Idéal Investisseur
Idéal Investisseur
Annonce
CORUM ORIGIN - souscrire



Acheter un bateau de plaisance : les dépenses à prévoir

Avant de céder aux sirènes de la mer, il est impératif d'évaluer avec prudence les nombreuses dépenses que l'achat d'un bateau peut générer. Le coût de l'anneau dans un port, le carburant, l'entretien et l'hivernage sont non négligeables.

Temps de lecture : 6 minute(s) - Par L Villedoré | Mis à jour le 25-06-2024 15:32 | Publié le 25-06-2024 15:05  Photo : Beneteau MCY 70 SkyLounge (c) Monte Carlo Yachts  
Acheter un bateau de plaisance : les dépenses à prévoir
Réservé aux abonnés Réservé aux inscrits

Entre 10 000 et 300 000 euros pour l'achat d'un bateau, voire plus !

Les personnes qui souhaitent acquérir un bateau peuvent se tourner vers un navire neuf ou d’occasion. Comme pour les voitures, les sites d’annonces regorgent d’opportunités, allant de quelques centaines d’euros pour un petit bateau ancien à plusieurs millions d’euros pour un yacht neuf, avec des options sur mesure.

En occasion, un Bénéteau Caplean ou Forban ou Ombrine 600 des années 1980 peut se dénicher aux alentours de 2500 à 3000 €. Les prix peuvent vite monter avec la date et le type de navire. Un voilier First 20 récent peut ainsi se négocier autour de 30 000 euros, tandis qu’un Barracuda 7 de 6 mètres avec moteur de 150 CV se trouvera plutôt autour de 45.000 euros. Chez Jeanneau, un Cap Camarat de la fin des années 1990 ou un voilier Sun Odyssey sont trouvables à moins de 20.000 euros. Tout dépend de ce que l’on cherche.

Pour les personnes qui ont un budget conséquent à investir, le choix est encore plus large. Pour un budget d’un à 2 millions d’euros et plus, il est possible d’opter pour un yacht de sport récent de 15 à 20 mètres.

Le Jeanneau Yacht 55, voilier yacht de 17 mètres, propose quant à lui 8 couchages dont 2 cabines privées, ainsi qu’un bel espace extérieur couvert pour les repas. Budget d’achat à prévoir : 1 million d’euros environ. Le Grand Trawler 62 de Bénéteau, conçu pour 6 à 8 personnes, s’achète quant à lui environ 2 millions d’euros. Pour ce tarif, vous pourrez profiter d’un grand salon, d’un double pont avec un bel espace extérieur, une cuisine séparée et plusieurs cabines dont une belle suite.

Chaque achat doit être accompagné d'une évaluation minutieuse, prenant en compte la taille, le type, l’état général, et les besoins spécifiques du futur propriétaire.

Comment financer son bateau : crédit et LOA

Pour financer l’achat de son bateau, plusieurs types de prêts nautiques sont disponibles, chacun avec ses avantages et ses inconvénients.

Prêt personnel

Le prêt personnel est une option flexible pour financer l'achat d'un bateau. Non affecté, il permet d’utiliser les fonds pour différentes dépenses, mais souvent à un taux d'intérêt plus élevé, entre 3 % et 6 %. La procédure est rapide et moins contraignante, mais les paiements mensuels peuvent être élevés en raison d’une durée de remboursement plus courte.

Prêt affecté

Le prêt affecté est spécifiquement destiné à l'achat d'un bateau. Il offre des taux d'intérêt plus bas, car il est garanti par l'achat du bateau. Toutefois, les fonds doivent être exclusivement utilisés pour l’achat du bateau, et la procédure d’approbation peut être plus rigide.

Leasing nautique

Le leasing nautique, ou crédit-bail, permet de louer un bateau avec option d’achat à la fin du contrat. Cette formule offre une flexibilité financière avec des paiements mensuels souvent plus bas. À la fin de la période de leasing, le bateau peut être acquis pour une valeur résiduelle avantageuse. Cependant, des restrictions d’utilisation et des pénalités de résiliation peuvent s’appliquer.

Crédit relais

Le crédit relais est utile pour ceux qui souhaitent acheter un nouveau bateau avant de vendre l'ancien. Ce type de prêt finance l’achat du nouveau bateau en attendant la vente de l’ancien, évitant ainsi les interruptions dans la jouissance du bateau. Toutefois, il comporte des risques si l'ancien bateau ne se vend pas dans les délais prévus, entraînant des coûts supplémentaires.

Prêts spécialisés par les banques

Certaines banques, comme le Crédit Maritime et la Société Générale, offrent des prêts spécifiquement dédiés aux bateaux. Ces prêts incluent souvent des taux d'intérêt préférentiels, des durées de remboursement étendues et des services supplémentaires, tels que des conseils personnalisés. Comparer les offres et lire attentivement les termes et conditions est essentiel pour éviter les surprises.

Prévoir ses frais d'assurance bateau

Naviguer sans assurance est une imprudence que nul marin sensé ne commettrait ! Les aléas de la mer, capricieuse et imprévisible, rendent indispensable la souscription à une assurance bateau. Celle-ci couvre les dommages, le vol, la responsabilité civile et les accidents en mer.

Le coût de l’assurance dépend de plusieurs facteurs : la valeur du bateau, son âge, son type, son utilisation et la zone de navigation. En moyenne, un propriétaire peut s'attendre à payer entre 500 et 3 000 euros par an pour une couverture complète. Les voiliers, souvent perçus comme moins risqués que les bateaux à moteur, peuvent bénéficier de primes légèrement inférieures. Toutefois, chaque propriétaire doit examiner attentivement les clauses du contrat pour éviter les mauvaises surprises.

La plupart des grandes compagnies d’assurances proposent des contrats spécialisés : Generali, April, Axa… Pour estimer celui qui correspond à vos besoins, des comparateurs en ligne spécialisés peuvent vous aider.

Les frais de marina et d'amarrage : à ne pas négliger !

Une fois le bateau acquis, il faut songer à l’amarrage, ce lieu où le navire repose paisiblement en attendant la prochaine sortie. Les marinas offrent divers services tels que l’électricité, l’eau, la sécurité, et parfois même des installations de réparation. Or, les places sont souvent rares… Et chères ! Lorsque le bateau n’est pas vendu avec son anneau, ou que vous souhaitez l’amarrer dans un port spécifique, il est vivement recommandé de se renseigner sur les disponibilités… et les coûts !

Les frais d’amarrage varient considérablement selon la localisation et la longueur du bateau. Dans les marinas prestigieuses de la Côte d'Azur, une place peut coûter jusqu’à 10 000 euros par an pour un yacht de taille moyenne. À l’inverse, dans des ports moins fréquentés, ces frais peuvent descendre à moins de 1 000 euros par an. Certains propriétaires préfèrent les mouillages à flot, moins coûteux mais moins sécurisés, surtout en période de tempêtes.

Ces tarifs incluent souvent l'eau et l'accès aux sanitaires, mais l'électricité peut être facturée en fonction de la consommation pour les séjours prolongés. En plus de ces frais de base, d'autres coûts peuvent s'appliquer pour des services supplémentaires, comme l’hivernage et le stockage à sec ou les bouées de mouillage.

En moyenne, le stockage à sec coûte entre 1 500 et 4 000 euros par an. Certaines marinas proposent également des services de mise à l’eau et de sortie de l’eau, moyennant des frais supplémentaires. Le transport du bateau vers le lieu de stockage, s’il est éloigné, doit aussi être pris en compte.

Les frais d'entretien et de maintenance des bateaux

Un bateau nécessite des soins constants pour préserver sa beauté mais surtout ses fonctionnalités. L’entretien régulier inclut le nettoyage de la coque, l'application d'antifouling, la vérification des systèmes électriques et mécaniques, et la réparation des éventuels dommages.

Le coût annuel de l’entretien peut varier énormément en fonction de la taille et de l’état du bateau. Cette donnée peut avoir un impact important lors d’une décision d’investissement : mieux vaut parfois acheter un bateau récent un peu plus cher que de devoir dépenser beaucoup d’argent pour des remises en état et réparation.

Les voiliers, avec leurs gréements complexes, peuvent nécessiter des soins particuliers, tandis que les moteurs des bateaux à moteur demandent des inspections fréquentes.

Les équipements et accessoires

Un bateau doit généralement être équipé pour faire face aux imprévus et offrir un confort optimal. Les équipements de sécurité, tels que les gilets de sauvetage, les extincteurs, les balises de détresse, sont indispensables. À cela s’ajoutent les instruments de navigation comme le GPS, la radio VHF, le sondeur, qui sont essentiels pour une navigation sécurisée.

Le coût de ces équipements peut s’élever à plusieurs milliers d’euros. Un ensemble complet de sécurité et de navigation pour un bateau de taille moyenne peut coûter entre 5 000 et 10 000 euros. Les accessoires de confort, bien que non essentiels, ajoutent une touche de luxe : meubles, électroménager, et systèmes audio peuvent augmenter le budget de manière significative.

Le carburant et les consommables : jusqu'à plusieurs centaines d'euros par jour

La consommation de carburant représente une dépense récurrente pour les propriétaires de bateaux à moteur. Le coût dépend de la fréquence d’utilisation et de la distance parcourue. Un moteur de bateau de plaisance consomme en moyenne 20 litres par heure. Ainsi, une journée de navigation peut facilement coûter plusieurs centaines d’euros en carburant.

Outre le carburant, il y a les consommables comme l’huile pour moteur, les produits de nettoyage, et les pièces de rechange. Ces dépenses, bien que souvent négligées, s’accumulent rapidement. Un budget annuel de 1 000 à 2 000 euros pour les consommables est une estimation raisonnable pour un bateau de taille moyenne.

Les taxes et frais administratifs

Naviguer en toute légalité implique de s’acquitter de diverses taxes et frais administratifs. Le droit annuel de francisation et de navigation (DAFN), par exemple, est dû chaque année pour tous les bateaux immatriculés en France. Son montant dépend de la taille et de la puissance du bateau. Pour un bateau de plaisance standard, cette taxe peut varier de 200 à 1 000 euros par an.

L’immatriculation du bateau, quant à elle, est une formalité indispensable, assortie de frais administratifs. Obtenir les permis nécessaires et les certificats de navigabilité engendre également des coûts, souvent oubliés mais essentiels. Ces démarches peuvent coûter entre 100 et 500 euros selon les cas.

Vous devez être connecté pour continuer la lecture.
(GRATUIT)

Apple sign-in

Continuer avec Apple



OU

S'inscrire par email



La rédaction vous suggère :

Permis bateau 2024 : voici comment le passer et à quel prix

Le Yacht Club de Monaco navigue vers la durabilité nautique



Votre avis, vos débats, vos questions

* Information obligatoire
10000

Commentaires (8)

Franchement, acheter un bateau c'est vraiment réservé à ceux qui ont de gros moyens. Entre le coût d'achat qui peut facilement dépasser les 300 000 euros, les frais d'assurance, le port et tout le reste, ça devient vite inaccessible pour le commun des mortels.

Je suis intrigué par les options de financement mentionnées, notamment la LOA. Cela affecte-t-il la propriété du bateau à long terme ?

C'est bien joli l'idée d'avoir un bateau, mais avec tous les frais qui s'ajoutent, ça devient vite un gouffre financier ! Sérieusement, comment font les gens pour assumer ça ?

Super article ! Mais avec tous les frais autour, est-ce vraiment rentable d'acheter un bateau par rapport à la location ?

C'est un gouffre financier ces bateaux de plaisance ! Entre l'achat, les frais de port, l'entretien et tout le reste, il faut vraiment y réfléchir à deux fois. On se demande si ça vaut vraiment le coup pour quelques semaines de vacances.