ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Gestion de fortune : la gestion privée à partir de 1 million d'euros de patrimoine

| Publié le 28-12-2018 15:26 | Mise à jour le 20-06-2019 11:09
Gestion de fortune : la gestion privée à partir de 1 million d'euros de patrimoine
Crédit photo : © Shutterstock  

La gestion de fortune est une branche de la gestion de patrimoine. Elle est réservée aux personnes disposant d'une surface financière conséquente, dépassant le plus souvent le million d'euros. Des professionnels spécialisés proposent alors une expertise financière, fiscale et juridique de haut vol.

Une vision du patrimoine à 360 degrés

Autant le dire tout de suite : la gestion de fortune est réservée à une clientèle particulière dotée d'un patrimoine varié et conséquent, ou d'avoirs importants. Souvent chefs d'entreprises ou clients internationaux, ces particuliers ont des besoins patrimoniaux spécifiques qui les orientent vers des professionnels capables de les conseillers de façon globale sur une optimisation de leur patrimoine.

Exit le conseiller bancaire classique, les clients ont affaire à des "banquiers privés" et/ou des "ingénieurs patrimoniaux". Professionnels compétents sur une large palette de sujets allant de la finance au droit, en passant par la fiscalité et l'immobilier, ceux-ci s'entourent également de spécialistes dans chaque domaine : avocats fiscalistes, notaires, conseillers financiers, experts comptables etc., afin d'orienter très précisément leurs clients vers des solutions adaptées à leur profil et leurs objectifs.

En effet, le travail du gérant de fortune consiste à analyser la totalité du patrimoine de son client. Une grande confiance doit donc s'instaurer entre ces deux interlocuteurs, afin que le gérant puisse avoir une vision non tronquée du patrimoine réel de son client, de sa situation fiscale, familiale et de ses objectifs.

Après une analyse poussée, le conseiller en gestion de fortune sera à même de proposer une stratégie patrimoniale personnalisée pour répondre au maximum aux attentes de ses clients. Les solutions peuvent être nombreuses et varier rapidement en fonction des différentes lois fiscales françaises, européennes, voire étrangères.

Le saviez-vous ?
La gestion de fortune est aussi appelée « le family office ».

Optimiser la fiscalité : un enjeu majeur de la gestion de fortune

La mission d'un gérant de fortune consiste en premier lieu à préserver le patrimoine de ses clients, avant même de penser à l'optimiser. Cela passe par une analyse détaillée des charges, qu'elles soient issues de la fiscalité ou, par exemple, de crédits en cours.

L'optimisation fiscale consiste, dans la plupart des cas, à rechercher les meilleures solutions pour que le client ne paie pas plus d'impôts que ce qui est obligatoire. En effet, le système fiscal français est complexe, et il arrive parfois que la situation juridique d'une personne ou d'une société puisse être améliorée pour éviter une sur-taxation. Ainsi, l'une des premières missions de l'ingénieur patrimonial sera de faire baisser la pression fiscale, à commencer par l'Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI, ex-Impôt sur la Fortune / ISF). Cela pourra passer, par exemple, par le fait de conseiller à ses clients de revendre des biens immobiliers et de réinvestir l'argent obtenu dans des produits financiers, qui en sont exonérés.

Si l'optimisation fiscale consiste le plus souvent à effectuer des choix juridiques (transformer une SARL en SAS par exemple, opter pour un certain régime matrimonial...) ou des investissements (acheter un bien immobilier en loi Malraux par exemple), celle-ci va parfois beaucoup plus loin, avec l'organisation d'un « exil fiscal » (le fait de déménager sa résidence principale dans un autre pays). Ces pratiques sont souvent décriées, puisque nombre de personnes considèrent cette stratégie comme un moyen de fuir l'impôt.

Pourquoi donner des avantages fiscaux ?
Agir sur les impôts ou créer un avantage fiscal est, pour l'État, une manière d'orienter les ressources des particuliers vers l'économie ou la création d'emploi, ou a contrario dissuader les particuliers de faire quelque chose que l'on ne peut pas interdire.
A titre d'exemple, on peut citer l'augmentation récurrente des taxes sur les cigarettes qui a pour but de dissuader les gens de fumer, l'octroi de crédits d'impôts sur l'embauche de personnes à domicile pour garder les enfants qui permet d'inciter les familles à créer des emplois, ou la mise en place d'une réduction fiscale par la loi Denormandie pour inciter les particuliers à rénover et remettre en location des logements anciens.

A découvrir : L'Echauguette, villa à prix record à Monaco : 110 millions d'euros


Article noté  4.7/5 (6 avis) -
 
Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site