ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

PER : « les frais sont trop élevés », avertit 60 millions de consommateurs

| Publié le 06-11-2020 10:39 | Mise à jour le 06-11-2020 10:48
Céline Dulary
Crédit(s) photo(s) : (c) Shutterstock  

Les frais sur les Plans d'épargne retraite (PER) sont exorbitants, selon une enquête de l'association 60 millions de consommateurs. Ce qui peut empêcher l'épargne de fructifier.

Des frais qui plombent, voire annulent toute possibilité de rendement

L'association 60 millions de consommateurs a analysé 26 contrats de Plan d'épargne retraite (PER). Pour rappel, le Plan d'épargne retraite est un nouveau dispositif d'épargne créé par la loi PACTE de 2019. Il remplace les précédentes enveloppes telles que le PERP et les contrats Madelin depuis le 1er octobre.

Le résultat de l'étude, présentée le 5 novembre, est sans appel. Les PER sont « perclus de frais », selon Stéphanie Truquin, économiste à l'Institut national de la consommation (INC). Ce qui plombe inévitablement les perspectives de rendement de nombreux contrats. Dans certains cas, ces frais peuvent même empêcher l'épargne de fructifier.

>> A LIRE : PER : quels avantages au Plan d'Épargne Retraite ?


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


Une addition qui peut être salée

Parmi la ribambelle de coûts, les frais sur versements, qui sont prélevés dès que l'épargnant dépose de l'argent sur son plan, sont particulièrement pointés par l'association. Ces frais d'entrée peuvent atteindre jusqu'à 5% des sommes épargnées. Dans ce cas, pour 100 euros déposés, seuls 95 euros sont réellement investis. À supposer un rendement de l'épargne de 2 % net par an, il faut trois ans pour récupérer le capital de départ. Du moins en théorie, puisque d'autres frais s'appliquent entre temps.

Car si les frais d'entrée sont négociables et peuvent même être évités, il est impossible d'échapper aux frais de gestion annuels. Et ceux-ci sont particulièrement onéreux sur les fonds en euros sensés sécuriser le capital, relève 60 millions de consommateurs. Les frais d'arbitrage, qui s'imposent lorsque les épargnants changent d'unités de compte, peuvent quant à eux être compris entre 0,5 et 5 % selon les contrats. Enfin les frais sur rente, c'est-à-dire ceux qui sont prélevés lorsque le capital est versé progressivement à l'épargnant au moment de la retraite, peuvent être mirobolants, atteignant jusqu'à 3 % sur certains contrats. Au final, l'addition peut être très salée.



Des actifs au rendement faibles

En cas de mauvais choix de contrat, détenir un PER peut donc coûter cher à l'épargnant. D'autant que les rendements des principaux actifs dans lesquels il est possible d'investir grâce à cette enveloppe n'ont pas récemment brillé par leur rendement. « Alors que les fonds en euros ont dégagé une performance réelle nette moyenne de 1,74 % par an entre 2000 et 2018, les fonds en unités de compte ont affiché un réel net négatif de –0,91 % », explique l'association de consommateurs.

Peut-on tout de même compter sur la sécurisation de l'épargne sur les fonds en euros ? Ce n'est pas si évident. Dans un univers de taux bas, garantir le capital coûte de l'argent aux assureurs. Un tiers d'entre eux a d'ores et déjà renoncé à garantir 100% de l'épargne, selon l'étude. En cas de rendement insuffisant, ils peuvent désormais piocher dans le capital pour prélever leurs frais de gestion annuelle. Concrètement, les épargnants peuvent donc perdre de l'argent en investissant sur certains de ces fonds pourtant réputés « sécurisés ». « Parfois, on ne sait pas quel est l'étendue de la garantie », explique Stéphanie Truquin. « Pour l'instant, je ne suis pas sûre que les épargnants lambda puisse comprendre quelle est cette étendue. »

Préférer les contrats sur Internet

Si épargner sur un PER ouvre droit à une réduction d'impôt à l'entrée, cette « carotte fiscale » ne doit pas agir comme un leurre. « Attention au gros coup de massue quand on arrive en retraite », avertit Lionel Maugain, journaliste co-auteur du dossier. Car ce qui est offert d'une main est aussi repris de l'autre : les sommes récupérées sont en effet imposées au moment de la sortie, une fois la retraite arrivée.

Une analyse pointue des frais est donc indispensable avant d'ouvrir un PER. « Ne souscrivez pas auprès de votre banque ou de votre compagnie d'assurance », explique Lionel Maugain. Les contrats de ces établissements sont en général les plus mauvais élèves du marché. Les meilleurs PER restent, à ce stade, plutôt à chercher du côté des contrats Internet. Titres@Per d'Altaprofits (Swisslife) et le PER de Patrimoea (Apicil) en sont de bons exemples. Pour les travailleurs indépendants, le contrat Ampli PER Liberté offre également des frais au plus bas.


Soutenez notre indépendance !

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire ideal-investisseur.fr et nous vous remercions. Pour nous aider à vous offrir un contenu gratuit tout en conservant notre indépendance, vous soutien est précieux. Vous pouvez désormais nous soutenir en faisant un don défiscalisé. Cela ne prend qu’une minute !
Don réalisé par l'intermédiaire de l'association de soutien de la presse en ligne J'aime l'info, défiscalisable à hauteur de 66% pour les particuliers et 60% pour les entreprises.