ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Taux négatifs : quels impacts sur le système bancaire ?

| Publié le 01-05-2020 16:46 | Mise à jour le 01-05-2020 17:05
🏠 Accueil   ➤    Economie
Taux négatifs : quels impacts sur le système bancaire ?
Crédit(s) photo(s) :  

Pour la première fois le 18 juin 2019 le taux de l'OAT 10 ans (obligation assimilable du trésor) est passé en territoire négatif. Cela signifie que désormais les investisseurs paient le droit d'acheter de la dette française. Dès 2015, l'Allemagne avait déjà émis des emprunts d'État à taux négatif. D'autres pays dans le monde, comme le Danemark, la Suisse ou le Japon se sont accoutumés à ce phénomène.

L'action des banques centrales n'y est pas étrangère. En zone euro, la BCE (Banque Centrale Européenne) s'est engagée dans une politique monétaire dite non conventionnelle avec pour objectif de juguler le risque déflationniste. Concrètement l'institution s'est lancée dans un programme de rachat massif de dettes et de distribution de prêts à des taux proches de zéro. Mais son action ne s'arrête pas là et s'exerce aussi sur la liquidité des banques commerciales pour les contraindre à prêter davantage. Il en résulte pour celles-ci un effondrement de leurs marges d'intérêt.

Que recouvre exactement la notion de politique monétaire non conventionnelle ?

Une politique monétaire non conventionnelle revient pour une banque centrale à utiliser des outils de régulation inhabituels. Pour contrer les effets de la crise de 2008 et relancer la machine économique, la BCE a choisi de recourir à ces « armes » monétaires non conventionnelles en engageant 3 types de mesures :

• Un programme de TLTRO (Targeted Longer-Term Refinancing Operations) initié dès 2011 a consisté à apporter des sources de refinancement de long terme à faible taux aux banques,
• Le QE (quantitative easing) ou assouplissement quantitatif mis en place à partir de 2015 s'est traduit par des rachats massifs d'actifs publics ou privés ce qui revient aussi à faire de la création monétaire,
• Enfin la BCE, pendant cette période a considérablement abaissé ses taux directeurs jusqu'à les rendre négatifs.

A lire : Les banques vont-elles bientôt taxer les comptes courants ?




En quoi les taux directeurs pratiqués par la BCE influencent-ils l'activité des banques commerciales ?

Les banques ne sont pas tout à fait des entreprises comme les autres, mais elles ont au moins en commun avec tous les acteurs économiques de devoir déposer leurs excédents de trésorerie auprès d'un teneur de compte. Et en définitive, elles n'ont d'autre choix que d'effectuer leurs dépôts auprès de la BCE. Garante de la politique monétaire de la zone euro qu'elle est censée mener en toute indépendance, l'institution impose aux banques commerciales trois taux directeurs :
• Le taux de refinancement
• Le taux de prêt marginal au jour le jour
• Le taux de dépôt au jour le jour

Les 2 premiers taux sont aujourd'hui respectivement fixés à 0 % et 0,25 %. Le taux de refinancement est en quelque sorte le prix que les banques doivent payer auprès de la BCE pour obtenir de la liquidité. Elles prêtent ensuite cet argent aux particuliers et aux entreprises avec une marge bénéficiaire. Le taux de prêt marginal au jour le jour est le prix de l'argent que paient les banques pour des opérations de refinancement sur une durée de 24 heures.

Le taux de dépôt au jour le jour est en revanche censé rémunérer les excès de liquidités que détiennent les banques. Ce taux après avoir été ramené de 0,25 % à 0 % en juillet 2012 est ensuite entré en territoire négatif pour être fixé à – 0,50 % en septembre 2019. Ainsi lorsque les banques commerciales renoncent à employer leur trésorerie en octroyant des crédits à l'économie, elles se trouvent en quelque sorte contraintes de payer la BCE pour effectuer des dépôts d'argent. Et l'institution européenne à évidemment voulu créer cette situation pour inciter les établissements bancaires à financer davantage les acteurs économiques que sont les ménages et les entreprises, afin de stimuler la consommation et surtout l'investissement.



NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !

L'impact des taux négatifs sur la rentabilité des banques commerciales

La volumétrie des activités bancaires ne se mesure pas avec un chiffre d'affaires, mais par l'intermédiaire de ce que l'on appelle le produit net bancaire (PNB). Ce solde est en réalité une marge commerciale qui correspond à la somme des opérations intermédiées (la marge obtenue sur les crédits et les produits de placement) et des commissions.

Le contexte de taux bas qui perdurent depuis une dizaine d'années a eu pour effet de dégrader considérablement la marge d'intermédiation réalisée par les établissements bancaires à l'occasion de leurs opérations de crédit. Mais le maintien d'un taux de dépôt négatif par la BCE vaut également aux banques de perdre de l'argent sur leurs ressources. Les soldes à vue notamment, constitués des dépôts de leur clientèle, qui auparavant étaient une source de profitabilité, leur coûtent.

Or ces soldes progressent de manière importante. Car la politique monétaire non conventionnelle de la BCE se traduit par une abondance de liquidité. Les objectifs d'investissement ou de relance de la consommation ne sont pas tenus. Et contre toute attente, en dépit d'une rémunération quasi nulle de l'argent, les particuliers continuent d'épargner, quitte même à laisser leurs liquidités sur leurs comptes courants.

Soutenez notre indépendance !

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire ideal-investisseur.fr et nous vous remercions. Pour nous aider à vous offrir un contenu gratuit tout en conservant notre indépendance, vous soutien est précieux. Vous pouvez désormais nous soutenir en faisant un don défiscalisé. Cela ne prend qu’une minute !



Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site




Mieux comprendre l’article

Les mots soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

Banque centrale :
La banque centrale émet la monnaie d'un pays (ou d'une zone comme la zone Euro) et exécute la politique monétaire définie.

Obligation / Emprunt obligataire :
Une obligation est un terme qui désigne un titre financier. L'obligation matérialise la dette d'une entreprise, d'un État ou d'une collectivité locale envers celui qui la détient. Elle donne droit au paiement d'intérêts à son détenteur, et doit être remboursée à une échéance définie au départ. Le propriétaire d'une obligation peut la revendre à un tiers. C'est alors à lui que les intérêts seront payés et le capital remboursé.