ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Le Bitcoin engendre une lourde consommation électrique

| Publié le 20-05-2020 07:28 | Mise à jour le 20-05-2020 07:35
Le Bitcoin engendre une lourde consommation électrique
Crédit(s) photo(s) : Ferme de minage de Bitcoins  

Le minage des Bitcoins par des ordinateurs superpuissants a pour effet une consommation d'électricité phénoménale, supérieure à celle de pays comme la Suisse ou Singapour. Selon David Derhy, analyste cryptomonnaie chez eToro, des axes d'amélioration sont à l'étude.

Des ordinateurs superpuissants au travail pour générer des Bitcoins

Après le halving du Bitcoin lundi dernier (un évènement par lequel moins de Bitcoin sont générés sur le marché, NDLR), les récompenses destinées aux mineurs de Bitcoins ont été divisées par deux. Pour rappel, le Bitcoin se base sur un modèle de preuve de travail (Proof of Work en anglais). Cela signifie qu'afin de maintenir la blockchain et de rejoindre le réseau, un mineur doit mettre de la puissance de calcul à disposition du réseau.

Pour ce faire, un mineur de crypto-monnaies va donc utiliser des cartes graphiques ou des machines spécialisées appelées ASICs dans l'espoir de résoudre le calcul informatique, valider les transactions du prochain bloc et recevoir la récompense destinée au mineur. En revanche, ces machines consomment beaucoup d'énergie, il n'est donc pas rare d'entendre de nombreuses critiques sur l'impact écologique des crypto-monnaies et de la blockchain. Mais qu'en est-il vraiment ?

A lire : Telegram renonce à son projet de cryptomonnaie


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


Une consommation électrique phénoménale

D'après l'indice de Cambridge sur la consommation électrique du Bitcoin, cette dernière consommerait 5,19 gigawatts, pour un total annuel estimé à 79,87 Twh (térawatts/heure) ce qui représente 0,32% de l'électricité produite chaque année (25 082 TWh). À titre de comparaison, cela dépasse la consommation d'électricité de pays comme l'Algérie, la Suisse, Israël, Singapour, Hong Kong, le Qatar ou même le Portugal.

En revanche, il est aussi important de modérer ces propos en rappelant qu'aux États-Unis, la quantité d'électricité consommée chaque année par des appareils domestiques toujours connectés mais inactifs pourrait alimenter le réseau Bitcoin pendant 2,7 années.

Surtout qu'avec la division des récompenses et avec un taux de hachage (unité de mesure de la puissance de traitement du réseau Bitcoin) qui a diminué de plus de 30% depuis le halving, de plus en plus de mineurs risquent d'arrêter leurs opérations, leur activité devenant de moins en moins profitable.

Si le prix du Bitcoin n'augmente pas, ceux restants pourraient utiliser encore plus de machines afin de continuer à rester rentable, ce qui pourrait aggraver l'impact énergétique du Bitcoin à travers le monde.

A lire : L'AMF publie une analyse de la réglementation des Security Tokens (STO)



Des solutions moins énergivores se mettent en place

Toutefois, certaines solutions pour limiter cet impact ont déjà vu le jour. Par exemple, de plus en plus de crypto-monnaies (Tezos, EOS, Cardano…) décident d'utiliser un modèle de validation dit de preuve d'enjeu ou Proof of Stake en anglais, se voulant moins énergivore et plus scalable. Ce sera aussi bientôt le cas d'Ethereum, la deuxième plus grosse monnaie après Bitcoin, qui a décidé de passer à ce modèle de validation pour la version 2.0 de sa blockchain prévue au mois de Juillet 2020.

Certains pays comme l'Ukraine ont quant à eux décidé de profiter du mining de crypto-monnaies afin de lutter directement contre le gaspillage numérique. D'après le ministère de l'énergie ukrainien : « Cela permettrait non seulement de maintenir la charge garantie sur les centrales nucléaires, mais aussi de s'assurer que les entreprises peuvent attirer des fonds supplémentaires ».

Alors que la crise sanitaire a entrainé une forte baisse de la consommation d'électricité en Europe, le crypto-mining pourrait devenir un moyen efficace de créer un revenu secondaire important pour les centrales électriques et nucléaires qui possèdent déjà les infrastructures nécessaires et l'accès direct à une source d'énergie.

Bien que le Bitcoin soit souvent critiqué pour son impact négatif sur l'environnement et sa consommation élevée d'électricité, et même s'il est possible que le halving empire cette situation, la crise du Covid-19 a démontré que le mining de crypto-monnaies peut offrir à certaines entreprises de nouvelles opportunités et peut s'avérer être un moyen intéressant pour limiter le gaspillage d'énergie.

A lire : Investissement durable : des intentions encore insuffisamment suivies d'actions


Soutenez notre indépendance !

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire ideal-investisseur.fr et nous vous remercions. Pour nous aider à vous offrir un contenu gratuit tout en conservant notre indépendance, vous soutien est précieux. Vous pouvez désormais nous soutenir en faisant un don défiscalisé. Cela ne prend qu’une minute !



Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à commenter :


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site