Disponible sur Google Play
Download on the App Store 
ideal investisseur
ideal investisseur
Annonce




🏠 Accueil   ➤    Impôt & droits


Black Friday : attention aux arnaques



Au milieu des bonnes affaires, petites et grandes arnaques guettent les consommateurs durant cette période de soldes. Voici 9 conseils pour éviter les entourloupes.

Temps de lecture : 5 minute(s) - Par | Mis à jour le 17-11-2023 15:15:00 | Publié le 17-11-2023 14:49  Photo : Adobe Stcok  
Black Friday : attention aux arnaques

Cette année, le Black Friday aura lieu le 24 novembre. Avec la hausse des prix, cet événement est devenu incontournable pour passer commande. Mais c’est aussi une période durant laquelle certains commerçants peu scrupuleux, voire de véritables escrocs, peuvent abuser des consommateurs.

Dans un communiqué commun, la direction de la répression des fraudes (DGCCRF) et les services des Douanes donnent quelques astuces pour éviter de se faire piéger.
Annonce
Assurance Vie

#1 : Le site Internet est-il digne de confiance ?

Le Black Friday est un événement important pour les commerçants. Ceux qui vendent en ligne dépensent des sommes importantes pour apparaître parmi les premiers résultats de recherche sur Google ou pour être visibles sur les réseaux sociaux.

Or, des sites malveillants cachant de véritables arnaques se glissent parfois entre les offres traditionnelles. Pour éviter d’être piégé après avoir cliqué, vérifiez que le site est digne de confiance. La plateforme doit afficher les mentions légales imposées par la loi. Vous devez trouver l’identité du vendeur, le nom de sa société, ainsi que les coordonnées du médiateur de la consommation en cas de litige. Si ces mentions sont absentes, changez de site.


#2 : Le paiement est-il sécurisé ?


Rien de plus simple pour un pirate informatique de créer un formulaire reprenant le visuel d’une page de paiement officielle. Cette méthode de phishing est assez classique mais très préjudiciable : elle permet au fraudeur de récupérer le numéro de la carte bancaire, sa date de validité et son cryptogramme. La carte peut ensuite être utilisée par l’escroc pour payer ses achats… Ou être revendue sur le darknet en toute discrétion.

Évitez de payer sur des sites Internet que vous visitez pour la première fois, même si l’offre promotionnelle paraît alléchante. En parallèle, vous pouvez utiliser un numéro virtuel de carte bancaire. La plupart des banques proposent ce service. L’idée est de générer un numéro de carte unique pour la transaction, avec un montant de dépense plafonné à celui de l’achat. En cas d’aspiration de ces données par un pirate, la perte financière sera limitée.

Enfin, assurez-vous que la page est bien sécurisée par le protocole “https”. Dans ce cas, un petit cadenas doit être visible à gauche de la barre d’URL dans votre navigateur.


#3 : Attention aux « frais de douane »

Vous avez déniché une superbe offre pour le Black Friday et le produit est vendu depuis l’étranger ? Attention aux frais de douane ! Lorsqu’un achat est effectué dans un pays en dehors de l’Union européenne, des frais d’importation supplémentaires sont parfois ajoutés au moment de l’arrivée du colis sur le sol français.

Ces frais de douane concernent les marchandises dont la valeur est supérieure à 150 €, sauf dans les rares cas où elles sont exonérées. Le problème, c’est que les consommateurs sont avertis au dernier par le transporteur du colis, généralement par mail ou par SMS. S’ils ne payent pas les frais, le colis n’est tout simplement pas livré. Le gain lié à l’offre promotionnelle peut alors être complètement effacé par la taxation surprise.

Pour savoir si l’achat est soumis aux droits de douane, vérifiez la provenance du produit. S’il vient d’un pays en dehors de l’UE, jetez un œil aux conditions générales de vente afin de savoir si les droits sont intégrés dans le prix.

#4 : Les faux SMS ou emails pour frais de douanes : un classique du hameçonnage

Les frais de douanes qui peuvent être liés à un achat font eux aussi l’objet d’arnaques. L’une d’elles, désormais très répandue, consiste pour les fraudeurs à envoyer de faux SMS ou e-mails exigeant le paiement de droits de douane pour récupérer leur colis.

Sachez que les douanes ne contactent jamais les particuliers par SMS, courrier électronique ou téléphone. Ignorez tout simplement le message et ne payez rien.

Si le message semble provenir d’un transporteur, le mieux est là encore de ne pas cliquer sur les liens. Rendez-vous sur le site Internet officiel du transporteur avec le numéro de colis qui vous a été fourni lors de l’envoi de votre commande. Si la demande existe bien, vous la verrez apparaître.

#5 : Gare aux contrefaçons

Les vendeurs peu scrupuleux profitent également de cette période pour vendre des objets contrefaits, souvent après avoir attiré le consommateur par une réduction promotionnelle incroyable sur un produit d'habitude assez cher. Là encore, ne tombez pas dans le panneau : privilégiez les sites officiels, que ce soit celui des marques ou de distributeurs reconnus. Méfiez-vous des offres trop alléchantes et visibles uniquement sur certains sites, surtout si ceux-ci sont récents ou peu connus.

Tous les types de produits peuvent être concernés par la contrefaçon, des marques de luxe aux cosmétiques en passant par les vêtements, les produits électroniques, les objets de collection etc.

#6 : Pas d'urgence, surtout si l'offre paraît trop belle pour être vraie !

Lorsque vous souhaitez acheter, ne vous laissez pas mettre la pression. Les mentions destinées à vous faire commander rapidement ne sont pas à prendre à la légère, puisqu’elles sont utilisées pour vous faire craquer. Sauf qu'elles cachent parfois des conditions peu avantageuses. La DGCCRF les appelle les “dark patterns” ou “pratiques manipulatoires destinées à influencer votre choix en vous faisant croire à un faux sentiment d’urgence”.

Parmi les phrases couramment utilisées : « Plus que 3 en stock », « offre valable seulement 48h » ou une “offre d’essai gratuit” qui débouche parfois sur un abonnement payant dont il est compliqué de vous défaire.
Cette « pratique de la bouilloire » est un classique des ventes agressives (et des arnaques). Elle concerne aussi l’investissement, comme nous l’avons soulevé dans un article.

#7 : Evitez les achats impulsifs, préparez votre achat en amont

Il arrive que des commerçants aux pratiques douteuses créent de fausses soldes. Vous avez repéré un frigo soldé à -25% pendant le Black Friday. L’étiquette de solde “le prouve”, puisqu’elle affiche le prix barré de 300€, ramené à 225 € ! Sauf que quelques semaines plus tôt, le prix était aussi de… 225 € ! En affichant ce faux rabais, le consommateur croit faire une bonne affaire... mais ce n’est pas le cas.

La répression des fraudes rappelle que « toute réduction de prix doit faire référence au prix le plus bas pratiqué par le professionnel au cours des 30 jours précédents ». En attendant le Black Friday, faites le tour des sites de vente et des magasins pour connaître le prix classique de l’article visé.


#8 : Le délai de rétractation de 14 jours existe pour beaucoup d’achats sur internet


Un produit acheté en soldes doit être aussi satisfaisant que lorsqu’il est acheté en dehors des périodes de rabais. S’il n’est pas conforme à vos attentes, la loi vous donne droit à un délai de rétractation de 14 jours, y compris s’il est acquis sur Internet.

Si ce droit n’est pas applicable, le commerçant doit clairement le mentionner avant la finalisation de la commande. Il s’agit par exemple de l’achat de places de spectacles, d’un service exécuté immédiatement après le paiement, de produits personnalisé etc.



#9 : Méfiez-vous des sites de dropshipping


Le dropshipping est une pratique assez récente que l’on rencontre beaucoup sur les réseaux sociaux. Le principe est simple et légal : une personne qui commercialise un produit laisse complètement la gestion des stocks et des livraisons à son fournisseur. Le problème, c’est que cette pratique fait souvent l’objet de plaintes des consommateurs pour des produits non reçus, non conformes ou parfois carrément frauduleux. Certains “dropshippers” ont par exemple été épinglés pour avoir vendu des produits très bas de gamme à des prix beaucoup trop haut.

En cas de problème, les particuliers peuvent utiliser la plateforme Signal Conso pour effectuer un signalement, sans oublier de tenter de régler le litige à l’amiable avec le vendeur.




Annonce Coinhouse

Votre avis, vos débats, vos questions

* Information obligatoire
10000

Commentaires (1)

Toujours des arnaques ! Je ne crois plus à ces promos d'un autre age.