ideal investisseur
Le magazine en ligne qui décrypte les placements et l'économie


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Aristophil : les dangers de l'investissement dans les manuscrits

| Publié le 09-04-2019 16:08 | Mise à jour le 17-04-2019 12:20
Aristophil : les dangers de l'investissement dans les manuscrits
Crédit photo : (c)Pixabay  

Une nouvelle vente aux enchères des manuscrits d'Aristophil a permis de récolter 5 millions d'euros. Une somme bien maigre en comparaison des 1,2 milliard d'euros que l'escroquerie présumée aurait coûté à 18.000 épargnants.

En bref
- La société Aristophil proposait à des particuliers d'investir en copropriété dans des manuscrits historiques

- Son fondateur est actuellement mis en examen pour "escroquerie en banque organisée" et les manuscrits sont vendus aux enchères

- Les 18 000 particuliers qui ont investi ont vraisemblablement perdu beaucoup d'argent

Des manuscrits présentés comme un investissement financier

Depuis 2003, la société Aristophil proposait à des épargnants d'investir dans des manuscrits à valeur historique. Présentée comme une spécialiste des « autographes », elle achetait les documents à des particuliers ou en vente aux enchères publiques.

Les manuscrits (ainsi que des œuvres d'art) étaient ensuite regroupés en « lots » composés de plusieurs documents. Ceux-ci étaient revendus soit à une seule personne, soit en indivision à plusieurs épargnants. A la clé, une promesse de rendement intéressant (8% par an) et une exonération d'ISF. Pour les particuliers fortunés ou non, c'était l'occasion d'acheter un « morceau d'Histoire », tout en réalisant une plus-value.

Sauf que le système n'était en réalité pas si idyllique. Bien souvent, le prix auquel Aristophil revendait ses manuscrits aux particuliers avait augmenté par rapport à sa valeur d'achat. Or, le prix était déterminé par une expertise de la société ou d'un expert mandaté par ses soins. Selon le journal Libération, une correspondance d'Albert Einstein qui avait été achetée par la société 560.000 € aux enchères en 2002 avait ainsi été revendue 12 millions d'euros à 400 épargnants en copropriété.

Une société qui se donnait les moyens d'avoir l'air sérieuse

La société Aristophil avait de quoi attirer les épargnants : les manuscrits acquis étaient bien réels et pouvaient faire rêver les amateurs d'Histoire et de patrimoine.

La collection était composée de courriers d'illustres personnages historiques (Napoléon, Henri IV, Marie-Antoinette, Staline, testament de Louis XVI...), d'œuvres d'art (Picasso, Gauguin, Renoir...), cartes de la Renaissance, écrits littéraires (poèmes d'Hemingway, manuscrits de Céline...)... Une des pièces maîtresses était le « rouleau de la Bastille » du Marquis de Sade. Le tout était exposé dans le VIème arrondissement de Paris dans le « musée des lettres et manuscrits », créé par la société.

A ce jour, la collection de manuscrits d'Aristophil reste la plus importante au monde. Pour les épargnants, cette réalité a probablement contribué à masquer un peu plus le fait qu'ils les achetaient trop cher. Même aujourd'hui, en regardant le film promotionnel de la société sur Youtube (toujours disponible en ligne), il est difficile d'imaginer qu'en réalité toute cette affaire n'était qu'une supercherie.
Le société y bénéfice en effet de témoignages de personnalités inspirant confiance, comme Patrick Poivre d'Arvor, un avocat et un expert près de la cour d'appel de Paris, qui n'ont probablement pas non plus décelé les failles du systèmes.

L'alerte de l'AMF puis la chute d'Aristophil

Plusieurs facteurs ont cependant fini par attirer les soupçons de la justice. D'une part, un probable conflit d'intérêts puisque la société Aristophil était à la fois acheteuse, évaluatrice et revendeuse. D'autre part, la déconnexion entre la valeur d'achat publique en vente aux enchères et la valeur de revente aux épargnants. Ensuite, le montage compliqué (devenir propriétaire de manuscrits en indivision...). Et enfin, une promesse de rendement alléchante, alors que rien ne peut garantir la plus-value dans le temps, que ce soit pour un produit financier classique ou sur n'importe quel support de placement atypique.

En 2012, l'Autorité des Marchés Financiers lançait plusieurs alertes. Le gendarme de la finance avertissait les épargnants de la dangerosité de l'investissement dans les manuscrits, mais également le vin, les timbres, les diamants...

En 2015, c'est la chute. Gérard Lhéritier, le fondateur d'Aristophil, est mis en examen pour escroquerie en bande organisée. Un système de pyramide de Ponzi est soupçonné (comme celui utilisé par Madoff aux États-Unis) : en plus d'une éventuelle surévaluation des manuscrits à son profit, Aristophil pourrait avoir versé un rendement aux premiers investisseurs grâce à l'argent investi par les nouveaux entrants. Si elle était avérée, l'escroquerie pourrait s'élever à près de 1 milliard d'euros et concerner 18 000 épargnants. Deux procédures judiciaires sont ouvertes et devraient durer plusieurs années. La justice devra se prononcer sur l'existence ou non de l'escroquerie soupçonnée.

En 2017, un premier jugement a autorisé la mise en vente aux enchères de toute la collection d'Aristophil. Les maisons de vente Aguttes, Artcurial, Drouot Estimations et Ader-Nordmann, réunies sous le sigle OVA (Opérateurs de Vente Aristophil), ont été chargées d'organiser la cession des 130 000 manuscrits. Celle-ci devrait s'étaler sur plus de 6 ans.

Gérard Lhéritier, le fondateur d'Aristophil, avait été poursuivi puis innocenté par la justice en 2013 dans une affaire d'abus de confiance concernant la revente de timbres monégasques entre 1989 et 1996.

Des ventes loin de permettre aux épargnants de récupérer leurs fonds

En 2018, les 14 premières ventes avaient pu dégager 26,4 millions d'euros. Début avril, une nouvelle vente a permis d'engranger 5 millions d'euros supplémentaires. Parmi les biens vendus, un tableau de Pierre-Auguste Renoir adjugé 494.000 euros et une signature de Picasso vendue 27.300 euros, alors qu'elle n'était estimée que 1500. Mais cela reste une somme bien mince comparé à l'argent investi par les épargnants.

Le problème est que leur valeur réelle des pièces est loin d'être équivalente au prix que les épargnants ont déboursé. Les premières ventes aux enchères sont plutôt décevantes pour les épargnants, puisque les manuscrits partent à des prix nettement inférieurs à ce qu'ils ont été payés. Certaines personnes disent avoir été ruinées dans cette affaire, puisqu'elle y ont investi toutes leurs économies.

L'État souhaite récupérer des pièces, au grand dam des épargnants

Pour les investisseurs, un nouveau problème se profile. La valeur historique et patrimoniale de certaines pièces réunies par Aristophil intéresse également les archives de l'État Français, qui souhaite les récupérer. Plusieurs ministères revendiqueraient environ 1000 lots, dont le testament de Louis XVI ou des courriers de Napoléon Ier.

Mais l'État ne compte pas payer pour récupérer ces trésors, ce qui pose un problème pour l'indemnisation des épargnants. Le code du Patrimoine autorise en effet les autorités à revendiquer gratuitement tout manuscrit d'une personne public écrit dans le cadre de ses fonctions publiques. Un coup dur pour les particuliers, qui disposent néanmoins d'un argument pour se défendre... à condition d'ouvrir une nouvelle procédure en justice. En effet, les manuscrits sont déjà passés une première fois aux enchères publiques sans avoir été revendiqués par l'État.

Une affaire similaire avec Signatures - Artecosa ?

Parfois surnommée la « cousine d'Aristophil », la société Signatures proposait elle aussi à des épargnants d'investir dans des manuscrits avec un rendement qualifié « d'intéressant ». La société proposait également de « constituer des collections ».

Entre 2014 et 2016, elle aurait convaincu 650 clients et généré 25 millions d'euros de chiffres d'affaires selon l'Autorité des Marchés Financiers. La société a été mise en liquidation judiciaire fin 2018. Son président a été condamné à 50.000 euros d'amende et interdit d'exercer l'activité d'intermédiaire en biens divers.

L'investissement dans l'art, les manuscrits, le vin et tout autre type de bien atypique doit toujours être envisagé comme un placement extrêmement risqué. Rien ne peut garantir une appréciation dans le temps, puisqu'elle dépend de l'offre et de la demande mondiale.

Pour éviter les écueils, quelques principes doivent être respectés. Premièrement, n'investir que des sommes dont on n'a pas besoin et faire des recherches sur le prix réel des biens ou objets qui sont proposés. De même, il est déconseillé de faire systématiquement confiance aux intermédiaires sans prendre des informations de son côté, et vérifier leur immatriculation auprès des autorités compétentes. Ne cédez jamais au chant des sirènes : rien ne peut garantir un bon rendement dans le temps et le produit d'investissement miracle n'existe pas. 💬1 commentaire(s)

Article noté  4.5/5 (29 avis) -
 
Réagir et laisser un commentaire




*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site


nacoda
Merci pour votre excellent article. Permettez-moi de compléter la situation avec les Intermédiaires en Bien Divers.
Notons que la Loi Sapin 2 de décembre 2016 a donné les pouvoirs à l'AMF de prendre le contrôle et de réguler les Intermédiaires en Biens Divers (investissement dans la foret, les diamants, le vin, les manuscrits anciens...). L'AMF a donc fait publier en mai 2017 au JO les conditions nécessaires dans le cadre des articles L-550-1 et L-550-3 de Code Monétaire et Financier.
A ce titre, seules les entreprises qui ont déposé et fait enregistrer leurs notes d'information par l'AMF sont autorisées à démarcher la clientèle en France.
L'AMF publie désormais depuis le 1er décembre 2019 une liste noire et une liste blanche afin de permettre aux épargnants de connaitre les sociétés agréées. Attention tout de même, un agrément AMF n'est pas une garantie de succès accordée à l'opération proposée.

10:17

  Répondre 




Newsletter ideal-investisseur.fr


Brèves

  • Épargne • Linxea adopte la souscription 100% en ligne Linxea annonce avoir adopté la signature électronique CertEurope et avoir doublé les souscriptions d'assurance vie en ligne. Le passage par un dossier papier n'étant plus nécessaire, la société indique avoir augmenté son taux de transformation de 30%. 09/04
  • Entreprises • Nouvelle acquisition pour une SCPI de PAREF Paref Gestion annonce avoir signé l'acquisition d'un nouvel actif de bureaux à Marseille pour le compte de la SCPI Interpierre France. Acquis pour un montant de 4,6 M?, cet immeuble de 1 856 m2 comprend 39 places de parking. 04/04
  • Finance numérique • Koregraf annonce un nouveau succès Le spécialiste du crowdfunding immobilier déclare avoir remboursé 699 627 euros aux investisseurs ayant participé au financement des programmes immobiliers My Park (Loiret) et Le Titan (Var), avec un rendement annuel brut de 8% après 12 et 15 mois d'investissement. La société a finalisé 42 projets depuis 2014. 02/04
  • Placements • Swiss Life AM - Real Estate France achète 5 commerces en Espagne et en Allemagne. Ils seront alloués au fonds luxembourgeois Swiss Life REF (LUX) European Retail SCS, SICAV-SIF. 11/03
  • Art • Le Groupe Arcange crée Art'ange pour soutenir la création artistique émergente, signant la charte « 1 immeuble, 1 ?uvre » du Ministère de la Culture. L'objectif est d'intégrer l'oeuvre d'un artiste vivant dans chaque futur projet immobilier. 08/03
Rechercher un article