ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Le plan d'urgence atteint 110 milliards d'euros, plus de deux fois le montant initial

| Publié le 10-04-2020 10:25 | Mise à jour le 15-04-2020 20:13
🏠 Accueil   ➤    Economie
Le plan d'urgence atteint 110 milliards d'euros, plus de deux fois le montant initial
Crédit(s) photo(s) : (c) Shutterstock - image d'archive  

(Reuters) - Le gouvernement a plus que doublé jeudi le montant de son plan de soutien à l'économie afin de limiter les conséquences de la plus importante récession dans l'Hexagone depuis 1945, au prix d'une explosion du niveau de la dette et des déficits publics.

Dans un entretien au quotidien Les Echos, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a annoncé que ce plan de soutien serait porté à 110 milliards d'euros, soit plus de 4% du produit intérieur brut (PIB), contre 45 milliards initialement prévus, en additionnant la totalité des mesures budgétaires et de trésorerie en faveur des entreprises.

"Ces chiffres pourront encore évoluer car la situation économique et le besoin de soutien des entreprises changent rapidement. Nous mettons tout en œuvre pour sauver nos entreprises", a souligné Bruno Le Maire.

Le gouvernement va examiner mercredi en conseil des ministres un projet de loi de finances rectificative qui repose sur une hypothèse de contraction de 6% du PIB cette année, la plus violente depuis la Seconde Guerre mondiale, en raison de l'épidémie de coronavirus.

Alors que des pans entiers de l'économie sont à l'arrêt et que les dépenses publiques s'envolent, le déficit public devrait atteindre 7,6% du PIB cette année, précise dans la même interview le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Il représenterait ainsi près du double du déficit de 3,9% prévu en mars dernier et dépasserait le record de 7,2% atteint par la France en 2009, pendant la crise financière mondiale.

"Pour le seul périmètre de l'Etat, nous serons à plus de 170 milliards d'euros de déficit budgétaire alors que nous avions prévu 93 milliards en loi de finances initiale", ajoute Gérald Darmanin, qui table désormais sur une baisse de 37 milliards d'euros des recettes fiscales.

Les dépenses exceptionnelles consacrées au système de santé et à son personnel passeront pour leur part de deux à sept milliards.

A lire : Récession : quels effets sur l'économie et notre quotidien ?




La dette publique à 112% du PIB cette année

Le gouvernement table désormais sur une dette publique de 115% du PIB à la fin de l'année, soit 14 points de plus que ce qui était prévu initialement. Quant à l'inflation, elle tomberait à 0,5% cette année en raison de la chute des prix du pétrole.

Concernant le soutien aux entreprises, Bruno Le Maire souligne que certains secteurs comme le tourisme, l'aéronautique, ou l'automobile "demanderont des plans spécifiques à la sortie de la crise".

"L'Etat apportera très rapidement son soutien à Air France, sous la forme la plus adaptée", ajoute-t-il, estimant que les pertes de la compagnie "se chiffrent à plusieurs milliards d'euros par mois".

Les entreprises françaises - notamment les PME - sont très nombreuses à bénéficier des mesures gouvernementales portant sur des reports et des remises d'impôts et de charges sociales, un dispositif qui représente une grande partie des dépenses publiques engagées depuis le confinement mis en place le 17 mars dernier.

Elles ont également largement souscrit au dispositif sur le financement par l'Etat du chômage partiel, qui concerne actuellement près de sept millions de salariés pour un coût de plus de 20 milliards d'euros, plus du double de l'estimation de 8,5 milliards avancée par le gouvernement à la mi-mars.

A lire : Du krach boursier à la crise économique : quel mécanisme ?



NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !

Le choix de l'endettement est provisoire pour atténuer l'impact économique de l'épidémie de coronavirus et "il faudra faire des efforts" pour réduire la dette de la France une fois cette crise sanitaire passée, a déclaré vendredi Bruno Le Maire.

"Entre des milliers de faillites et la dette, nous avons choisi la dette", a expliqué sur Europe 1 le ministre de l'Economie. "Cet endettement doit être provisoire et nous devons le plus rapidement possible, dès que l'économie pourra redémarrer, réduire cette dette", a-t-il poursuivi. "A la sortie de cette crise il faudra faire des efforts, le redressement sera long et il passera par le désendettement du pays."

Soutenez notre indépendance !

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire ideal-investisseur.fr et nous vous remercions. Pour nous aider à vous offrir un contenu gratuit tout en conservant notre indépendance, vous soutien est précieux. Vous pouvez désormais nous soutenir en faisant un don défiscalisé. Cela ne prend qu’une minute !



Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site




Mieux comprendre l’article

Les mots soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

Inflation :
L'inflation peut se définir comme la hausse continue du niveau général des prix.

Une des conséquences de l'inflation est la perte de pouvoir d'achat de la monnaie. Lorsque les prix augmentent, la même quantité de monnaie ne suffit plus pour acheter les mêmes produits.

Par exemple, avec une inflation de 1,8% par an, un produit qui coûterait 100 € en 2019 pourrait coûter 101,8 € en 2020. Il faudrait donc augmenter la quantité de monnaie nécessaire pour acheter le produit.


PIB - Produit Intérieur Brut :
Le PIB, ou Produit Intérieur Brut, est un indicateur économique qui correspond à la richesse produite dans un pays en un an. Il correspond à la somme des productions de biens et de services par les agents économiques vivant dans le pays dont il est question.