ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Une crise financière éclatera avant 2025, d'après les investisseurs institutionnels

| Publié le 18-12-2019 12:01 | Mise à jour le 05-03-2020 15:32
🏠 Accueil   ➤    Economie
Une crise financière éclatera avant 2025, d'après les investisseurs institutionnels
Crédit(s) photo(s) : © Shutterstock  

Le spectre d'une nouvelle crise ne semble pas s'éloigner. Selon une étude de Natixis IM, 83% des grands investisseurs s'attendent à une crise financière d'ici 2025, voire même 2023. Pour autant ces anticipations ne modifient pas leurs stratégies d'investissement.

Une conjoncture internationale qui ne rassure pas

Plus de 10 ans se sont écoulés depuis la pire crise économique et financière qu'ait connue le monde depuis la Grande Dépression des années 1930. Très régulièrement, investisseurs et professionnels prédisent la prochaine crise, qui semble pour la plupart inéluctable. L'important ne serait pas de savoir si elle va bien arriver, mais quand elle va arriver.

Selon une étude menée par Natixis IM auprès de 500 fonds d'investissement et assureurs sur 4 continents, 83% des investisseurs institutionnels pensent qu'elle interviendra avant 2025, voire même 2023 pour 69% d'entre eux.

Les sources potentielles d'inquiétude ne manquent pas pour 2020. A commencer par le niveau de la dette publique, cité par près de 9 investisseurs sur 10. La volatilité accrue sur les marchés, les taux historiquement bas qui maintiennent les économies sous perfusion sans pouvoir enrayer le ralentissement mondial et les tensions politiques et commerciales sont aussi mentionnés comme facteurs de risques. Certains investisseurs évoquent également les bulles créées sur certains actifs, comme le private equity ou l'immobilier.

Pour 64% des répondants, les élections américaines de 2020 seront une source de volatilité accrue sur les marchés financiers. Les problèmes d'ingérence étrangère devenant également un problème pour près de 7 investisseurs sur 10.


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


Une volatilité accrue et un risque d'anticipation qui pourrait déstabiliser les marchés

Pourtant, 2019 n'aura pas été une mauvaise année financière. Les indices principaux ont enregistré des hausses importantes, le Dow Jones affichant +21%, le Nasdaq +30% et le CAC 40 et l'EuroStoxx50 +25% depuis le début de l'année.

Mais la fin d'année 2018 avait été éprouvante sur les marchés, avec un mois de décembre particulièrement contre-performant. Le Dow Jones avait enregistré son plus mauvais mois depuis la Grande Dépression, le CAC 40 avait plongé de 11%. Ce contraste ne peut que remémorer que le climat reste instable et que les choses peuvent vite basculer.

Pour 2020, l'étude de Natixis IM révèle que 77% des investisseurs redoutent une plus grande volatilité sur les marchés actions et 62% sur les marchés obligations. Or, ces grands investisseurs représentent la somme colossale de 15.000 milliards de dollars d'actifs sous gestion. Au-delà de la finance et de l'économie, n'oublions pas que les évolutions boursières tiennent aussi à la psychologie et aux anticipations de ces investisseurs. Si la majorité craint une chute des cours et agit en conséquence, la baisse peut vite devenir une réalité et enclencher un effet boule de neige.

Les investisseurs soulignent d'ailleurs cet aspect du risque d'anticipation, mais à travers leurs craintes concernant les comportements des petits porteurs. 75% des institutionnels s'inquiètent ainsi de la réaction des particuliers face aux risques accrus, qui pourraient les amener à vendre massivement leurs actifs par peur d'une baisse. Un comportement qui pourrait précisément amorcer un mouvement baissier. Selon près de 8 investisseurs institutionnels sur 10, « les particuliers ne comprennent pas leur propre tolérance au risque » et ont « des attentes de rendement irréalistes. »

46% des investisseurs interrogés pensent que le cours des crypto-actifs va baisser fortement. Connu pour sa volatilité puisqu'il reste purement spéculatif, le Bitcoin s'est envolé en 2019, passant les 10.000 dollars cet été.



Les institutionnels ne comptent pas changer de stratégie

Malgré les craintes exprimées, les institutionnels ne comptent pas changer leurs stratégies d'investissement en profondeur. Ils déclarent continuer à investir notamment sur les taux, les actions et les actifs alternatifs comme l'immobilier et le private equity.

Ils déclarent cependant privilégier la gestion active, qui consiste à choisir ses supports de façon très sélective. La gestion passive, c'est-à-dire l'investissement dans des fonds indiciels dont l'objectif est de reproduire la performance d'un indice (ETF), présente même un risque à leurs yeux. Pour 64% des répondants, elle amplifierait la volatilité des marchés.

Pour les particuliers, dans ce contexte d'accroissement des risques et d'anticipations assez négatives, il vaudra mieux rester prudent en 2020 en diversifiant ses investissements.

A lire également : Investir en bourse dans l'immobilier avec les SIIC


Soutenez notre indépendance !

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire ideal-investisseur.fr et nous vous remercions. Pour nous aider à vous offrir un contenu gratuit tout en conservant notre indépendance, vous soutien est précieux. Vous pouvez désormais nous soutenir en faisant un don défiscalisé. Cela ne prend qu’une minute !



Mieux comprendre l’article

Les mots soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

CAC40 :
Le CAC 40 est un indice boursier qui regroupe les 40 entreprises françaises cotées en bourse ayant la plus grande capitalisation. « CAC » signifie « Cotation Assistée en Continu ». L'indice est aussi un indicateur de l'évolution économique des grandes entreprises françaises.

ETF (Exchange Traded Funds) :
Les ETF sont des organismes de placement basés sur des indices. Ces titres financiers suivent les performances d’un panier d’actions sur une thématique particulière.

NASDAQ :
Le NASDAQ, ou "National Association of Securities Dealers Automated Quotations" est la bourse des valeurs technologiques. C’est le deuxième plus important marché d'actions des États-Unis en volume traité, juste derrière le New York Stock Exchange (NYSE).

Private equity :
Le Private Equity est une activité financière qui consiste à investir dans des entreprises non cotées en bourse. L'objectif est de financer le lancement ou le développement de ces entreprises sur une période limitée (5-10 ans), et de revendre ses parts afin de réaliser une plus-value.