ideal investisseur
Magazine économie et finances personnelles accessible à tous
ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    Vie pratique & Famille

Banque : réduire les frais de tenue de compte, c'est possible

Les banques en ligne sont très compétitives sur les frais de tenue de compte. Y ouvrir son compte principal ou secondaire est souvent synonyme d'économies.

Temps de lecture : 3 minute(s) - Par | Publié le 06-07-2021 15:56, Mis à jour le 06-07-2021 17:30
Photo : Adobe Stock © Momius  

Partager

Des frais imposés dans la plupart des banques traditionnelles

Les frais de tenue de compte sont des frais prélevés par les banques en rémunération de la gestion des comptes courants. Ils sont encadrés par le décret du 27 mars 2014.

La plupart des banques traditionnelles facturent des frais de tenue de compte, pour un montant allant de 20 à 30 euros par an. Ceux-ci peuvent être prélevés en une seule fois ou répartis sur l'année, tous les mois ou tous les trimestres.

Chaque établissement a sa propre politique : les tarifs bancaires sont libres. Pour les comptes inactifs, la facture peut encore augmenter de quelques dizaines d'euros. Tout est indiqué dans le contrat au moment de la signature de la convention de compte courant. Les tarifs peuvent cependant évoluer chaque année.

Le montant des frais de tenue de compte est assez variable. Par exemple, pour les particuliers ils sont de 24 euros par an à la Société Générale et au CIC. Ils peuvent être réduits en cas d'adhésion à un "pack" de services. Au Crédit Lyonnais, ils sont gratuits si le particulier domicilie ses revenus. Au Crédit Agricole, ils le sont s'il opte pour les e-relevés. Mais d'autres frais peuvent s'appliquer dès que le client a besoin d'un autre service : carte bancaire, chèque de banque...

>> A LIRE : Faire un legs à une association : modalités, droits à payer



La tenue de compte est gratuite chez la plupart des banques en ligne

La facturation des frais de tenue de compte était peu courante avant le milieu des années 2010. Il y a une dizaine d'années, seul un tiers des banques traditionnelles les pratiquaient. Aujourd'hui, elles sont environ 80% à les imposer.

En parallèle, les banques en ligne se sont développées sur un modèle compétitif sans frais de tenue de compte. L'ouverture et la gestion d'un compte courant y sont le plus souvent gratuites, comme d'autres services (carte bancaire...). Ces établissements n'ayant pas d'agence, leurs charges de fonctionnement sont moins élevées. Ils font en partie bénéficier leurs clients de la baisse de ces coûts de structure.

Ouvrir un compte dans une néobanques est, dans de nombreux cas, une source d'économies. D'autant que les cartes bancaires y sont généralement gratuites et que les particuliers peuvent parfois bénéficier d'offres de bienvenue intéressantes.

Pour autant, ce n'est pas rogner sur la qualité des services. La plupart des banques en ligne sont issues des grands établissements bancaires français. Fortunéo appartient au groupe Crédit Mutuel Arkéa, Hello Bank à BNP Paribas, Boursorama Banque à la Société Générale... On trouve également des néobanques européennes avec une solide ancienneté comme ING ou N26 (attention, car si vous détenez un compte dans un établissements étrangers, il faudra le déclarer aux impôts).

Toutes ne proposent cependant pas la même gamme d'offres. Il est donc important de mesurer ses besoins avant d'ouvrir un compte et de comparer les banques en lignes.

>> A LIRE : Allocation de rentrée scolaire (ARS) 2021 : montant, date, démarches

Chaque année au mois de janvier, les banques sont dans l'obligation d'envoyer un relevé des frais payés par le client. Le document fait apparaître des sommes dont les particuliers n'ont parfois pas conscience, puisqu'elles sont prélevés directement sur leur compte. Parfois, la facture totale peut paraître salée. Outre les frais de tenue de compte, les éventuels agios, frais sur virements ou sur retraits apparaissent.
C'est l'article L314-7 du code monétaire et financier qui impose aux banques d'envoyer chaque année le relevé des frais liés à la gestion du compte courant des particuliers.


Est-il possible de contester les frais de tenue de compte ?

Oui, il est possible de contester les frais prélevés par la banque, même si la négociation peut ne pas aboutir. Les banques sont des établissements commerciaux qui sont susceptibles de faire des gestes pour conserver de bonnes relations avec leurs clients. Plus le particulier est en bonne position vis-à-vis de son établissement bancaire, plus cette négociation a des chances d'aboutir.

Les frais peuvent aussi être contestés s'ils sont abusifs. C'est le cas s'ils sont prélevés alors qu'ils ne figurent pas dans la nomenclature des frais. Parfois, les usagers peuvent être surpris par des prélèvements effectués sans qu'ils n'aient été prévenus. C'est par exemple le cas pour le décompte de remboursement anticipé lors d'un rachat de crédit, qui peut être facturé quelques dizaines d'euros.

En cas de contestation, il faut envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception à son établissement bancaire. Si la réponse ne vous satisfait pas, ou si la banque ne répond pas, il est possible de saisir le médiateur. Les coordonnées de celui qui est chargé de votre établissement bancaire peuvent être trouvées ici https://cerclemediateursbancaires.fr/annuaire/. Il est aussi possible de le saisir en ligne grâce au lien fourni.

Si les frais de tenue de compte paraissent trop élevés, rien n'empêche de rechercher un autre établissement bancaire.


Peut-on ouvrir un compte dans une banque en ligne malgré un crédit immobilier engageant à domicilier ses revenus ?

Oui. Rien n'interdit à un particulier d'ouvrir un deuxième compte bancaire ailleurs que dans l'établissement où il a son crédit immobilier. Depuis peu, les possibilités d'imposer la domiciliation des revenus en contrepartie d'un crédit ont aussi été réduites. En vigueur jusqu'à récemment, le cadre juridique qui le permettait n'est pas conforme au droit européen. Le décret a été annulé par le Conseil d'État le 4 février 2021.

Les banques peuvent toujours imposer à leurs clients de domicilier des revenus, mais seulement ceux couvrant le remboursement de leur crédit. Rien n'empêche donc les particuliers d'ouvrir un compte courant dans un autre établissement et d'y verser leurs revenus professionnels. Dans certains cas, cela peut permettre de s'affranchir de frais bancaires.

Pour voir si cela est rentable, il faut comparer les offres de la banque qui a fait le crédit et des néobanques visées.





Cet article vous a été utile ?

      
  Dîtes-nous en plus dans les commentaires !



Partager




Envie d'ajouter un commentaire ? De poser une question ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !