ideal investisseur
Magazine économie et finances personnelles accessible à tous
ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    Economie durable

Label ISR, Greenfin, Finansol, Relance... Comment s'y retrouver pour « investir responsable » ?

Pour les particuliers qui cherchent à donner du sens à leurs placements, difficile de se retrouver dans la jungle des labels : Finansol, Geenfin, Relance ou label ISR... ideal-investisseur.fr fait le bilan pour sélectionner les supports qui correspondent à vos valeurs.

Temps de lecture : 5 minute(s) - Par | Publié le 27-11-2020 17:46, Mis à jour le 27-12-2020 22:51
Photo : (c) Adobe Stock  

Partager

Se perdre dans la jungle des placements et des labels...

Pour certains épargnants et investisseurs, la grave crise économique que nous traversons est l'occasion de réinventer la société, en créant une dynamique favorable au développement d'une finance éthique favorisant les entreprises responsables.

Si beaucoup d'épargnants veulent mobiliser une partie de leur capital pour s'engager dans une telle démarche, il reste difficile de trouver des placements qui correspondent à la fois aux objectifs et aux valeurs que l'on veut défendre. Les 4 labels Greenfin, Finansol, Relance et ISR sont autant de marqueurs qui peuvent aider. Encore faut-il savoir à quoi ils correspondent, quels sont leurs critères d'attribution et quelles éventuelles garanties ils apportent.

>> A LIRE : Habitat participatif, co-construction : ces nouveaux modes d'achat immobilier


A quoi correspondent les labels de l'investissement responsable?



Le label Finansol : pour financer l'économie sociale et solidaire

Thème : économie sociale et solidaire
Organisme : Association Finansol
Placements : comptes courants, livrets d'épargne, fonds d'investissement divers
Supports disponibles : 143


Le label Finansol a été créé en 1997 par l'association éponyme « pour distinguer les produits d'épargne solidaire des autres produits d'épargne auprès du grand public ». Il assure aux particuliers que leur épargne va contribuer au financement d'activités ayant un impact social fort dans le domaine de l'emploi, du logement social, de l'insertion, du commerce équitable, de l'agriculture biologique ou des énergies renouvelables.

Pour être labellisés, les supports d'épargne et produits de placement doivent financer des entreprises solidaires ayant pour activité l'un des domaines éligibles, ou verser au moins 25% des intérêts générés à des associations œuvrant dans l'une de ces thématiques. Les candidats au label sont audités par un comité d'experts, qui décide ou non de leur attribuer le label.

A fin novembre 2020, près de 150 supports bénéficient du label Finansol. Contrairement aux autres, les produits représentés sont très divers. On trouve des placements sans risques (comptes courants, livrets d'épargne...), des supports plus dynamiques investis en bourse (actions, SICAV, FCP...) et des fonds d'investissement non cotés.

La liste complète est disponible sur le site finasol.org.

>> A LIRE : Le label ISR immobilier va estampiller les SCPI et fonds « responsables »


Le label Greenfin : pour financer la transition écologique

Thème : Transition énergétique et écologique
Organisme : Novethic, filiale de la Caisse des Dépôts
Placements : Fonds d'investissement cotés ou non, ETF, SCPI et OPCI.
Supports disponibles : 25


Lancé en 2015 en tant que « label TEEC » (Transition Énergétique et Écologique pour le Climat), le label Greenfin est une création du ministère de la Transition écologique et solidaire. Son objectif est d'identifier les placements dits « verts », c'est-à-dire qui financent la transition énergétique et écologique.

Pour être éligibles, les placements doivent majoritairement investir dans l'un des 8 secteurs prioritaires pour la transition écologique, à savoir l'énergie, le bâtiment, la gestion des déchets et le contrôle de la pollution, l'industrie, les transports propres, les technologies de l'information et de la communication, l'agriculture et les forêts ou l'adaptation aux changements climatiques. Les candidats sont audités par Novethic, média spécialisé dans l'économie responsable et filiale du groupe Caisse des dépôts, qui s'assure également que les fonds excluent les énergies fossiles et nucléaires de leurs investissements.

A ce jour, 25 fonds ont été labellisés. Il s'agit uniquement de placements risqués : fonds cotés en bourse, fonds alternatifs, fonds obligataires, ETF, green bonds et SCPI.

La liste des supports labellisés Greenfin est disponible sur le site de Novethic.

>> A LIRE : Les émissions de « dettes vertes » explosent à travers le monde


Le label Relance : pour financer la relance des entreprises françaises après la crise sanitaire

Thème : Relance des entreprises françaises
Organisme : État français
Placements : OPCVM (SICAV, FCP), fonds de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP, FPCI), fonds d'épargne salariale...
Supports disponibles : 51


Lancé en octobre 2020 par le ministère de l'Économie, l'objectif du label Relance est de « mobiliser l'épargne pour la relance » économique. Il identifie les fonds d'investissement qui financent les PME françaises afin qu'elles puissent faire face aux conséquences de la crise sanitaire.

Le label Relance peut être attribué aux supports de placement dont l'État estime qu'ils sont engagés pour financer rapidement les petites et moyennes entreprises. Pour l'obtenir, les fonds doivent également avoir mis en place une démarche de sélection incluant des critères environnementaux sociaux et de bonne gouvernance (critères ESG). Ils s'engagent à respecter une charte, dans le détail est disponible ici.

Fin novembre 2020, 51 fonds ont été labellisés « Relance ». Les épargnants peuvent y souscrire au travers des assurances-vie, des plans d'épargne en actions, des plans d'épargne retraite ou de l'épargne salariale.

>> A LIRE : Placements solidaires : comment se repérer ?


Le label ISR : une méthode sélection des actifs selon des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance

Thème : respect d'une méthode de sélection des investissements
Organisme : certificateurs indépendants (Afnor Certification et EY France)
Placements : Fonds d'investissement cotés ou non, ETF.
Supports disponibles : 527


Créé en 2016 sous l'impulsion de l'État, le label ISR, ou Investissement Socialement Responsable, est probablement le plus connu. Il permet aux épargnants et investisseurs de repérer les fonds qui sont entrés dans une démarche stricte de sélection de leurs actifs, en appliquant une méthode contraignante d'évaluation au regard de critères extra-financiers (environnementaux, sociaux et de gouvernance, dits « critères ESG »).

Le label ISR concerne les placements qui visent « à concilier performance économique et impact social et environnemental en finançant les entreprises qui contribuent au développement durable dans tous les secteurs d'activité ». Le champ d'éligibilité est donc assez large.

Si le processus de labellisation et mené par des experts indépendants, la faiblesse est que seule la prise en compte de critères selon la méthode « ESG » est évaluée. Ainsi, le label ne permet pas aux épargnants de savoir si la politique d'investissement du fonds est conforme à leurs valeurs, et ceux-ci doivent approfondir leur analyse pour déterminer si le placement leur correspond.

Par exemple, certains fonds ont pu obtenir le label ISR alors que leur objectif est de reproduire les performances d'un indice sur le marché, sans pour autant favoriser certaines activités. D'autres au contraire se contraignent à exclure les secteurs d'activité qui ne correspondent pas à leur valeur (tabac, jeux, pétrole...), ou à investir uniquement dans des secteurs dits « éthiques ». D'autres encore investissent dans des entreprises dont une partie de l'activité est controversée, avec pour objectif déclaré de faire pression en tant qu'actionnaire pour la transformer positivement.

Grâce à cette politique de labellisation assez large, 527 fonds bénéficient du label ISR à ce jour. Les supports sont assez variés : placements boursiers (SICAV, FCP, fonds obligataires...), fonds d'investissement non cotés (FIP, FCPR...), fonds immobiliers, unités de compte éligibles à l'assurance-vie et au PER...

La liste intégrale, régulièrement mise à jour, est disponible sur le site lelabelisr.fr.

Les labels ne sont pas synonymes de sécurité du capital ou de qualité

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que les labels garantissent uniquement que le fonctionnement des produits concernés est conforme à une certaine méthode. Le label Finansol atteste que les produits financent l'économie sociale et solidaire, le label Greenfin garantit qu'ils investissent dans la transition écologique, le label Relance constate qu'ils soutiennent les PME françaises. Le label ISR confirme qu'ils prennent en considération des critères « ESG ».

Les labels ne sont donc en aucun cas un gage de sécurité du capital ou de rentabilité. Comme pour tous les autres placements, le risque de perte du capital va en premier lieu dépendre du type de produit, qu'il soit labellisé ou pas. La qualité et la rentabilité dépendront ensuite du travail effectué par le gérant.
Le particulier qui choisit d'investir de façon durable est donc encouragé à vérifier toutes les caractéristiques des fonds.

Cet article vous a été utile ?

      
  Dîtes-nous en plus dans les commentaires !



Partager


A propos de l'auteur
Caroline Courvoisier est titulaire d’un master de Gestion de patrimoine et a suivi des formations économiques et financières spécialisées dispensées par l’université de New York (Real Estate Finance) et l’INSEAD (spécialisation « blockchain revolution in financial services »). Elle a travaillé 10 ans dans l’univers du financement et de la gestion de projets immobiliers avant de se consacrer au journalisme économique.
Linkedin Caroline Courvoisier



Envie d'ajouter un commentaire ? De poser une question ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !





S'abonner à la newsletter


Mieux comprendre l’article
Les mots marqués d'un * ou soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

Critères ESG :
Les critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) permettent d'analyser le risque d'un investissement, à côté des risques purement financiers. Il s'agit d'examiner les risques de l'activité d'une entreprise au regard de son impact sur le climat, sur les aspects sociaux (dans l'ensemble de la société ou sur ses salariés), ainsi que les risques liés à la manière dont elle est gérée et contrôlée.

FCP, Fonds Commun de Placement :
Le terme FCP désigne un Fonds Commun de Placement. C'est un véhicule financier créé par une société de gestion d'actifs, destiné à investir dans des titres ou d'autres fonds. Les investisseurs en achètent des parts. Comme les SICAV, les FCP font partie de la famille des OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières).

Green Bonds :
Les green bonds sont des obligations "vertes". Ces titres financiers matérialisent l'emprunt d'une société ou d'un État auprès d'investisseurs, les fonds servant à financer un projet à vocation écologique.

ISR :
L'Investissement Socialement Responsable est un mode d'investissement, qui prend en compte des critères purement financiers ainsi que des critères extra-financiers. Les qualités de l'entreprise étudiée sont examinées sous l'angle de critères environnementaux (impact sur le climat notamment, pollution liée...), sociaux (impact dans la société ou sur les salariés) et de gouvernance (méthode de gestion). Ces critères sont souvent désignés par le sigle "ESG". Ces données extra-financières sont désormais reconnues comme exprimant un risque pour les entreprises, qui peut impacter leur rentabilité financière.
Certains produits d'investissement qui sélectionnent des entreprises par le prisme de ces critères peuvent demander à obtenir le label ISR. Ce label est destiné à ce que le produit financier soit identifiable par le public, et son obtention n'est pas obligatoire.


Non-coté :
Le « non-coté » représente les investissements dans les entreprises qui ne sont pas cotées en bourse. Il s'agit majoritairement de PME de l'économie réelle, dont la croissance n'est pas liée avec l'évolution des marchés financiers.

Obligation / Emprunt obligataire :
Une obligation est un terme qui désigne un titre financier. L'obligation matérialise la dette d'une entreprise, d'un État ou d'une collectivité locale envers celui qui la détient. Elle donne droit au paiement d'intérêts à son détenteur, et doit être remboursée à une échéance définie au départ. Le propriétaire d'une obligation peut la revendre à un tiers. C'est alors à lui que les intérêts seront payés et le capital remboursé.

Unités de compte (UC) :
En assurance-vie, les unités de compte, ou UC, sont des supports d'investissement. Elles peuvent héberger un ou plusieurs actifs financiers : panier d'actions, SICAV, SCPI... Il est possible de souscrire à plusieurs unités de compte au sein d'un même contrat.