Disponible sur Google Play
Download on the App Store 
ideal investisseur
ideal investisseur
Annonce




🏠 Accueil   ➤    Économie & Politique


L'économie mondiale pourrait s'affaiblir en 2024, selon un rapport du World Economic Forum



Selon l'institution, une majorité des économistes s'attend à une fragmentation géoéconomique accélérée et une divergence croissante entre les économies à revenus élevés et faibles. L'arrivée de l'IA génère un optimisme accru quant à la productivité et l'innovation.

Temps de lecture : 2 minute(s) - Par | Publié le 15-01-2024 09:54 
L'économie mondiale pourrait s'affaiblir en 2024, selon un rapport du World Economic Forum

Des disparités croissantes entre les régions du monde

Dans un contexte marqué par l'incertitude, plus de la moitié des principaux économistes d'envergure internationale anticipent un affaiblissement de l'économie globale en 2024. Ce sombre tableau est dressé par la dernière édition des "Perspectives des économistes en chef" du World Economic Forum (WEF) publié le 15 janvier.

Le rapport évoque ainsi divers défis à venir : des conditions financières resserrées, un accroissement des tensions géopolitiques et l'évolution rapide de l'intelligence artificielle générative. La courbe de croissance s’annonce en conséquence relativement disparate en fonction des pays, selon les conclusions de l'institution.

Tandis que l'Asie du Sud et l'Asie-Pacifique affichent un optimisme mesuré avec des prévisions de croissance modérée, l'Europe montre des signes d'inquiétude, avec une proportion d’économistes s’attendant à une croissance faible ou très faible. Les perspectives sont aussi revues à la baisse pour le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et les États-Unis, avec des projections de croissance modérée, voire en baisse. A l'inverse, l'Amérique latine, les Caraïbes, l'Afrique subsaharienne et l'Asie Centrale présentent des perspectives d'amélioration, bien que le consensus converge vers une croissance généralement modérée.
Annonce
Assurance Vie

La mondialisation en recul en 2024 ?

La fragmentation géoéconomique se dessine comme une réalité de plus en plus palpable : 70% des économistes prévoient une accélération de ce phénomène en 2024. Ils s'accordent majoritairement sur l'idée que la géopolitique alimentera la volatilité de l'économie mondiale (87%) et des marchés boursiers (80%), poussera à la localisation (86%), renforcera les blocs géoéconomiques (80%) et accentuera le fossé Nord-Sud (57%).

De plus, alors que l'utilisation accrue de politiques industrielles semble générer des points de croissance économique et l'émergence de nouvelles industries clés, la majorité des experts s'inquiète de la pression fiscale grandissante (79%) et de la divergence croissante entre les économies à revenus élevés et faibles (66%).


Les gains de productivité liés à l'adoption de l'IA restent difficilement anticipables


L'intelligence artificielle générative (IA) focalise l'attention, les économistes anticipant des avantages plus remarquables dans les économies à haut revenu. Ils estiment qu'elle augmentera l'efficacité de la production (79%) et stimulera l'innovation (74%). À l'horizon des cinq prochaines années, la quasi-totalité d'entre eux s'attend aussi à ce que les bénéfices de productivité prennent une dimension économique significative dans les économies à haut revenu, tandis que seul 1 sur 2 l'anticipe pour les économies à faible revenu.

De fait, un impact positif net sur l'emploi est peu envisagé dans les économies à faible revenu (73%). Les opinions sont également divisées quant à l'augmentation du niveau de vie et la baisse de confiance engendrées, ces deux tendances étant légèrement plus probables dans les marchés à revenu élevé.


Les conclusions de cette étude font écho aux préoccupations qui ont été au cœur des discussions lors de la Rencontre Annuelle 2024 du WEF, tenue du 15 au 19 janvier à Davos-Klosters en Suisse, sous le thème "Reconstruire la confiance". Ce rendez-vous a rassemblé les leaders mondiaux pour façonner les agendas mondiaux, régionaux et industriels, avec l'objectif affiché de favoriser une coopération internationale accrue.

La rédaction vous suggère :

-> Prévisions économiques 2024 : pas de baisse des taux à court terme

-> Attaques en mer rouge : un impact limité sur l'inflation, selon Asterès

-> ETF Bitcoin : le feu vert de la SEC va-t-il bouleverser le marché des cryptos ?


Annonce Coinhouse

Votre avis, vos débats, vos questions

* Information obligatoire
10000

Commentaires (4)

Bah alors, on devient pessimiste maintenant ? C'est marrant, parce que je suis certain que les Einstein de l'économie qui prédisent la fin de la mondialisation ne s'attendaient pas à l'arrivée de la Covid qui, au final, a au moins eu l'avantage de prouver que le monde est plus interconnecté que jamais. Et en ce qui concerne l'IA, on verra bien. Mais si on suit la logique de ces dernières années, je mise une pièce que ce sera un tremplin pour la productivité. Un petit conseil : Ne pas prendre tout ce que vous lisez au pied de la lettre.

D'accord alors si j'ai bien compris, on peut s'attendre à une grosse migraine économique en 2024. Et l'IA est sensée nous sauver la mise ? C'est quand même dingue de pas être capable d'anticiper les avantages de cette techno, elle est pas nouvelle ! On nage en plein délire ou c'est moi qui comprends rien ?

Plutôt intrigant, ce rapport du World Economic Forum. Notamment le fait que l'économie pourrait ralentir en 2024. Je suis d'avis que ces prévisions sont assez imprévisibles à cause de tous les facteurs pouvant perturber l'économie mondiale. Et puis, cette soi-disant 'fragmentation géoéconomique accélérée', c'est quoi exactement ? Même pour l'IA, même si elle peut certainement aider à augmenter la productivité, il est vague de déterminer quand et comment cela se produira. Un article enrichissant, mais bourré d'incertitudes!

Je pige pas trop leur délire. C'est quoi ce pessimisme sur la mondialisation alors que l'IA est sensée doper notre productivité. Faudrait savoir.