Disponible sur Google Play
Download on the App Store 
ideal investisseur
ideal investisseur
Annonce




🏠 Accueil   ➤    Économie & Politique


IFI : un bilan en demi-teinte pour la Cour des comptes



Si l'intégration de l'IFI dans le système de l'impôt sur le revenu est jugée efficace, le recouvrement coûte encore trop cher et la lutte contre la fraude reste trop timide, selon l'institution.

Temps de lecture : 1 minute(s) - Par | Publié le 25-01-2024 17:29  Photo : © Cour des comptes  
IFI : un bilan en demi-teinte pour la Cour des comptes

Un impôt qui coûte cher à l'Etat et qu'il faut rendre plus efficient

La Cour des comptes a récemment publié un rapport détaillé sur l'Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI), dispositif introduit par la loi de finances de 2018 en remplacement de l'ISF. Cette taxe, qui cible les biens immobiliers des particuliers dont la valeur nette dépasse 1,3 million d'euros fait l'objet de plusieurs critiques de la Cour des comptes.

En 2022, environ 164 000 foyers ont été assujettis à l'IFI, générant un total de 1,8 milliard d'euros de recettes fiscales. Bien que représentant une fraction modeste des 117 milliards d'euros de fiscalité pesant sur le patrimoine des ménages, l'IFI a connu une croissance continue de ses recettes depuis sa création, avec une augmentation moyenne de 14,2 % par an.

La complexité de l'assiette de l'IFI, qui inclut les biens immobiliers détenus directement ou indirectement, est source de défis tant pour les contribuables que pour l'administration fiscale. Des règles complexes ont été instaurées pour prévenir l'évasion fiscale, notamment dans les cas où les biens sont détenus via des sociétés ou des produits de placement immobilier. Ce qui soulève des questions de la part des magistrats sur l'accessibilité et la simplicité du système pour les contribuables, qui bénéficient cependant d'outils d'aide à l'évaluation de la valeur de leurs biens.
Annonce
Assurance Vie

Trop peu de lutte contre l'évation fiscale

L'intégration de l'IFI dans le système de l'impôt sur le revenu a été saluée pour son efficacité. Cependant, les coûts de gestion du recouvrement de l'impôt apparaissent disproportionnés par rapport à ceux de l'impôt sur le revenu, avec un taux d'intervention de 2,66 % contre 1,05 %. De plus, bien que les contrôles de l'IFI se soient intensifiés depuis 2020, ils demeurent insuffisants, laissant des enjeux de fraude et d'évasion fiscale inexplorés.

L'un des points notables soulevés par la rue Cambon est l'absence d'estimations officielles sur l'écart fiscal et la fraude liés à l'IFI, ce qui handicape la mise en place d'une stratégie adéquate pour y faire face. Par ailleurs, le rapport indique que, depuis 2018, le nombre de contribuables assujettis à l'IFI revenant en France dépasse celui de ceux partant à l'étranger, sans toutefois établir de lien direct avec l'introduction de l'IFI.

Pierre Moscovici, Premier président de la Cour des comptes, souligne l'importance de la bonne gestion de l'IFI pour le civisme fiscal. Il préconise un renforcement des actions de contrôle et une meilleure identification des risques de fraude, notamment par le recours à l'intelligence artificielle et à l'analyse de données.



Ces observations de la Cour des comptes sur l'IFI surviennent dans un contexte où les questions de fiscalité et d'équité fiscale sont de plus en plus débattues dans le public et ont une importance croissante dans le contexte politique global.


La rédaction vous suggère :

-> IA : Lefebvre Dalloz lance GenIA-L, une révolution pour le monde juridique

-> Argent : les Français veulent être conseillés mais sont méfiants envers les professionnels


Annonce Coinhouse

Votre avis, vos débats, vos questions

* Information obligatoire
10000

Commentaires (6)

C'est toujours pareil, ils font des lois et après ils se plaignent que ça coûte trop cher à appliquer ! Et la fraude alors, ils comptent s'en occuper quand ? Ah oui j'oubliais, trop compliqué sans doute...

Ces gens-là à la Cour des Comptes, ils jouent avec notre argent comme s'il pleuvait des billets. Un impôt qui coûte cher à l'Etat, c'est un euphémisme! Et que dire de la fraude fiscale... Ils ont encore besoin de combien de temps pour serrer la vis ? Irritant, vraiment !

Ça m'étonne pas une seconde tout ça ! Ils sont toujours efficaces pour intégrer de nouveaux impôts mais pour ce qui est de lutter contre l'évasion fiscale, y'a plus personne. Et le pire c'est qu'il faut en plus faire les poches des Français pour financer tout ça. Quelle tristesse !

Alors là, laissez-moi vous dire que ça ne m'étonne absolument pas ! Tout ce temps et cet argent dépensé pour un impôt qui coûte un bras à l'Etat, et le pire, c'est que la fraude continue de courir les rues ! Quelle efficacité, bravo... On devrait peut-être commencer à penser à rendre le système plus efficient au lieu de toujours trouver des moyens pour le rendre plus cher, vous ne croyez pas ?

Si je comprends bien, on dépense un pognon de dingue pour un truc qui n'est finalement pas assez efficace ? Plutôt que de râler sur le coût de l'IFI, ils feraient mieux de se concentrer sur la lutte contre l'évasion fiscale !