ideal investisseur
Le magazine qui donne du sens à votre argent
twitter @idealinves instagram Facebook @idealinves
SOUTENIR LE MAGAZINE
(don défiscalisé)
ideal-investisseur.fr
Le magazine qui donne du sens à votre argent
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    Économie

Impôts : ce qui a changé depuis le 1er janvier 2021

De nouvelles mesures fiscales sont entrées en vigueur pour les particuliers et les entreprises à compter du 1er janvier.

Temps de lecture : 2 minute(s) - | Mis à jour le 04-01-2021 11:34 | Publié le 04-01-2021 11:24
Photo : Adobe Stock  

Vous lisez cet article sur
logo ideal investisseur

Baisse de la taxe d'habitation

Si 80% des Français sont déjà exonérés, les ménages qui n'ont pas encore bénéficié de la baisse de la taxe d'habitation pour la résidence principale vont voir leurs impôts locaux fondre cette année. Sont concernés les 20% de foyers les plus aisés, qui auront droit à un premier allègement de 30%. La taxe devrait ensuite être définitivement supprimée en 2023.

L'ensemble de cette mesure engendre une économie moyenne de 600€ par foyer, et constitue une baisse de recettes de 17,4 milliards d'euros pour l'État. Attention, car la redevance TV est maintenue.





Augmentation du malus auto

Les voitures les plus polluantes vont être un peu plus pénalisées à l'achat. À partir de 2021, les véhicules qui émettent plus de 138 grammes de CO2 au kilomètre subissent un nouveau malus. Le plafond a aussi été rehaussé de 20.000 à 30.000€. L'année prochaine, un nouveau malus concernant les véhicules de plus de 1,8 tonne ou émettant plus de 133 grammes de CO2 par kilomètre sera mis en place.


Prolongation de la loi Pinel

Contrairement à ce qui était prévu à l'origine, la loi Pinel ne prendra pas fin en 2021. La réduction d'impôt pour l'acquisition d'un logement neuf destiné à la location devrait exister jusqu'en 2024. Toutefois, l'avantage fiscal baissera progressivement à partir de 2023. Le gouvernement souhaite s'orienter vers un dispositif plus « efficient » : il doit remettre au Parlement un rapport présentant des solutions alternatives au printemps. Celui-ci pourrait favoriser les acteurs institutionnels.




Augmentation du malus auto

Les voitures les plus polluantes vont être un peu plus pénalisées à l'achat. À partir de 2021, les véhicules qui émettent plus de 138 grammes de CO2 au kilomètre subissent un nouveau malus. Le plafond a aussi été rehaussé de 20.000 à 30.000€. L'année prochaine, un nouveau malus concernant les véhicules de plus de 1,8 tonne ou émettant plus de 133 grammes de CO2 par kilomètre sera mis en place.




Crédit d'impôt pour installation de bornes électriques

Les ménages peuvent bénéficier d'un nouveau crédit d'impôt de 300€ maximum pour l'installation de bornes électriques destinées à la recharge de leur véhicule à leur domicile. Ce nouvel avantage fiscal remplace en partie le CITE précédemment en vigueur.

Prolongation de la réduction d'impôt pour investissement dans les PME

Les particuliers qui investissent au capital d'une PME bénéficient d'une réduction d'impôt de 25% du montant investi jusqu'à la fin de l'année. Cet avantage était précédemment de 18%, son augmentation ayant été freinée par la Commission européenne.
La réduction d'impôts pour investissement dans les SOFICA (véhicule d'investissement dédié au financement du cinéma) est également prolongée jusqu'en 2023.

Baisse des impôts de production pour les entreprises

Pour les entreprises, la cotisation sur la valeur ajoutée (CVAE), la cotisation foncière (CFE) et la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) sont réduites de moitié. Le taux de plafonnement de la cotisation économique territoriale (CET) est réduit, passant de 3% à 2%.

Baisse de l'impôt sur les sociétés

Le taux d'impôt sur les sociétés va progressivement continuer à décroître dans les années qui viennent. Le taux passe à 26,5% pour les entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 250 millions de euros (contre 28%) et à 27,5% pour les autres (contre 31%). L'objectif est d'atteindre un taux uniforme de 25% en 2022.

Imposition à la TVA des plateformes de e-commerce

À compter du 1er juillet, les plateformes de vente en ligne, telles que Amazon ou Cdiscount, devront payer la TVA pour le compte des entreprises qui vendent par leur intermédiaire. L'inspection des Finances a récemment conclu que 98% des entreprises qui vendent sur ces plateformes ne sont pas immatriculés à la TVA en France. Avec cette nouvelle mesure, l'État entend éviter les fraudes et récupérer quelques milliards d'euros.

Les conséquences du Brexit sur la TVA

La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne a des conséquences en matière de TVA. Le système intracommunautaire n'existe plus, et il n'est donc plus possible d'avoir recours à l'autoliquidation pour les entreprises françaises. Lors d'un achat Outre-Manche, il faudra désormais payer la TVA aux douanes.


Partagez sur les réseaux sociaux !


merci magazine ideal investisseur
merci magazine ideal investisseur

   


Envie de donner votre avis, de poser une question ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !




ideal investisseur magazine banniere