ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Placements financiers : comprendre les ETF (ou « trackers »)

| Publié le 09-12-2019 16:28 | Mise à jour le 09-12-2019 17:11
Placements financiers : comprendre les ETF (ou « trackers »)
Crédit(s) photo(s) :  

Les fonds indiciels, autrement nommés ETF ou Trackers, ont le vent en poupe. Et pour cause : répliquant un indice boursier, ils sont assez simples à comprendre et permettent d'investir sur les marchés financiers à moindre coût. Attention cependant à bien cerner les enjeux de ce type de supports avant d'investir.

Carte d'identité des ETF

Somme pour démarrer :
Durée de placement :
Disponibilité des fonds :
Risque :
Rentabilité potentielle :
Avantage fiscal :
Faible
Long terme
Variable
Elevé
Variable
Non

L'avantage de la diversification

Investir sur les marchés financiers requiert, plus que dans d'autres domaines, d'opérer une diversification stratégique de ses placements. Que l'on investisse sur le marché primaire ou le marché secondaire, il peut être notamment conseillé s'agissant de l'achat de titres vifs, d'effectuer une répartition catégorielle : énergie, transport, santé... Celle-ci pourra être combinée à une ventilation par zone géographique : actions françaises, actions européennes, actions internationales.

La gestion collective offre aux épargnants investisseurs la possibilité de faciliter la diversification de leurs investissements. Un OPCVM se définit comme un portefeuille de titres diversifié géré en fonction d'objectifs de sécurisation du capital et de performance. Les « Exchange Traded Funds » (ETF) sont quant à eux des véhicules financiers qui relèvent de la même philosophie. À ceci près que leur actif sous-jacent est un indice boursier représentatif d'un panel de valeurs présentant des caractéristiques communes. Acheter des ETF est un moyen relativement simple d'investir sur les marchés, mais il est, au préalable, primordial de bien comprendre le fonctionnement de ce type de placement.

A lire également : Investir dans l'or : comment ça marche ?


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


Qu'est-ce qu'un « ETF » ou « tracker » ?

Le plus souvent désigné sous le nom de « tracker », un ETF est donc un fonds indiciel qui réplique, à la hausse comme à la baisse, l'évolution d'un indice boursier tel que le CAC 40 (40 plus grosses capitalisations françaises), le S&P 500 (500 grandes entreprises des Américaines) ou le MSCI World (performance des marchés boursiers de pays économiquement développés). Ces indices actions correspondent à des valeurs d'entreprises cotées en bourse.

Les parts d'ETF sont des titres financiers émis par des sociétés de gestion et bénéficiant d'un agrément AMF (autorité des marchés financiers). À la différence des OPCVM classiques dont le portefeuille est l'objet d'arbitrages permanents par leurs gestionnaires, ces fonds indiciels sont, pour la plupart, gérés de manière passive puisque leur seule fonction sera de suivre l'évolution d'un indice existant.

Pour illustrer ce propos, prenons l'hypothèse de l'achat d'un ETF représentatif de l'indice CAC 40. Imaginons que vous ayez investi sur ce support en début d'année puis que vous l'ayez cédé 12 mois plus tard. La performance de l'indice sur cette période vous sera acquise. Cela peut être évidemment une plus-value comme une perte. Dans chaque cas, il la performance sera la réplication exacte de l'évolution du CAC 40 entre votre date d'achat et votre date de vente.

Il existe des trackers sur tout type d'indices : géographique (pays émergents...), thématiques (eau, santé, biotech...).



Connaître les différents types d'ETF

Pour répliquer un indice, plusieurs méthodes existent. La première est la plus simple : nommée réplication physique ou directe, il s'agit pour l'ETF d'acquérir l'ensemble des titres composant l'indice dans des proportions identiques.

Une deuxième méthode consiste à reproduire l'indice mais en échantillonnant les sous-jacents qui le composent. Ainsi l'ETF détient seulement une partie des titres de l'indice, mais avec une sélection suffisamment fine pour que son évolution s'en rapproche au maximum. Cette réplication partielle est notamment mise en oeuvre dans le cas où le nombre de titres est trop important pour permettre un suivi réel, ou lorsqu'un certain nombre de titres ne sont pas suffisamment liquides. Avec ce type de trackers apparaît le risque de voir s'écarter la valeur de l'ETF et celle de l'indice.

La troisième méthode consiste à répliquer l'indice de façon indirecte ou synthétique. Dans ce cas, la composition de l'ETF s'éloigne encore plus de celle de l'indice d'origine. Le support financier est alors composé d'actifs sans lien avec l'indice mais sevrant à le consolider ou à le rendre plus liquide, et de swap pour les couvrir. Globalement, il s'agit d'un produit complexe, dont l'objectif est de reproduire la performance de l'indice de base sans pour autant être composé des mêmes actifs.

Souvenez-vous que plus la complexité d'un produit financier est grande, plus risque lié va être élevé.

En quoi peut-il être avantageux de souscrire un ETF ?

La souscription d'un ETF permet à un investisseur un accès simplifié aux marchés financiers. Plus de 750 ETF représentatifs d'autant d'indices boursiers sont accessibles sur le marché EURONEXT (la bourse de Paris). Il s'agit d'un outil très efficace de diversification. Il existe en effet toutes sortes d'ETF à thèmes qui permettent d'investir sur un secteur d'activité, sur un panel d'actions internationales ou sur une zone géographique.

Autre différence notoire avec un OPCVM classique dont la cotation est généralement hebdomadaire, les ETF sont côtés en continu de la même manière que l'indice qu'ils répliquent. Sur le marché EURONEXT, les ETF sont ainsi négociables comme les actions entre 9 heures et 17 heures. Leur cours évolue tout au long de la journée. Les ordres d'achats ou de ventes passés sur ces produits sont similaires à ceux que l'on transmet pour acheter ou vendre une action. Ils peuvent être exécutés instantanément ou lorsqu'une limite de cours que vous avez définie dans votre ordre est atteinte.

Dans tous les cas, l'investissement dans les trackers devrait rester l'apanage des particuliers qui souhaitent diversifier leur portefeuille et qui sont en mesure d'investir des sommes dont ils n'ont pas besoin. D'une part, car il s'agit d'un investissement de long terme comme la plupart des investissements financiers. D'autre part, car les variations éventuellement baissières peuvent leur faire perdre de l'argent.

Les ETF : des produits financiers attractifs à frais réduits ?
Investir sur des ETF permet de bénéficier de frais de transactions réduits. L'absence de gestion active comme dans le cas d'un OPCVM classique exempt ce type de produit des frais de gestion qui sont généralement imputés sur la valeur nominale d'une part de SICAV ou de FCP. L'achat ou la vente d'un ETF ne sont pas soumis à des droits d'entrées ou de sorties.

Quels sont les risques des ETF ?

Comme tout placement financier, les ETF exposent à des risques de perte en capital. Ceux-ci s'attachant à reproduire les variations d'un indice, ils peuvent varier à la hausse ou à la baisse dans les mêmes proportions. Certains trackers à « effet de levier » peuvent aussi mener à des pertes plus élevées que les sommes investies, celles-ci étant financées au moyen d'un crédit. Prudence donc. Soyez certain de bien comprendre dans quoi vous investissez avant de vous lancer.

Certains ETF sont achetables en devises étrangères. Dans ce cas, un nouveau risque entrant en jeu est celui de la variation des cours des monnaies. D'autre part, il peut arriver que les variations d'un ETF s'éloignent de celles de son indice de référence. Cela peut par exemple être le cas si le trackers suit un grand nombre de valeurs.

Enfin, méfiez-vous des ETF qui semblent trop originaux, ceux-ci pouvant drainer peu d'acheteurs et peu de vendeurs, ils pourraient notamment être difficiles à revendre à terme.

Sur le même thème : Comprendre les OPCI avant d'investir

Comment investir dans des ETF ?

Pour acquérir les parts d'un ETF, vous devez faire appel à un intermédiaire financier. Il peut simplement s'agir de votre banque ou d'un conseiller professionnel.

Ensuite, un ETF peut être logé dans un Plan d'épargne en Actions (PEA), un compte titre ordinaire (CTO) ou une assurance-vie multisupport (dans ce cas, attention à bien vérifier que votre contrat en propose sous forme d'unités de compte). L'acquisition d'un ETF au sein d'un PEA pourra être à privilégier eu égard la fiscalité avantageuse de cette enveloppe.

Mais attention : si il s'agit de produits financiers apparemment relativement simples à comprendre, les ETF peuvent être très divers, certains revêtant une certaine complexité. Comme l'Autorité des Marchés Financiers le rappelle souvent dans le cadre de la protection des épargnants, n'investissez que dans ce que vous comprenez. D'autre part, ne perdez jamais de vue vos objectifs patrimoniaux et les risques que vous êtes prêts à prendre avec l'argent que vous allez investir. N'entrez jamais dans une logique de pari, fortement délétère en matière de finance.

Comme chaque produit financier distribué en France, les ETF disposent de documents légaux dans lesquels vous trouverez les informations nécessaires. Il s'agit notamment du document d'information clé pour l'investisseur (DICI) et du prospectus.

A lire également : Arnaques : attention au FOREX et au trading en ligne
Trader : les coulisses du métier


Soutenez notre indépendance !

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire ideal-investisseur.fr et nous vous remercions. Pour nous aider à vous offrir un contenu gratuit tout en conservant notre indépendance, vous soutien est précieux. Vous pouvez désormais nous soutenir en faisant un don défiscalisé. Cela ne prend qu’une minute !



Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à commenter :


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site




Mieux comprendre l’article

Les mots soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

Autorité des Marchés Financiers (AMF) :
L'AMF (Autorité des Marchés Financiers) est chargée de réguler les acteurs de la finance. Parmi ses principales missions, l'institution créée les règles à respecter, surveille les acteurs, autorise la mise sur le marché de produits financiers, sanctionne ceux qui ne respectent pas les règles, et informe les épargnants.

CAC40 :
Le CAC 40 est un indice boursier qui regroupe les 40 entreprises françaises cotées en bourse ayant la plus grande capitalisation. « CAC » signifie « Cotation Assistée en Continu ». L'indice est aussi un indicateur de l'évolution économique des grandes entreprises françaises.

Société de gestion de portefeuille (SGP) :
La société de gestion de portefeuille est une société financière dont le rôle est de gérer de l'argent pour son compte ou pour le compte d'investisseurs et d'épargnants. Elle peut par exemple créer des produits financiers (SCPI, OPCI, fonds...), vendre leurs parts à des particuliers ou des professionnels, et procéder à des investissements. Cette activité est réglementée par l'Autorité des Marchés Financiers.

Swap :
Un swap (qui signifie « échange ») est un contrat établi entre deux parties. Il a pour objectif d'échanger un flux financier avec un autre flux, à une échéance donnée. Il existe différents types de swaps, en fonction du sous-jacent : taux, devises, actions, matières premières... Les swaps sont souvent utilisés pour couvrir une position financière.

Titre vif :
Un titre vif désigne un actif financier qui est détenu en direct par une personne physique ou morale (une entreprise, un fonds...). Il peut être négocié sur les marchés ou de gré à gré. L’expression désigne le plus souvent une action. Par opposition, les fonds ou OPCVM ne sont pas des titres vifs.