ideal investisseur
Le magazine qui donne du sens à votre argent
twitter @idealinves instagram Facebook @idealinves
SOUTENIR LE MAGAZINE
(don défiscalisé)
ideal-investisseur.fr
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    business

BlackRock pèse désormais plus de 8100 milliards d'euros

Le plus gros gestionnaire d'actifs du monde a collecté près de 65 milliards d'euros au 3ème trimestre.

Temps de lecture : 2 minute(s) - Par | Mis à jour le 14-10-2021 10:31 | Publié le 14-10-2021 09:26
Photo : Shutterstock  

Partager

Des résultats meilleurs que prévu

BlackRock a dévoilé des résultats meilleurs que prévu par les analystes au troisième trimestre. Le premier gestionnaire d'actifs du monde a vu son bénéfice net bondir de 23% à 1,68 milliard de dollars, soit 10,89 dollars par action. Il est ressorti à 10,95 dollars corrigé des éléments exceptionnels, dépassant le consensus s'élevant à 9,35 dollars. Dans le même temps, son chiffre d'affaires a augmenté de 16% à 5,05 milliards de dollars, là où le marché visait 4,9 milliards de dollars.
Le bénéfice opérationnel du gérant d'actifs a augmenté de 10% à 1,935 milliard de dollars, ce qui lui permet d'afficher une marge opérationnelle de 38,3% contre 40,2% au troisième trimestre 2020.

Le montant des actifs sous gestion de BlackRock a bondi de 21% pour atteindre 9463 milliards de dollars (8100 milliards d'euros), là où le marché anticipait 9640 milliards. Il a enregistré une collecte de 75,3 milliards (environ 65 milliards d'euros) contre 128,7 milliards un an plus tôt.

Sa plateforme de fonds indiciels cotés (ETF) iShares a en particulier attiré près de 58 milliards de dollars (50 millions d'euros) et affiche 3038 milliards de dollars (2615 milliards d'euros) d'actifs sous gestion. iShares représente 32% des actifs sous gestion de BlackRock.





Blackrock : une position dominante qui fait naître des polémiques

Le terme "actifs sous gestion" représente l'argent investi par d'autres fonds d'investissement et des particuliers (souvent de manière indirecte) dans les produits financiers gérés par Blackrock. Ces derniers investissent à leur tour dans des actions ou des obligations. Par exemple, un épargnant peut investir chez Blackrock s'il choisit une unité de compte gérée par cette société financière au sein de son assurance-vie ou de son plan d'épargne retraite. Elle peut prendre la forme d'une SICAV*, qui va à son tour investir dans des actions d'entreprises cotées en bourse.

Selon une étude d'Euronext, Blackrock était propriétaire de 1,9% du CAC40* en 2017. En 2018, elle détenait également 32 milliards d'euros de la dette française, selon Marianne, soit environ 1,5% de son montant total.

Blackrock est régulièrement sous le feu des critiques. La puissance financière que le gérant de fonds a acquise le rend influent dans l'économie. A titre de comparaison, le montant des actifs qu'elle gère représente 4,1 fois le PIB * de la France en 2020.

Au niveau mondial, Blackrock est régulièrement accusée de contribuer au réchauffement climatique car la société investit dans les énergies fossiles. En 2020, elle a répondu à ces critiques en déclarant que les critères environnementaux seraient désormais un objectif clé lors des décisions d'investissement.

En France, elle a été accusée de faire du lobbying au sujet de la réforme des retraites lancée en 2018 et de la loi Pacte créée 2019, celle qui a mis en place le plan d'épargne retraite. La polémique a notamment été renforcée par la publication d'un communiqué de presse intitulé "Loi Pacte : le bon plan retraite" sur son site. Blackrock ne s'est en effet jamais caché d'être positionné sur le marché des retraites complémentaires facultatives, ce qui, selon son ancien PDG, est « dans l'ADN » de la société.

De vives critiques ont aussi été formulées lorsque la Commission européenne a confié à Blackrock une mission de surveillance des banques de l'UE, alors que la société américaine est actionnaire d'un certain nombre d'entre elles. En novembre 2020, un rapport de la médiatrice de l'Union a estimé que le risque de conflit d'intérêts n'avait pas été correctement évalué. Quelques mois plus tôt, des députés européens avaient réclamé une enquête, craignant que le géant américain ne s'immisce dans le processus décisionnel.






   


Envie d'ajouter un commentaire ? De poser une question ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !