurs impacts positifs sociaux, comme le perfectionnement des conditions de travail des salariés et l'amélioration du bien-être de ces derniers. Il favorise le dialogue entre l'employeur et les salariés, contribue au respect des droits de l'homme, mais favorise surtout l'emploi local.

Le label RSE garantit également le chiffre d'affaires et la performance de l'entreprise. En effet, à l'aide de ce label, il est possible pour une entreprise de pérenniser son activité sur le moyen et long terme. Il permet d'entretenir une relation équilibrée et saine entre le fournisseur et le client, de mettre en place des stratégies commerciales éthiques, d'investir sur le capital immatériel et d'instaurer un système de recyclage.



Cet article vous a été utile ?

      
  Dîtes-nous en plus dans les commentaires !



Partager


Envie d'ajouter un commentaire ? De poser une question ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !