ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

« Les femmes travaillent bénévolement depuis le 4 novembre à 16h16 »

| Publié le 05-11-2020 11:17 | Mise à jour le 05-11-2020 11:32
🏠 Accueil   ➤    Politique
Caroline Courvoisier
Crédit(s) photo(s) : (c) Shutterstock  

Les femmes continuent de gagner 15,5% de moins que les hommes, selon les données Eurostat. Pour la newsletter féministe « Les Glorieuses », cela revient à dire qu'elles vont travailler bénévolement entre le 4 novembre et la fin de l'année.

A situation égale, le salaire des femmes est inférieur de 15,5%

Les inégalités salariales entre hommes et femmes ne tendent pas à se réduire. D'après la newsletter Les Glorieuses, fondée en 2015 par l'économiste franco-canadienne Rebecca Amsellem, si l'on considère la différence moyenne de rémunération à âge et poste égal, « les femmes en France commencent à travailler bénévolement » à compter du 4 novembre à 16h16 et jusqu'à la fin de l'année.

Cette date a été calculée en prenant en compte l'écart de rémunération entre hommes et femmes constaté par le baromètre européen Eurostat. Selon ces données, le salaire horaire brute moyen des femmes en France est inférieur de 15,5 % à celui des hommes. Un chiffre qui s'est dégradé en 4 ans (15,1 % en 2016).

Le calcul des inégalités salariales ne fait pas consensus. Néanmoins, à emploi et âge équivalents, l'écart de rémunération en fonction du genre est important quelle que soit la méthode employée. Selon l'INSEE*, qui se base uniquement sur les salaires des entreprises privées, les femmes gagnent en moyenne 18,5 % de moins que les hommes. Pour l'OCDE*, l'écart de rémunération est de près de 10 %.


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


Il reste beaucoup d'efforts à fournir pour tendre vers l'égalité

Si l'on s'en tient à la tendance actuelle d'évolution des écarts de rémunération, il faudra attendre l'année 2234 pour que les salaires des femmes soient équivalents à celui des hommes à situation égale. Il reste donc beaucoup à faire pour améliorer les choses.

Selon un sondage réalisé par Les Glorieuses, 98 % des femmes et 88 % des hommes interrogés pensent que ces écarts de salaires injustifiés sont « une honte ». Plus de 8 femmes sur 10 estiment que la loi devrait obliger les entreprises de plus de 50 salariés à disposer d'une personne « référente égalité salariale ».

La loi PACTE a fait un pas en avant en imposant un certain degré de transparence pour les grandes entreprises. Depuis 2019, elles doivent communiquer sur leur grille de salaires, en affichant l'écart de rémunération existant entre les dirigeants et la moyenne des salariés. Elles sont aussi obligées de publier le salaire médian pratiqué dans l'entreprise. Pour mémoire, le salaire médian et celui pour lequel la moitié des salariés perçoivent une rémunération plus élevée et la moitié un salaire moins élevé. Cette donnée peut permettre à chaque employé de se situer.

La loi sur l'égalité professionnelle impose également d'évaluer la politique des entreprises en matière de parité, et peut donner lieu à des sanctions financières en cas de non-respect.

>> A LIRE : Salaire médian / salaire moyen : quelle différence ?



Une pétition en faveur d'un « plan de relance économique féministe »

Les Glorieuses viennent de lancer une pétition en faveur d'un « plan de relance économique féministe ». Le projet se développe en cinq points, dont notamment :

- Le soutien à l'instauration d'un congé paternité équivalent à celui du congé maternité. Cette étape de la vie étant souvent considérée comme pénalisant dans l'évolution de la carrière des femmes.
- Le conditionnement de l'accès des entreprises aux marchés publics, aux subventions et au prêt garantie par l'État au respect de l'égalité salariale
- La valorisation des salaires dans les métiers fortement féminisés, comme ceux de la santé, de l'éducation, de l'assistanat...

>> A LIRE : Et si le confinement jouait en faveur d'un plus long congé paternité ?


Soutenez notre indépendance !

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire ideal-investisseur.fr et nous vous remercions. Pour nous aider à vous offrir un contenu gratuit tout en conservant notre indépendance, vous soutien est précieux. Vous pouvez désormais nous soutenir en faisant un don défiscalisé. Cela ne prend qu’une minute !
Don réalisé par l'intermédiaire de l'association de soutien de la presse en ligne J'aime l'info, défiscalisable à hauteur de 66% pour les particuliers et 60% pour les entreprises.




S'abonner à la newsletter

Mieux comprendre l’article

Les mots marqués d'un * ou soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

INSEE :
L’INSEE est une institution officielle chargée des statistiques et des études économiques en France. Ses études peuvent concerner de nombreux sujets, tels que la démographie, les indicateurs économiques (PIB, emploi et chômage, pauvreté...), les prix, la mesure de l’inflation...

OCDE :
L’OCDE est une organisation internationale d’études économiques. Elle compte 36 pays membres (la plupart situés dans l’hémisphère nord à l’exception du Chili et de l’Australie). Elle est favorable au libre-échange et à la concurrence pour stimuler l’économie.