ideal investisseur

Le magazine qui donne du sens à votre argent

twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves
ideal-investisseur.fr
Menu ideal-investisseur.fr

Récession : quels effets sur l'économie et notre quotidien ?



La crise du covid a beaucoup fait parler de « récession » : en 2020, le PIB de la France a chuté de 8,3%. Que se cache-t-il derrière ces mots et quelles sont les répercussions dans notre vie de tous les jours ?

Temps de lecture : 3 minute(s) - | Mis à jour le 22-03-2022 11:05 | Publié le 24-03-2020 15:37
Photo : © Adobe Stock  

Vous lisez cet article sur
logo ideal investisseur

La récession, symptôme de la crise économique

La récession est symptomatique d'une crise économique. Selon la définition de l'INSEE, un pays entre dans cette période critique lorsque le taux de croissance de son Produit Intérieur Brut (PIB) baisse durant au moins 2 trimestres consécutifs.

Derrière ces termes barbares, une réalité froide : la récession est l'inverse de la croissance économique. Le pays concerné produit moins de richesses que l'année précédente. La dynamique économique devient négative : moins de production entraîne une destruction d'emplois.

La récession est la conséquence directe de la contraction de l'activité économique. C'est une période durant laquelle les échanges commerciaux et financiers se raréfient. Elle se caractérise par une baisse significative et durable des flux et échanges commerciaux, par la réduction de la production industrielle et par une baisse de la consommation des ménages. L'économie tourne au ralenti.

Les principaux inconvénients de la récession sont donc :

• Une baisse de la production, parfois parce que la demande se raréfie et parfois parce que les conditions de production se sont beaucoup dégradées,
• Une augmentation du taux de chômage, puisque les entreprises embauchent moins voire licencient du fait d'un manque d'activité,
• Une perte de pouvoir d'achat pour les ménages (à considérer de façon globale et non individuellement)
• Une forte baisse des valeurs boursières et des investissements
• Des restrictions budgétaires de l'État qui peut être accompagné par une augmentation des déficits...

>> A LIRE : Du krach boursier à la crise économique : quel mécanisme ?

En 2020, la France a connu la pire récession depuis 1945 à cause de l'épidémie de Covid19. Le pays avait déjà connu une baisse de 0,1% de son PIB au dernier trimestre 2019, notamment lié aux grandes grèves des transports qui avaient paralysé une partie du pays.

Le PIB a de nouveau baissé de 5,7% au premier trimestre 2020 avec le premier confinement total de la population. Le deuxième trimestre a été marqué par un recul de 13,5%. La croissance a rebondi en 2021, marquant le fait la récession était bien liée à la paralysie de l'économie et non à des facteurs internes au système.



Comment arrive-t-on à une situation de récession économique ?

Jusqu'à ce jour, l'économie est mondialisée. La santé financière et commerciale de chaque pays dépend donc en grande partie des autres.

Illustrons cela par l'interdépendance de plusieurs secteurs économiques à l'échelle d'un pays. Les activités immobilières, bancaires, industrielles et tertiaires sont étroitement liées les unes aux autres. L'immobilier a besoin que les banques fassent crédit, que des entreprises construisent et que les ménages aient du pouvoir d'achat et donc un emploi.

Si les banques ne donnent plus de crédits ou si les particuliers deviennent insolvables faute d'emploi, on observe au mieux un ralentissement de la croissance et au pire une crise qui fait entrer dans une spirale (perte d'emploi, perte de pouvoir d'achat, réduction de la demande, réduction de l'activité des entreprises, destruction d'emplois etc...).

Il en va de même à l'échelle mondiale. Bien que les entreprises et les différents pays soient en concurrence les uns avec les autres sur certains thèmes, la complexité des échanges fait que pour conserver un certain équilibre, chaque économie doit se porter au mieux. Dans le cas contraire, la crise peut rapidement se propager à travers la planète. Plus un pays a un poids économique et un flux d'échanges internationaux important, plus le risque de contagion croit.

Cette situation s'illustre avec la crise financière des subprimes en 2008. L'éclatement de la bulle spéculative de l'immobilier aux États-Unis avait conduit à une crise économique et une récession mondiale. La crise du coronavirus a eu des origines différentes, puisqu'elle est partie du ralentissant de l'économie réelle des principales puissances mondiales. Elle a eu pour conséquence un fort ralentissement de l'économie mondiale, paralysée par les multiples confinements.

>> A LIRE : Comprendre la notion d'inflation


Quels sont les effets de la récession sur l'économie d'un pays ?

Une récession a de nombreux effets et impacts négatifs sur l'économie, mais aussi sur les habitants du ou des pays concernés.

Lorsqu'elle survient, tous les acteurs de l'économie sont concernés par la récession :

• Les entreprises,
• Les particuliers,
• Les marchés financiers,
• Le système bancaire et les crédits,
• Le marché immobilier,
• La consommation,
• Les États...

La peur du déséquilibre va conduire les ménages à ne consommer que le strict nécessaire. Les particuliers vont préférer différer leurs achats et épargner. Cela va entraîner une baisse de la demande auprès des entreprises, et une chute de la production de biens et de services.

Les entreprises déjà touchées par le ralentissement économique s'enfoncent alors un peu plus dans la crise. Certaines ne s'en relèvent pas. C'est une source d'augmentation du chômage, mais aussi d'une chute des marchés financiers par deux mécanismes principaux :

• La perte de confiance des investisseurs et la croissance de leurs incertitudes
• L'anticipation d'une perte du chiffre d'affaires des entreprises cotées, la crise entraînant une baisse, voire une perte des bénéfices.

Tout étant interconnecté, une spirale baissière dangereuse peut s'enclencher. Les États tentent alors d'inverser la vapeur en « faisant marcher la planche à billets », c'est-à-dire en facilitant l'accès au crédit en baissant les taux directeurs. L'objectif est alors de permettre aux acteurs économiques de se financer plus facilement, pour les inciter à investir et consommer.

>> A LIRE : Argent dans le sport : des chiffres fous



En quoi la récession est-elle différente de la déflation ?

La déflation est due à une baisse soudaine, générale et continue des prix qui, à terme, peut entraîner un ralentissement de consommation des ménages. Ceux-ci décident de reporter leurs achats dans l'attente d'une nouvelle baisse.

Récession et déflation sont deux notions économiques distinctes. Cependant, une déflation peut être à l'origine d'une récession.



>> A LIRE : Récession, déflation : quelle différence ?



Partagez sur les réseaux sociaux !


merci magazine ideal investisseur


Mieux comprendre l’article
Les mots marqués d'un * ou soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

FMI - Fonds Monétaire International :
Le Fonds monétaire international (FMI) est une institution internationale. Elle est en charge de la coopération internationale en matière de monnaie. Elle est garante de la stabilité financière et de la facilitation des échanges internationaux. Elle lutte également contre la pauvreté.

INSEE :
L’INSEE est une institution officielle chargée des statistiques et des études économiques en France. Ses études peuvent concerner de nombreux sujets, tels que la démographie, les indicateurs économiques (PIB, emploi et chômage, pauvreté...), les prix, la mesure de l’inflation...

PIB - Produit Intérieur Brut :
Le PIB, ou Produit Intérieur Brut, est un indicateur économique qui correspond à la richesse produite dans un pays en un an. Il correspond à la somme des productions de biens et de services par les agents économiques vivant dans le pays dont il est question.

Taux directeur :
Les taux directeurs sont des taux d'intérêt fixés par une banque centrale. Ils permettent de réguler l'activité économique en agissant sur 3 leviers : le taux de rémunération des dépôts des banques, leur taux de refinancement et le taux d'escompte.


Envie de donner votre avis, de partager un commentaire ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !