Investissement : attention aux produits de placement atypiques !

Publié le 06-12-2017 17:11 -
Rubrique : VIGILANCE - Crédit photo : (c)Fotolia

Article noté  4.8/5 (4 avis)    
Evaluez cet article  

 

Sortis des produits classiques d'investissement tels que l'immobilier, les actions ou les parts de SCPI, les épargnants sont parfois tentés par des produits atypiques promettant des rendements intéressants. Diamants, mais aussi terres rares, vins ou manuscrits, ces biens "alternatifs" font souvent l'objet de mise en garde par l'Autorité des Marchés Financiers. Afin de protéger les particuliers, ils tombent aujourd'hui sous le coup d'une nouvelle règlementation contraignante.

Les biens atypiques sont souvent des placements risqués

Il n'y a pas de mystère : en matière de placement, l'atypique et les hauts rendements sont synonymes d'un risque élevé. Il est vrai que certains investisseurs sont prêts à miser une partie de leur épargne pour un potentiel bénéfice conséquent, au risque de perdre le montant investi. Cependant ce n'est pas le cas de tous, et l'histoire des placements n'est pas exampte de personnes qui, attirées par une promesse de rendement élevé, ont perdu leur mise sans avoir eu conscience que cette possibilité existait.

La multiplication de plaintes d'épargnants a alerté les autorités compétentes sur ces "biens divers". En effet, ces placements n'étaient jusqu'à récemment pas soumis à la même règlementation que les produits financiers. Ainsi, les épargnants ont vu fleurir notamment sur Internet, des offres présentant des rendements alléchants sans avertir quant à la possibilité de perdre les économies investies, ou présentant parfois le sous-jacent comme une "valeur sûre".

Parfois les placements atypiques font le lit d'escroqueries

On citera notamment le cas de 18 000 investisseurs qui avaient fait confiance à une société spécialisée dans l'achat de manuscrits anciens, promettant à l'époque 8% de rendement par an. Ces épargnants avaient placé des économies dans des documents historiques (manuscrit du Marquis de Sade ou écrits d'Albert Einstein…), dont la valeur était sensée nettement augmenter.

Or, un des modes de fonctionnement de la société était de d'acheter des manuscrits aux enchères puis de les revendre sous forme de parts surrévaluées à ses investisseurs. Autre problème : l'évaluation des parts était fournie par des experts de la même société. Dans cette affaire, la justice évoque également le fait que les rendements aient été versés grâce à un système de "pyramide de Ponzi", c’est-à-dire que le capital versé par les nouveaux investisseurs permettait de servir les intérêts promis aux précédents.

Intéressé par l'investissement immobilier ?
Contactez-nous !

Des produits d'investissement placés dans le giron de l'AMF

La loi Sapin II a récemment modifié le Code Monétaire et Financier et permis à l'AMF de modifier son règlement général pour faire entrer les investissements en "biens divers" dans le champ de compétence du gendarme de la bourse. Aujourd'hui, les intermédiaires proposant de placer de l'argent en échange d'un rendement sur des lettres et manuscrits, œuvres d’art, panneaux solaires, timbres, les vins, les diamants et d'autres secteurs doivent s'enregistrer auprès des autorités et disposer d'une autorisation.

L'AMF contrôle alors la qualité des intermédiaires (honorabilité, compétence, expérience, conflits d’intérêts…), et ceux-ci doivent notamment disposer d'une assurance et fournir de nombreuses garanties et attestations… Par ailleurs, la qualité équilibrée des documents publicitaires est surveillée. Enfin, l'Autorité des Marchés Financiers publie régulièrement sur son site une liste de noire d'acteurs non autorisés à commercialiser ces produits de placements "alternatifs", très utile à consulter dès lors que l'on souhaite faire des placements peu communs.

De manière générale, l’investissement dans des biens divers est peu adapté aux investisseurs particuliers : les produits proposés font partie de marchés de niche, dont il est nettement préférable d'avoir des connaissances. Aussi, il est nécessaire de faire preuve d'une grande vigilance quant aux acteurs faisant la promotion de ces produits. Dans tous les cas, ne jamais perdre de vue qu'un rendement élevé va de pair avec un risque élevé, n'investir que dans ce que l'on comprend, et se renseigner sur les modalités de revente, surtout lorsque l'investissement porte sur une classe d'actifs peu liquides.

Vous souhaitez investir ?

Autres articles

- Comprendre l'investissement en EHPAD
- Investir sur Internet : l’achat immobilier accessible en ligne ?
- Immobilier hôtelier : un investissement à la mode ?
- PTZ 2016 : quel changement pour le prêt à taux zéro ?
- Quels travaux sont à la charge du propriétaire et du locataire ?
- Crédit immobilier : est-il possible d’emprunter après 50 ans ?