ideal investisseur
La synthèse de l'actualité économique et patrimoniale
ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    Économie

Salaire brut, net, chargé... Quel est le vrai coût d'un salarié ?

Le salaire net et le salaire brut sont très certainement les ordres de grandeur que l'on évoque le plus souvent dans le monde du travail. Pour autant, il s'agit sans doute de notions très insuffisantes pour mesurer le coût de l'emploi salarié. La rémunération versée à un collaborateur peut ne pas être uniquement constituée de salaire. Il est ainsi de plus en plus fréquent de faire référence à la rémunération globale et de prendre en compte des éléments de salaire indépendants de la feuille de paie.

De surcroît, plusieurs mesures mises en œuvre depuis une quinzaine d'années pour favoriser l'emploi peu qualifié impactent différemment le coût du travail en fonction du niveau de salaire brut. Ainsi, le montant des charges patronales sera modulé à la baisse lorsque le niveau de rémunération brut est inférieur à 1,6 ou 2,5 fois le SMIC.

Par | Publié le 20-02-2020 11:31, Mis à jour le 26-01-2021 09:47
Photo : © Shutterstock  

Le cas général et la décomposition des sommes composant un

Le salaire brut est le résultat de la rémunération nette versée au salarié à laquelle on ajoute la part de cotisations payée par l'employé. Par salaire "chargé", il faut entendre le salaire brut augmenté des charges patronales et des coûts indirects engagés par l'entreprise. Des éléments de rémunérations supplémentaires ou des avantages peuvent également s'ajouter au salaire chargé pour constituer ce que l'on appelle la rémunération globale.

Le salaire brut est soumis à un taux de cotisation d'environ 20 %. Il s'agit de l'assurance vieillesse du régime général, de la CSG et de la CRDS, des régimes complémentaires ARRCO-AGIRC et pour les cadres de la cotisation APEC. Il faut noter que le taux de cotisation salarié a été ramené de 22 à 19 % en 2019, après la suppression de la cotisation chômage (2,4 %) et de l'assurance maladie (0,75 %). Ces mesures se sont traduites par une augmentation du net versé au salarié, mais n'ont pas d'incidence sur le coût salarial global pour l'employeur.

La part des cotisations revenant à l'employeur s'élève dans le cas général à 42 % du salaire brut, mais peut être réduite à 25 % dans certains cas. Ces cotisations concernent l'assurance maladie, l'assurance vieillesse, les allocations familiales, la contribution solidarité autonomie, l'aide au logement, l'assurance chômage, la formation professionnelle et la retraite complémentaire.

Le coût des cotisations patronales est toutefois réduit selon le niveau de rémunération servi. Il faut tout d'abord noter que le CICE a été abandonné fin 2018 et remplacé par une baisse des charges pérennes de 6 % pour les salaires inférieurs à 2,5 fois le SMIC. En outre, à compter du 1er octobre 2019, les allègements de cotisations de 4,05 points bénéficiant aux salaires jusqu'à 1,6 fois le SMIC ont été renforcés. Ces allègements s'appliquent désormais sur les cotisations d'assurance chômage et de retraites complémentaires.

Le salaire chargé englobe également un ensemble de dépenses engagées par l'entreprise pour permettre au salarié d'exercer les missions qui lui sont confiées. Il peut être en effet nécessaire de lui dispenser des formations et de mettre à sa disposition un ordinateur, un téléphone, un véhicule de service. Ces dépenses sont évidemment très variables d'un emploi à un autre et demeurent maîtrisables par l'entreprise.

La notion de rémunération globale sera surtout évoquée dans les grandes entreprises. Celles notamment versant une participation à leurs salariés ainsi qu'un intéressement. Le coût global pour l'employeur dépendra également de ces variables de l'épargne salariale, mais aussi d'autres avantages pouvant relever d'un accord d'entreprise comme un système de prévoyance. Certains salariés et notamment des cadres peuvent en outre bénéficier de véhicules de fonction ou d'indemnités de logement.

A propos de salaires :
La différence entre le salaire moyen et le salaire médian
Selon une étude, les Français souhaitent gagner 375€/mois de plus



Concrètement : comment estimer ce que coûte un salarié à une entreprise ?

Les entrepreneurs doivent apporter une attention particulière à bien intégrer le coût total d'un salarié dans le business plan d'une entreprise. Comment alors est-il possible d'estimer le coût réel des embauches ?
Le montant des charges patronales dans le cas général représente donc 42 % du salaire brut. Les cotisations sociales salariales et patronales s'élèvent à 62 % du traitement brut ou 82 % du salaire net.

Qu'en est-il si l'on rémunère un salarié 4000 euros brut /mois ?
• Salaire brut : 4 000 €
• Salaire net : 3 146 €
• Coût pour l'entreprise : 5 674 €.

Bien sûr, pour évaluer le coût exact d'un salarié, il est nécessaire de connaître exactement son statut, sa rémunération brute annuelle, mais également sa tranche de salaire. La simulation peut être effectuée par les services RH des entreprises qui en disposent, ou par un expert-comptable.

Toutefois, il faut signaler que les différences ne sont pas, à l'heure actuelle, très significatives ni pour le salarié ni pour l'employeur.
Par exemple, pour une rémunération brute de 30.000 euros par an, la différence pour le salarié est de 6 euros nets par mois pour le salarié et 44 euros pour l'employeur.
- Le salarié cadre va percevoir un salaire annuel net avant impôt de 23.306 euros, soit 1.942 euros par mois. Le coût total pour l'employeur sera de 40.967 euros, soit 3414 euros par mois.
- Le salarié non-cadre va percevoir une rémunération annuelle nette avant impôt de 23.352 euros, soit 1946 euros par mois. Le coût total pour l'employeur sera de 40.440 euros par an, soit 3.370 euros par mois.

Il en va de même pour les rémunérations supérieures, pour lesquelles les écarts se situent entre 1 et 3%.
Pour un salarié, la différence entre un emploi de cadre en France ou un poste de non-cadre va cependant au-delà de l'aspect de la rémunération et des cotisations. Ce statut peut aussi avoir des conséquences sur le temps de travail (forfait jour ou heures, récupération...), ainsi que sur l'octroi de divers avantages propres à chaque entreprise. Ceux-ci peuvent être, selon la politique mise en place, meilleurs ou moins bons pour les cadres que pour les non-cadres.

A lire également :
Lire et comprendre sa fiche de paie




Envie d'ajouter un commentaire ? De poser une question ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !



S'abonner à la newsletter