ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Coronavirus : vers une crise financière et un changement de paradigme ?

| Publié le 09-03-2020 18:11 | Mise à jour le 11-03-2020 13:46
🏠 Accueil   ➤    Economie
Coronavirus : vers une crise financière et un changement de paradigme ?
Crédit(s) photo(s) : © Shutterstock  

KRACH BOURSIER.- Le CAC 40 a perdu 22 % depuis le 20 février, dont 8,39 % ce lundi. Wall Street a ouvert en panique telle que les cotations ont été momentanément suspendues. Les plus grandes places boursières de la planète chutent, le cours du baril de pétrole s'effondre. Il s'agit de la pire baisse depuis la crise de 2008.

Des conséquences économiques « sévères »

Les mesures prises par la Chine et l'Italie pour faire face à l'épidémie de Coronavirus sont sans précédent. En confinant plusieurs dizaines de millions des personnes, les deux pays ont fait le choix du ralentissement brutal de leur économie.

En limitant les mesures de confinement, la France tente de contenir au mieux les conséquences sur son économie. Le simple fait de fermer les écoles à titre préventif priverait par exemple les entreprises d'une partie de leurs effectifs. La conséquence serait une réduction de la production, en plus de l'instauration d'un climat encore plus délétère pour la consommation de biens et de services. Mais le climat devient pesant au fil des jours et le passage au « stade 3 » semble être inexorable.

Selon le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, la croissance économique sera « sévèrement » impactée par cette crise. Alors que l'épidémie n'est que dans sa phase ascendante, les économistes ont déjà revu leurs prévisions à la baisse. Ils estiment que la croissance française sera comprise entre 0,7 % et 1,1 % en 2020, au lieu de 1,3 %.

Certains secteurs économiques sont particulièrement en souffrance. C'est par exemple le cas de l'évènementiel, du tourisme et de l'hôtellerie-restauration. Beaucoup d'évènements sont annulés ou reportés (salons du livre, Mipim, matchs de football tenus à huis clos, spectacles annulés...). C'est autant de manque à gagner pour les entreprises, dont certaines voient déjà leur survie mise en jeu.


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


Chute des marchés financiers et du cours du pétrole

Avec la crise du Coronavirus, les investisseurs perdent progressivement confiance en l'avenir. Ils désinvestissent en masse des marchés financiers, provoquant la baisse des cours de bourse. Cette baisse est ensuite amplifiée par le retrait d'un autre type d'investisseurs : ceux qui voient les cours chuter et qui coupent leurs positions par peur de perdre davantage d'argent.

Au-delà de la crainte du ralentissement des économies locales et de ses impacts sur l'activité et la rentabilité des entreprises, plusieurs indicateurs sont au rouge. A commencer par le coup de frein subi par l'économie chinoise, moteur de la croissance mondiale déjà mis à mal depuis quelques mois. Vient s'ajouter la chute du cours du pétrole engendré par la baisse de la demande chinoise. Une guerre des prix fait désormais rage entre l'Arabie Saoudite et la Russie, deux des principaux pays producteurs.

Aujourd'hui, la crainte est de voir naître une nouvelle crise financière, suivie d'une crise économique.

A lire également : Coronavirus : la Banque Centrale Européenne se dit prête à agir



Crise économique : des conséquences en cascade

La contagion à l'économie réelle peut être rapide après un krach boursier. Les pertes financières massives liées à la chute des cours provoquent une spirale de désinvestissement, sur les marchés boursiers comme au sein des entreprises.

La dégradation du climat général de confiance peut engendrer une modification du comportement des agents économiques. Schématiquement, face aux incertitudes, les ménages et les entreprises préfèrent épargner. Ils diffèrent leurs achats ou leurs investissements et consomment moins. La demande de produits et de services ralentit. Les carnets de commande se vident, la production baisse, les entreprises embauchent moins et le chômage progresse.

A découvrir : Coronavirus : faut-il craindre ses effets sur les investissements ?

Vers un changement de système économique ?

La crise sanitaire engendrée par le Coronavirus apporte avec elle une prise de conscience qui pourrait provoquer des changements économiques profonds.

Elle fait d'abord prendre conscience d'une trop grande dépendance de l'économie européenne à la Chine. Usine du monde, la mise en quarantaine de villes entières a provoqué une pénurie de matières premières. Y compris pour des produits stratégiques comme les médicaments : 60% du paracétamol mondial est produit en Chine.

Elle a aussi mis en évidence l'étroite corrélation entre activité économique et lutte contre le réchauffement climatique. Selon CarbonBrief, la Chine a vu ses émissions de CO2 baisser de plus de 25% durant les deux premières semaines de février. Les teneurs en dioxyde d'azote sont inférieurs de 36% à l'année dernière.

Au moment de tirer des conclusions sur cette crise majeure, ces deux constats sont à même de faire revoir leur stratégie aux investisseurs et aux États. Le premier mouvement pourrait être celui d'une tendance à la relocalisation des industries stratégiques. Le second sera peut-être une accélération des investissements « durables ». Le tout pouvant faire changer de paradigme économique.

A moins que tout cela ne soit rapidement oublié, une évènement chassant l'autre.


Soutenez notre indépendance !

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire ideal-investisseur.fr et nous vous remercions. Pour nous aider à vous offrir un contenu gratuit tout en conservant notre indépendance, vous soutien est précieux. Vous pouvez désormais nous soutenir en faisant un don défiscalisé. Cela ne prend qu’une minute !