ideal investisseur
Le magazine qui donne du sens à votre argent
twitter @idealinves instagram Facebook @idealinves
SOUTENIR LE MAGAZINE
(don défiscalisé)
ideal-investisseur.fr
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    Économie

Inflation : la hausse n'est que temporaire, selon Christine Lagarde

La présidente de la Banque centrale européenne ne souhaite pas surréagir à une hausse des prix dont les effets « finiront par passer ».

Temps de lecture : 1 minute(s) - Par | Mis à jour le 29-09-2021 11:23 | Publié le 29-09-2021 10:54
Photo : Shutterstock  

Partager

L'Europe et la France font face à regain d'inflation*, porté par une forte hausse des prix de l'énergie et, dans une moindre mesure, des produits de première nécessité. Après une année 2020 atone, de nombreux particuliers voient leur pouvoir d'achat s'éroder.

L'une des missions de la Banque centrale européenne (BCE)* est de maintenir un taux d'inflation global au plus près des 2% par an, afin de stimuler la croissance économique (pour rappel, l'inflation correspond à une hausse générale du niveau des prix). Pour cela, l'institution ajuste la politique économique de la zone Euro, notamment en ouvrant ou refermant le robinet des crédits afin d'agir indirectement sur l'activité économique.

Les décisions en la matière peuvent être lourdes de conséquences. Dans la situation actuelle, Christine Lagarde, la présidente de la BCE, considère que la prudence est de mise.

« Le principal défi est de veiller à ne pas réagir de manière excessive à des chocs d'offre transitoires qui n'ont aucune incidence sur le moyen terme, tout en favorisant les forces positives de la demande qui pourraient faire progresser durablement l'inflation vers notre objectif de 2 % », a-t-elle déclaré lors d'un discours consacré à la politique monétaire. Selon elle, « l'inflation reflète les circonstances exceptionnelles dans lesquelles nous nous trouvons », après la forte récession qui a émergé suite à une année de pandémie.

Pour rappel, la récession* correspond à la contraction de l'économie. Schématiquement, on peut le comprendre comme l'inverse de la croissance économique. En France, le recul du PIB a été conséquent en 2020 : -8,2% selon l'INSEE.

Christine Lagarde a par ailleurs indiqué que la Banque centrale européenne suit attentivement l'évolution de la situation. Pour le moment, elle n'y voit pas de signe inquiétant et considère cet épisode d'inflation comme transitoire. « Nous pensons que ces effets finiront par passer » , a-t-elle conclu.

>> A LIRE : Gaz et électricité : pourquoi les tarifs vont exploser









   


Envie d'ajouter un commentaire ? De poser une question ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !






Mieux comprendre l’article
Les mots marqués d'un * ou soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

Banque centrale :
La banque centrale émet la monnaie d'un pays (ou d'une zone comme la zone Euro) et exécute la politique monétaire définie.

Inflation :
L'inflation peut se définir comme la hausse continue du niveau général des prix.

Une des conséquences de l'inflation est la perte de pouvoir d'achat de la monnaie. Lorsque les prix augmentent, la même quantité de monnaie ne suffit plus pour acheter les mêmes produits.

Par exemple, avec une inflation de 1,8% par an, un produit qui coûterait 100 € en 2019 pourrait coûter 101,8 € en 2020. Il faudrait donc augmenter la quantité de monnaie nécessaire pour acheter le produit.


PIB - Produit Intérieur Brut :
Le PIB, ou Produit Intérieur Brut, est un indicateur économique qui correspond à la richesse produite dans un pays en un an. Il correspond à la somme des productions de biens et de services par les agents économiques vivant dans le pays dont il est question.

Récession :
Selon l'INSEE, un pays entre en récession lorsque la somme de la production créée par son économie recule pendant au moins deux trimestres consécutifs. La récession peut aussi être définie par un ralentissement de la croissance économique.