ideal investisseur
ideal-investisseur.fr  

Où placer son argent en 2018 ? Panorama des meilleurs placements

Publié le 09-05-2018 14:16 - Mise à jour le 26-05-2018 14:57 -
Rubrique : placements - Crédit photo : (c)

Article noté  4.8/5 (5 avis)    
Evaluez cet article  


Les particuliers cherchent souvent à savoir quels sont les meilleurs placements. Or, il n'existe pas de réponse toute faite à cette question. Le meilleur placement dépend de votre objectif, de votre horizon de placement, de la somme que vous avez à placer et des risques que vous êtes prêts à prendre. 8 supports principaux peuvent répondre à la majorité des attentes des particuliers. Du livret d'épargne à l'investissement en bourse, découvrez les types de produits les plus courants et ceux qui peuvent vous correspondre.

1. Sécuriser une partie de son épargne grâce aux placements règlementés

Lorsque l'on souhaite mettre de l'argent de côté, le premier des réflexes doit être d'en placer une partie sur un ou plusieurs livrets d'épargne sans risque. Une gestion saine des finances personnelles nécessite de répartir ses placements avec raison pour pouvoir palier aux aléas de la vie.
Bien-sûr, le niveau actuel des taux de rémunération de ces placements ne vous permettra pas de vous enrichir. Mais pour construire un patrimoine sur de bonnes bases, il est nécessaire de se créer un matelas de sécurité.

Les principaux comptes règlementés sont bien connus :

- Le Livret A, compte épargne rémunéré à 0,75% par an en 2018. Les fonds qui y sont déposés sont disponibles à tout moment. Les intérêts sont exonérés d'impôts sur le revenu et de prélèvements sociaux. Les versements peuvent atteindre 22 950 €

- Le LDDS, Livret Développement Durable et Solidaire (nouveau LDD) est également un compte épargne rémunéré à 0,75% par an en 2018. Là encore, il est possible de récupérer les fonds à tout moment. Le plafond est de 12 000 €

- Le PEL (Plan d'Epargne Logement) et le CEL (compte épargne logement) sont des comptes rémunérés permettant d'obtenir, dans certaines conditions, un prêt immobilier. Malheureusement depuis le 1er janvier 2018, ils ne permettent plus d'obtenir une prime d'état et les intérêts sont fiscalisés. Les nouveaux PEL sont actuellement rémunérés à 1% par an pour un plafond de 61 200€ et les CEL 0,50% par an pour un maximum de versements de 15 300 €

- Le LEP, Livret d'Epargne Populaire, dont l'ouverture est soumise à un plafond de revenus, dispose d'intérêts non fiscalisés. Le taux de rémunération en 2018 est de 1,25% par an.

Votre banque, comme tous les établissements bancaires (dont les banques en ligne) peuvent proposer ces placements de base.


2. Déterminez votre profil d'épargnant

Une fois votre épargne sécurisée, il vous faut déterminer le type de placement qui est fait pour vous. Aucun hasard ici, un questionnaire vous permet en général de tracer votre profil en fonction de vos objectifs, votre degré d'aversion au risque, votre rythme d'épargne et/ou la somme à placer. Une fois ce profil connu, vous pouvez vous orienter vers un des placements qui vous correspond le mieux, en fonction de ses caractéristiques.

3. L'immobilier : un placement de long terme

Valeur refuge par excellence, l'immobilier reste le placement préféré des français. La pierre rassure car c'est un actif que l'on peut voir, toucher, visiter, et qui dispose d'une valeur d'usage : on peut mettre un logement en location et percevoir des loyers. L'immobilier est également durable, il permet de se projeter dans le temps pour la retraite, pour le patrimoine que l'on transmettra à ses enfants. Enfin, même en cas de fluctuation des prix, un placement immobilier garde toujours une valeur intrinsèque.

L'immobilier classique (acheter un appartement pour le louer) est un placement avec un risque faible, à condition de bien respecter les règles de base de l'investissement (bien choisir la ville, l'emplacement, le bien et veiller au contexte juridique). Il nécessite cependant de mobiliser beaucoup de fonds, et requiert communément l'usage d'un crédit. Il est donc souvent réservé à des personnes disposant d'un capital de départ, ou pouvant mobiliser un effort d'épargne important. Certains placements immobiliers ouvrent droit à des réductions d'impôts sur le revenu (Loi Pinel, déficit foncier).

4. La SCPI : l'immobilier à moindre budget et la diversification

Investir par l'intermédiaire de SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) est une manière indirecte de placer son argent dans l'immobilier. Il s'agit d'acheter des parts d'une société qui détiendra des immeubles et les mettra en location. Idéal pour ceux qui souhaitent placer moins de 100.000 euros, les avantages de ce placement sont nombreux : 

- Il est possible d'investir à partir de plusieurs centaines d'euros,
- Le risque locatif est faible, puisque la société achète des dizaines voire des centaines de lots différents, 
- La gestion est totalement déléguée à la SCPI : l'investisseur ne s'occupe pas de la recherche de locataires ou des éventuels travaux à réaliser,
- L'investisseur peut, dans certaines SCPI, programmer une épargne mensuelle, et se constituer un patrimoine au fur et à mesure.

Il existe plusieurs types de SCPI, en fonction des actifs que celle-ci détient (bureaux, commerces, logements...) et de l'objectif poursuivi (SCPI de rendement, de plus-value...). Les SCPI sont créées et gérées par des sociétés de gestion agréées. Attention toutefois, comme pour l'investissement dans toute société, le montant investit n'est pas garanti.

5. Les contrats d'assurance-vie : sécuriser son patrimoine, profiter d'une fiscalité avantageuse

Le contrat d'assurance vie est un placement d'épargne à plusieurs visages. Selon les options choisies, il permet de :
- Sécuriser et faire fructifier son épargne dans un cadre juridique et fiscal avantageux
- créer une rente pour constituer un revenu complémentaire,
- dynamiser son patrimoine en plaçant de l'argent en bourse.

L'assurance vie "monosupport" permet de placer de l'argent sans risque. Le contrat fonctionne comme un compte épargne classique, dont le capital est garanti et les intérêts capitalisés. L'assurance vie "multisupport" est plus risquée mais en théorie potentiellement plus rentable, puisque les fonds sont répartis entre un placement sécurisé (le fonds en euros) et des placements sur les marchés financiers (en unités de compte).

L'argent placé sur une assurance vie peut être récupéré en capital, ou sous forme de rente (ce qui peut être un avantage pour la retraite). C'est aussi un outil privilégié pour la transmission du patrimoine, puisque les sommes n'entrent pas, sauf exception, dans le calcul des droits de succession.

6. Les fonds d'investissements : pour les plus téméraires


Les fonds d'investissement (private equity) sont des structures juridiques créées avec pour objectif d'investir dans des sociétés non cotées en bourse, sur la base de critères définis. Il en existe plusieurs types :
- Les FCPR, fonds communs de placement à risque
- Les FCPI, fonds communs de placement dans l'innovation
- Les FIP, fonds d'investissement de proximité

En investissant dans un fonds d'investissement, vous achetez généralement des parts de ces supports financiers. L'argent collecté est ensuite investi, à risque, dans des PME. Par rapport à la bourse ou au crowdfunding, l'avantage de ce type de placement est la diversification, puisque l'argent est investi, en général, dans plusieurs sociétés.

Ces fonds, gérés par des sociétés de gestion agréées, ont un objectif de rendement. Certains supports peuvent également ouvrir droit à des réductions d'impôts sur le revenu. Cependant si la rentabilité espérée peut être plus élevée que pour d'autres placements, le capital ne peut pas être garanti, et la revente des parts peut être difficile.

Ce type d'investissement est intéressant pour diversifier son patrimoine, à condition d'y placer de l'argent dont vous n'avez pas besoin. Avant d'investir, vérifiez les performances des autres fonds gérés par la même société de gestion.

7. Le crowdfunding


Le crowdfunding, ou financement participatif, est un mode d'investissement développé en France depuis 2014. Des plateformes Internet, enregistrées comme Conseiller en Investissement Participatif (CIP), sélectionnent des sociétés effectuant des levées de fonds et proposent aux particuliers d'y investir en actions ou en obligations. L'investisseur participe donc directement à la constitution des fonds de la société qu'il choisit.

Comme pour tout investissement en PME, cet investissement est risqué : tout ou partie du capital peut être perdu si la société investit ne fait pas aboutir son projet. Le rendement ne peut pas être garanti et la revente des titres peut être difficile. Là encore, il vaut mieux investir avec prudence, et avec de l'argent dont vous n'avez pas besoin à court terme.

Avant de sauter le pas, vérifiez bien les autorisations de la plateforme en vous rendant sur le site de l'ORIAS.


8. La bourse : un placement de long terme


L'investissement en bourse consiste à placer de l'argent directement sur les marchés financiers, en achetant et en vendant des titres (actions, obligations, monétaire, trackers...).
Contrairement à une idée reçue, c'est un placement de long terme : pour les particuliers, on est également bien loin de l'image des traders qui achètent et vendent à longueur de journées (ne serait-ce que parce que les frais de courtage peuvent être élevés).

Il s'agit d'un exercice réservé à ceux qui ont de l'appétence pour l'actualité financière et économique. "Miser" en bourse, ce n'est pas comme parier de l'argent sur un cheval de course : le choix des produits doit reposer sur des critères objectifs, et être compatible avec vos objectifs et votre horizon d'investissement.

En investissant avec raison, sur une période longue et en coupant les positions en perte, la bourse peut procurer un rendement satisfaisant. Mais elle reste risquée par nature. Le capital, les intérêts et le prix de revente des titres ne peuvent être garantis. Il est même possible de tout perdre. Aussi, il ne faut y placer qu'une partie de son épargne, celle qui, en cas de perte, ne fera pas baisser votre niveau de vie.

Pour faire fructifier votre épargne et tirer le meilleur parti de vos placements, la stratégie la plus intéressante est de mixer les supports. Et rappelez-vous toujours :
- Qu'il faut sécuriser une partie de son épargne
- Qu'il est préférable de diversifier les supports et les investissements
- Que les sommes placées sur les supports à risques doivent vous permettre de conserver votre train de vie si vous deviez les perdre

- Qu'un rendement fort est TOUJOURS lié à un risque fort
- Qu'il ne faut investir que dans ce que vous comprenez
- Qu'il vaut mieux éviter les investissements atypiques qui mènent bien souvent à une perte
- Qu'il est préférable de se renseigner sur les personnes qui vous proposent les produits avant d'investir (conseillers, sociétés...)



Dans quoi investir
en 2018 ?





Rechercher un article

Mission Stéphane Bern : sauvons le patrimoine en péril


Travaux de rénovation : comment éviter pièges et arnaques ?


Dons aux associations : soutenir une cause permet toujours de réduire ses impôts


ISF-PME et hôtellerie : plaintes d'épargnants contre le groupe Les Hôtels de Paris


Rapport CAP 22 : la défiscalisation immobilière dans le viseur


Rachat de crédit : le décompte de remboursement anticipé est-il payant ?